Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2015

Gaspard Proust sur Canal ...

 - J'eusse préféré sans la pub mais ... pas le choix ! 

09:38 Publié dans télé | Lien permanent | Commentaires (0)

12/05/2012

Empreintes : Anne Lauvergeon, l'art de dire non.

 

A.Lauvergeon.jpg


J'ai regardé cette émission hier soir, sur France 5 ce, précisément parce que je suis depuis toujours anti-nucléaire. Or la dame est une technicienne ce que je ne suis pas. J'imagine que programmer son propos dans le contexte actuel ne relève pas du hasard. François Hollande qui maîtrise l'art de l'ambiguïté est (pardonnez l'expression) quelque peu le cul entre deux chaises à ce sujet … Comme beaucoup évidemment !

Le thème était intéressant mais l'eut été encore plus s'il avait été constitué ou suivi d'un débat. Un face à face entre l'ex-patronne d'Areva, d'Eva Joly et de Greenpeace par exemple m'aurait assez convenu mais la dame aurait-elle accepté ? J'en doute. L'ancienne sherpa de François Mitterand fera t-elle un retour dans le nouveau gouvernement de gauche ? Disons plutôt de cette social-démocratie. (restons lucides) Car enfin, peut-on encore défendre l'industrie nucléaire après Tchernobyl et Fukushima ? S'agissait-il dans les deux cas de " nucléaire low-cost " ? … 

Certes, Anne Lauvergeon s'est opposée aux projets de Nicolas Sarkozy quand ce dernier voulait vendre du matériel de cet ordre à des pays qui ne brillaient pas par leur expérience (cela lui valut du reste sa place) mais dans quelle mesure pouvons nous faire confiance à ce mode d'énergie ? … La question reste bien entendu en suspens. Un proverbe populaire dit " dans le doute, abstiens-toi " Or il y a bien longtemps que la sagesse populaire n'est plus de mise puisque d'aucuns veulent nous faire croire que celle-ci est ennemie du progrès.

Là, je vous passe la caricature habituelle du retour à la bougie car chaque fois je me demande comment on peut objecter un argument aussi grossier or il revient chaque fois, profit et lucidité n'ayant jamais fait bon ménage et ce quelque soit le camp politique auquel on appartient.

Or, précisément,

 

François Hollande a rendu hommage à François Mitterrand jeudi, jour anniversaire de sa première élection à l'Elysée il y a 31 ans, en visitant la Bibliothèque Nationale de France qui porte le nom du défunt chef de l'Etat, au côté de sa fille Mazarine Pingeot. 

Le président élu était accompagné de Lionel Jospin, Anne Lauvergeon qui fut la sherpa de François Mitterrand, du mécène Pierre Bergé, et de deux députés socialistes: Aurélie Filippetti (Moselle), dont le nom est cité parmi les ministrables, et Jean-Marie Le Guen, élu du XIIIe arrondissement, où se trouve la BNF. 

M. Hollande a déposé, au pied de la plaque commémorant l'inauguration de cet immense bâtiment parisien, une rose rouge à longue tige, et Mazarine Pingeot en a fait autant. 

Cette plaque rappelle: "François Mitterrand, président de la République, a inauguré la Bibliothèque nationale de France le 30 mars 1995", soit deux mois avant qu'il ne quitte le pouvoir.

 

Comme chacun sait, le hasard n'existe pas en politique et si la question lui est posée, gageons qu'Anne Lauvergeon dira " oui " car il est des humiliations qui demandent réparation et l'on n'évince pas impunément quelqu'un de cette trempe. Reste à savoir ce qu'en diront les Verts ? ...

11:18 Publié dans télé | Lien permanent | Commentaires (0)

26/01/2012

bien aimé ... à suivre.

 

TVdhier.jpg


" En pleine campagne présidentielle, France 2 diffuse à partir de mercredi la série "Les hommes de l'ombre", dans laquelle Nathalie Baye interprète une femme politique lancée dans la course au pouvoir.

Comme dans l'une des saisons de la série "24 heures chrono", l'histoire commence par l'assassinat du président de la République, victime d'un attentat. Sa mort ouvre la voie à des élections présidentielles anticipées.

Simon Kapita (Bruno Wolkowitch), conseiller en communication, décide de partir en campagne aux côtés de la secrétaire d'Etat aux Affaires sociales Anne Visage (Nathalie Baye), qui va se livrer à un combat sans merci avec un adversaire de son propre camp, le Premier ministre sortant (Philippe Magnan). La bataille va gagner leurs conseillers en communication, Simon Kapita et son ex-dauphin Ludovic Desmeuze (Grégory Fitoussi).

La série en six parties, dont les deux premières sont diffusées mercredi à partir de 20H35, se concentre sur cette étape de l'ascension d'une femme politique, vue du point de vue des conseillers en communication.

Rivalités, trahisons, amour, haine et vengeance sont au rendez-vous dans cette fiction qui pourrait gagner parfois en nuances mais au rythme tendu, d'une nervosité peu habituelle dans les séries françaises.

"L'intérêt ici est de montrer l'envers du décor", explique l'écrivain Dan Franck, scénariste de la série.

"La plupart d'entre nous ignorons ce qui se passe dans ces +arrière-boutiques+: la manière dont se déroule une présidentielle, avec ce que cela suppose de tensions, de jalousies, de rancoeurs, de discussions ou d'oppositions entre les acteurs", ajoute-t-il.

"guerre" Toute ressemblance avec des situations existantes est cependant fortuite, précise le scénariste: "si la noirceur de l'histoire est comparable à celle des débats ou de la situation politique actuelle, n'y cherchez pas plus".

Rare à la télévision, Nathalie Baye y incarne avec justesse la candidate intègre et idéaliste, assez effacée au départ mais qui va gagner en prestance et se révéler moins lisse qu'attendu.

Pour elle, "Les Hommes de l'ombre" proposait "des personnages remarquablement dessinés".

"En lisant le scénario, je me suis dit que les coulisses d'une campagne étaient invraisemblables: il s'agit d'une guerre ! Dan Franck a réalisé un travail incroyable et je sais qu'il est très proche de la vérité", poursuit-elle dans le dossier de présentation.

La diffusion de cette fiction est presque concomitante avec celle d'une autre série sur un sujet similaire, la danoise "Borgen", qui passera sur Arte à partir du 9 février.

Elle raconte la conquête du pouvoir par une femme politique qui va devenir Premier ministre, et son combat pour y rester.

Pour Nathalie Baye, "le cinéma et la télévision se sont toujours intéressés à la politique. Sa médiatisation est renforcée par l'élection présidentielle prochaine".

Source : AFP/EXPRESS 

suite mercredi prochain : à ne pas manquer ! 

 

 

 

05:15 Publié dans télé | Lien permanent | Commentaires (0)

01/10/2011

Les dangers d'internet

Y.Calvi.jpgHier - à condition de bien choisir, évidemment - la programmation télévisuelle m'a parue optimale. Yves Calvi dans son émission : " C'est à dire " traitait des dangers d'internet en général et des réseaux sociaux en particulier. 

Il ressortait du discours que nous étions tous des victimes consentantes, un peu à la façon dont quelqu'un irait délibérément poser sa tête sur le billot. En effet, les commentateurs nous rappelaient que sur la Toile rien ne s'efface, cela peut-être enfoui mais non éliminé. Constat redoutable ! 

Qui peut se vanter de n'avoir jamais dérapé dans ses commentaires ? ...

Par plaisanterie souvent, par vantardise parfois, et par inconscience toujours.

Nous savons pourtant qu'une simple phrase - que dis-je ? - un mot sorti de son contexte peut avoir des conséquences fâcheuses. Certains étalent innocemment leur vie privée aux yeux de tous, se retrouvent répertoriés dans des catégories précises, qui un homosexuel, qui un partousard tandis que d'autres se font pincer pour pédophilie et ce, " à l'insu de leur plein gré."  Z' avait qu'à pas y aller, évidemment mais force est de reconnaître que la pente est savonneuse. 

C'est ainsi que l'on connaît les opinions politiques de chacun, les convictions religieuses et j'avoue n'avoir scellé ni l'une ni l'autre. Or imaginez quelles conséquences de telles déclarations pourraient avoir en un Etat dictatorial voire théocratique ? ... Ca existe encore à l'heure actuelle ! 

" La France, terre des libertés ! " m'objecterez-vous. Pourtant ces dernières s'effilochent comme un vieux pull soumis aux griffes d'un chat. Personnellement, je n'ai plus grand chose à perdre et peu me chaut que l'on sache ce que je pense mais ces jeunes qui ont encore tout une carrière devant eux, ne font pas toujours preuve de prudence ... 

C'est ainsi que l'on apprenait (mais non, on le savait déjà) que les employeurs consultent de plus en plus souvent facebook afin de récupérer le profil précis du demandeur d'emploi. Les services de police profiteraient même largement de cette facilité, les Renseignements Généraux s'avérant obsolètes en comparaison de cet étalage volontaire. Ah ! si la Stasi avait connu ça, tra-la-la ...

Occup.jpg

 

Un peu plus tard et sur ARTE cette fois (car force est de reconnaître que les deux chaînes les plus intéressantes sont la 5 et la 7) un téléfilm en deux parties suivi de commentaires, m'a scotchée à l'écran jusqu'à une heure du mat'  (oui, moi quand j'y vais, j'y vais fort ! ...)  Je crains que le thème en ait effarouché plus d'un et pourtant il convenait de regarder cet OCCUPATION de Nick Murphy dont l'action se déroulait  en Irak. Nous savons tous (nos parents ou grands-parents) nous l'ont relaté, que tous les conflits génèrent des trafics de toutes sortes. Logique puisque c'est toujours la notion d'intérêts qui enclenche les guerres ! N'importe, l'épreuve était rude, les images impressionnantes mais j'ai tenu bon et ne regrette nullement d'avoir regardé. Mieux, j'espère qu'une rediffusion aura lieu car il est des choses qu'il faut absolument savoir. La guerre est la pire des horreurs que l'on puisse concevoir. Je m'insurge chaque fois que je lis des commentaires prônant l'intervention armée ici ou là. Oh ! certes, c'est toujours au nom de grandes idées, or si une chose ne peut s'imposer, (surtout en passant par la voie des armes) c'est bien la démocratie qui doit être la conséquence d'un besoin d'équité or il n'existe pas de guerre équitable.

Sur ces doctes paroles, bon week-end à tous !

 

N.B. Ce soir, Nuit Blanche et pour une fois, je vais (partiellement) faire comme tout le monde en compagnie d'amis à deux et quatre pattes. Mais non, ce ne sera pas pornographique, qu'allez-vous imaginer ? !!! Deux toutous nous accompagnent c'est tout. Oh ! zut ! moi qui ai juré de ne rien dire de ma vie privée ... Voilà une miette que je jette en pâture ... hé ! hé ! -

 

S. @

12:28 Publié dans télé | Lien permanent | Commentaires (0)