Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2012

Le scandale Modigliani de Ken Follett

scandale-Modi.jpg

Disons le tout net, ce livre n'est pas du meilleur cru follettien. A la décharge de l'auteur, c'était son premier ouvrage et après pensé qu'il était raté, Ken Follett a un jour, eu la faiblesse de le faire éditer mais pourquoi pas et puis … on en a vu (lu) d'autres ! 

Course poursuite derrière un tableau signé Modigliani, intervention de faussaires et surtout étude de moeurs concernant la sphère des galeries d'art, preuve que la spéculation ne se situe pas exclusivement dans le monde boursier.

Ecrit avec une apparente légèreté, ce livre part un peu dans tous les sens, par le biais de multiples personnages pour la plupart esquissés.

Certes, il y a en filigrane la dénonciation de toutes ces magouilles qui font que la plupart de ceux qui prétendent être des experts n'y connaissent rien.

Car au fond, l' Art, c'est quoi ?...

Selon moi : un choc qui a lieu (ou pas) quand on est brusquement confronté à une oeuvre. Cela peut également se définir par une subtile attirance, un charme inexplicable faisant qu'on ne peut plus s'en détacher mais jamais, " au grand jamais " l'Art ne saurait se limiter à une valeur monétaire et pourtant ! … 

Certes, certains artistes ont galvaudé leur talent en faisant le jeu de la mode créée de toutes pièces (de préférence sonnantes et trébuchantes) par des hommes d'affaires ... Peut-être suis-je une idéaliste impénitente (?) mais je pense que ceux là ont vendu leur âme au diable. D'autres artistes sont morts dans la misère ou ont " laissé tomber " faute de rencontrer le succès, il en a toujours été ainsi et hélas, ce n'est pas près de changer.

Un détail m'a interpellée lors cette lecture car il est fait mention à deux reprises d'huiles mises sous verre ? La Joconde exceptée, la pratique veut que les huiles restent à l'air, juste protégées par une ou plusieurs couches de vernis. Or l'auteur n'a pas coutume d'affirmer à la légère et la question reste donc en suspens.

Cela dit, ce polar - car cette fois, cela en est bien un - n'est pas plus mauvais que la plupart des livres de ce genre et devrait à coup sûr, en distraire certains. 

S.@

09:26 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27/07/2012

Le Pays de la liberté de Ken Follett

pays-liberté.jpg


Allez, avouez-le ... vous vous demandez quel autre livre de Ken Follett a bien pu me tenir éveillée une partie de la nuit ? Si vous insistez, je vais vous le dire et si vous n'en avez rien à faire, ne m'enlevez pas mes illusions ! ...

Comme vous pouvez le constater, la couverture montre un jeune hobereau du XVIIIème siècle, de dos, arborant un superbe catogan retenu par un ruban rouge. Je serais fort étonnée qu'il s'agisse de Mack que l'on imagine plus rustique et qui est le héros de cette histoire qui commence ainsi,

 

" La neige couronnait les crêtes de High Glen et tapissait les pentes boisées de plaques nacrées, comme des bijoux sur le corsage d'une robe de soie verte. Au fond de la vallée, un torrent aux eaux bouillonnantes serpentait entre les rochers glacés. L'âpre vent qui soufflait de la mer du Nord apportait des rafales de neige fondue et de grêle. " (fin de citation)

 

Vous l'avez compris, l'action se déroule tout d'abord en Ecosse où Malachi Mc Ash que tout le monde appelle Mack travaille dans les mines de charbon de la famille Jamisson. Volontiers frondeur, il va dénoncer l'esclavage subi. Notre héros échappera de peu à la pendaison pour se retrouver galérien, en route vers une plantation de Virginie puisque condamné aux travaux forcés.

 

Droit d'aînesse, lutte des classes, action et amour (s) constituent la trame de ce volume que l'on peut difficilement poser dès qu'on a commencé à le lire. J'ai donc dévoré ses 476 pages en deux jours et pourtant si j'écris vite, je ne suis pas très rapide quand je lis, préférant savourer l'ouvrage choisi, tout à mon aise.

 

Le prochain K.F. sera " Le scandale Modigliani " histoire de terminer juillet en beauté. Pour utiliser l'une des plus connues de nos expressions parlées actuelles : " ça devrait l' faire ! " ...

 

S. @

08:21 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

24/07/2012

Peur blanche de Ken Follett

 

peur-blanche.gif


Ken Follett sait désormais qu'en matière de littérature il convient de conserver le pied au plancher, et ne jamais adopter la conduite au frein, surtout par temps de neige ! Il lui est pourtant arrivé de musarder lors de l'écriture de certains livres (je ne vous dirai pas lesquels, à vous de les découvrir … non mais !) 

Ici, tout ce qui nous préoccupe en ce début de 21ème siècle figure : l'insécurité, le terrorisme bio-chimique, tout cela véhiculé par la mise en scène de personnages bien typés. Un fils ingrat, une responsable de sécurité d'un laboratoire de recherches médicales, un chercheur de renom veuf et séduisant … sans oublier une espèce de punk - femelle complètement dérangée; tout ce petit monde s'agite, se fait la guerre, l'amour également.

Tout, tout, tout, ... précisément, des toutous figurent aussi puisque dans cette histoire, il y en a deux, un jeune et un vieux. Rien ni personne n'est oublié. Un vrai régal de roman à suspens. Sans contestation possible, ce titre là se classe parmi les meilleurs. Précipitez vous dans la première librairie venue afin de vous le procurer, il est impossible que vous soyez déçus.

S.@

Robert Laffont - roman traduit de l'anglais par Jean Rosenthal.

11:50 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

20/07/2012

Le vol du Frelon de Ken Follett

vol-frelon.jpg


Et un Ken Follett de plus, un ! C'était prévu, du moins pour ce mois de juillet. Peut-être aurais-je envie en août d'aller voir ailleurs ? ... " changement d'herbage " ... vous connaissez la suite aussi bien que moi sauf si d'autres titres du même me tombent sous la main. Auquel cas, mon été sera bien " follet."

 

Roman d'aventure sur fond d'espionnage au Danemark, alors que la Luftwaffe étend sa suprématie dans le ciel européen. Deux jeunes danois, Arne et Harald, (deux frères) vont devenir un peu malgré eux, des héros. L'un des deux finira même en martyr ... Un policier qui est le serviteur zélé de l'armée allemande, sera leur farouche adversaire. Voilà pour l'action mais quelque soient les circonstances, en dépit de la barbarie de l'époque, des couples vont se former. Nous en suivrons trois et vivrons avec eux les péripéties qu'ils rencontrent à mesure, ce qui ajoute un peu de coruscant à ce climat d'une dangereuse âpreté.

Bien sûr et je serais tentée d'ajouter : comme toujours ... l'auteur ne résiste pas à la tentation de l'invraisemblable mais force est de reconnaître que sans cette forme d'esprit, Super-Man et Zorro n'auraient jamais existé ! 

Quand même, les acrobaties en plein vol afin d'ajouter de l'essence dans le biplan à sec ... même Jean Marais quand il jouait les cascadeurs aurait sans nul doute hésité. N'importe, pris par l'action, les 600 pages de ce livre se dévorent de bout en bout. Comment disait Brel, déjà ? .... Au suivant !  *

S.@ 

* ce sera " Peur blanche " commencé cette nuit. 

09:22 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)