Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2011

Où va la nuit de Martin Provost - 2010 Durée : 1h.45

Comédie dramatique française avec Yolande Moreau, Edith Scob, Pierre Moure, Jan Hammenecker

aff.ou-va.jpg

J'ai pris le train en marche, le film étant sorti début mai or il convient de l'aller voir ... Tiré de " Mauvaise pente " de Keith Ridgway que je n'ai pas lu car je passerais mon temps à aller récupérer les livres dont les films s'inspirent et les jours ont une durée précise. Cependant ce thriller psychologique mérite vraiment le détour. Tout d'abord par le choix des interprètes. Le duo Yolande Moreau, Edith Scob même s'il ne correspond qu'à un moment précis du film est incroyable d'intensité.On mesure par cette seule rencontre, tout ce que fut le passé de chacune. C'est une sorte de tragédie grecque rurale où le destin est bien entendu inexorable.
Vous raconter l'histoire serait criminel or bien entendu et comme d'habitude, d'autres s'en sont déjà chargé ce qui n'est pas une raison pour que j'imite leur démarche. Yolande Moreau est une grande comédienne de la stature d'une Signoret que l'on croyait irremplaçable. J'ai également beaucoup apprécié le jeu de Jan Hammenecker qui joue ce rôle difficile et subtil de l'inspecteur Nols et qui me rappela ce personnage de policier qui veut sauver la femme venue le voir une nuit car elle ne supporte plus les conséquences de son acte. (Les lois de la gravité de Jean Teulé) - Certaines oeuvres se répondent, parfois.
Le personnage du fils névrotique est un peu moins intéressant mais justifie pleinement l'histoire. A voir, bien sûr !

S.@

Yolande.jpg

11:31 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

30/05/2011

bande annonce : Où va la nuit


OÙ VA LA NUIT : BANDE-ANNONCE de Martin Provost... par baryla

 

 

17:26 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

28/05/2011

bande annonce du film : Play a song for me


07:38 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

24/05/2011

L'oeil invisible (La mirada invisible) 2010 - durée : 1h.35 -

Drame franco-hispano-argentin de Diego Lerman avec Julieta Zylberberg, Osmar Nunez, Marta Lubos.

aff.oeil-invisib.jpg

Affirmer que j'ai aimé ce film constituerait un mensonge éhonté.
Sans doute pour me faire une opinion qui tienne réellement la route, faudrait-il que je déniche le livre dont il est tiré (Sciences morales de Martin Kohan) Il ne suffirait pour cela que de faire un saut à la Fnac mais  en attendant et pour l'heure, parlons du film et non du livre ...
Tout en moi bien entendu, se hérissait face à cette discipline quasi militaire, voire carrément fasciste pratiquée en ce lycée de Buenos Aires et qui avait tendance à me rappeler les années passées en pension religieuse : des principes caricaturaux et des refoulements moraux aux relents de moisissure ...
Marita est une jeune et jolie surveillante - quoiqu'un peu coincée - qui passe sa vie entre le lycée et une cohabitation familiale entre une mère visiblement alcoolique et une grand-mère malade. Bonjour, l'épanouissement moral ! Elle a comme on dit vulgairement " tapé dans l'oeil " de son surveillant en chef, homme au physique un peu délabré et à l'habillement faussement correct. La promiscuité de ces jeunes gens n'ayant que quelques années de moins qu'elle, l'autorité dont on l'a investie vont créer une ambivalence dangereuse dans son esprit. Elle est flattée par l'intérêt que lui porte visiblement son supérieur hiérarchique et secrètement attirée par ces jeunes garçons plus libérés qu'elle. Toutes les conditions sont alors requises pour que le drame survienne. La jeune fille (vierge à 23 ans, fichtre ! même dans les années 80, cela commençait à devenir rare ...) va donc jouer les voyeuses dans les toilettes des garçons sous le prétexte fallacieux d'en trouver un qui s'y planque pour griller une cigarette. Tout ça, pour ça ! Au bout du compte, elle finira par se faire violer par le surveillant en chef qui n'attendait que l'occasion propice soit dit sans jeux de mots salaces. Inutile d'ajouter qu'à la sortie, le premier réflexe est de respirer un grand coup en retrouvant l'air libre !

S.@ 

l'oeil invisible.jpg

15:59 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)