Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2011

bande-annonce du film : Jeanne captive.



Pas prochainement ... actuellement ! (commentaire suit)

20:53 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

17/11/2011

Noces éphémères, un film de Reza Serkanian

Drame franco-iranien (Durée : 1h.20) avec Mahnaz Mohammadi, Hossein Farzi Zadeh, Javad Taheri.

aff.noces.jpg

Le film m'a appris une chose : " vivre seule, c'est péché " (amusant, non ?)

Ah ! cette obsession qu'ont les religions de gérer la vie des autres ... " pour leur bien " rétorquent-ils. N'importe, il s'agit d'une ingérence à mes yeux inacceptable.

Or pas une (religion) ne fait exception, c'est juste le degré d'intervention qui diffère. Les politiques décident de l'organisation de notre vie et les religieux vont plus loin puisqu'ils posent des jalons au delà de la mort. Vous ne vous sentez pas un peu piégés, là ? ... Liberté, liberté chériiiiiiiiiie ! 

Cela dit, c'est un très beau film, subtil et qui n'a presque pas besoin des mots.

Ne pas oublier l'importance de la poésie dans la culture perse or celle-ci peut tenir en un regard. 

C'est très paradoxal, les " informations " dont on nous abreuve font de l'Iran actuel un portrait global pas très engageant alors que dans le même temps, les films iraniens viennent prouver le contraire. Y  aurait-il deux sociétés iraniennes ? De même que l'informatique est binaire, l'organisation du monde actuel tend à se répartir de façon identique. Simplification stupide. Il faut donc un maximum d'attention pour ne pas sombrer dans ce travers. Rien n'est complètement noir ni complètement blanc. Du reste en matière picturale, ces deux teintes n'existent pas. 

Certes, notre esprit européen ne peut tout accepter de ce mode de vie, la nôtre est tellement différente ! Cette constatation ne dispense pas de l'empathie (distanciée, par force mais réelle) Les sociétés orientales ont conservé contrairement à nous le sens de la famille, celui du devoir et du sacré. Nous avons remplacé tout cela par un matérialisme dévastateur. Alors quoi ? ... N'existerait il pas d'autre choix que celui qui oppose ce que d'aucuns nomment obscurantisme à cette course effrénée vers une catastrophe annoncée ? 

S.@

 

Ephémères.jpg


09:17 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

16/11/2011

bande annonce : Noces éphémères.


15:03 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

14/11/2011

Re-re-re-re-re-belote ! ...

aff.siparis.jpg

SI PARIS L' AVAIT SU " So long at the fair "

Angleterre, 1950 - Réalisation : Terence Fisher & Antony Darnborough -

Et bien oui ! ,

- j'ai eu envie comme ça, brusquement - d'aller voir  un bon vieux film  car les dernières sorties avec leur promotion outrancière ne me branchaient pas. Le suivisme cinématographique des téléspectateurs ne manque pas de m'interroger également ... Car enfin, il y a de petits films, à petit budget mais à grande signification que personne n'a la curiosité d'aller découvrir car la majorité d'entre nous se précipite là où on lui dit d'aller. 

 

Et bien non !

Parmi une riche programmation, le Reflet Médicis proposait ce film qui remonte à 1950, tenant du reportage historique, du fantastique et du suspens, je veux parler de  " Si Paris l'avait su " de Terence Fisher & Antony Darnborough avec une Jean Simmons fraîche et belle et un Dirk Bogarde très, très jeune et charmant. 

" Un jour mon prince viendra " pourrait presque chanter la dame entre deux sanglots et quand il surviendra, il ne lui manquera que le blanc destrier.  Ah ! fougueuse jeunesse, ignorante des dangers ... 

Nous allons plonger dans l'atmosphère survoltée de l'Exposition Universelle de 1889 époque où l'on n'avait pas encore perdu la notion de l'élégance. 

Les dames avaient la taille très fine, tellement qu'elles s'évanouissaient à tout bout de champ tant les corsets leur coupaient le souffle mais quelle silhouette elles avaient donc ! Les hommes étaient élégants, respectueux et galants, attentionnés même, bref le MLF n'était pas encore passé par là. 

Une jeune anglaise arrive à Paris en compagnie de son frère afin d'assister à ce moment mémorable. Elle a tout à découvrir et l'enthousiasme de qui n'a pas encore expérimenté la vie et les surprises plus ou moins bonnes que cette dernière nous réserve. Seulement voilà, le couple à peine installé à l'hôtel, (chambres 17 & 19) le frère protecteur disparaîtra et les gérants de l'hôtel prétendront ne l'avoir jamais vu, laissant le doute planer sur l'équilibre mental de la pauvre jeune fille désormais esseulée dans une ville qu'elle découvre à peine.

C'est là que le preux chevalier sera d'une grande utilité mais chut ! je vous laisse découvrir ce petit joyau délicieusement désuet mais non moins efficace.

 S. @

duo.jpg

(koiteskicestpassé ?) S.O.S lancé à Mickey désormais obsolète ! (pas lui, le SOS seulement)

Comme vous pouvez le constater, j'ai rusé persuadée que si je rentrais à nouveau le titre j'allais déclencher un " même cause, mêmes effets " 

 

__________________

< Les iconoclasteries de Mickey >

Mickey Azraël.jpg

Ouf : il a eu très peur, Mickey ! (d'être obsolète, pas d’un chat aussi ridicule). Mais tout va bien : c’était simplement notre fournisseur qui nous gratifiait d’un gentil bug dominical. Heureusement, nous sommes aujourd’hui lundi !…


- Vous allez le reposer tout de suite, ce chat ? ... Non, mais ! 

 

chatencolere.jpg

A la mi (non pas août) mais novembre : 861 visites. Merci à ceux qui sont passés par là.

10:48 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)