Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2013

Zero dark thirty (the film ...)

Film américain de Kathryn Bigelow avec Jessica Chastain, Jason Clarke, Joël Edgerton. Durée : 2h.30 

Aff.zero.jpg

Me classant parmi ceux qui se demandent si Ben Laden était ou non un mythe, je comptais un peu sur ce film pour résoudre la question. Il n'en fut rien. En effet, il est difficile d'oublier que Bush au lendemain du 11 septembre 2001 avait pris la précaution de mettre à l'abri la famille de celui qui devenait dans le même temps, l'ennemi public n° 1. Il y a ici une logique qui m'échappe ...

Et puis, pour quelqu'un d'attentif à l'actualité, il faut bien reconnaître qu'on ressortait le personnage en cavale chaque fois que le besoin s'en faisait sentir ... 10 ans de traque pour la puissante CIA ? ... Qui peut gober cela ? D'autant que le cadavre de Ben Laden a disparu en mer. Bizarre, non ? ... car disparaissait du même coup, la preuve que c'était bien lui.

Qu'un ancien membre des services secrets retourne sa veste, quoi de plus banal Qu'on lui fasse ensuite endosser la responsabilité de l'intervention en Irak, le projet dépasse largement l'envergure du personnage si actif soit-ii.

Le film pour lequel la réalisatrice a soigneusement évité de se " mouiller " est long, très, très long et le spectateur n'entre réellement dans l'action qu'au moment des vingt dernières minutes durant lesquelles, horreur et ridicule se coudoient. Nous assistons donc à la prise d'assaut de ce bunker dans lequel vivaient plusieurs familles abattues sans le moindre état d'âme (les soldats en action peuvent ils en avoir ?) et le summum du ridicule se déclenche au moment où l'on entend des membres du commando dirent aux enfants qui viennent d'assister au massacre de leurs parents :  " n'ayez pas peur ... " (là, on hallucine !) 

Ce film tourné comme un documentaire avait commencé par une scène de torture effectuée en présence de cette femme dont l'enquête minutieuse déclenchera la conclusion que l'on connaît. Pour tout dire, je suis sortie de la salle avec le sentiment d'un rendez-vous manqué et la conviction renforcée qu'en matière de politique, nous ne saurons jamais la vérité puisque l'on nous jette presque toujours une version officielle en pâture.

 

S. @

photo-Zero.jpg

10:52 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Zero dark thirty

Longtemps hésité avant d'aller voir ce film qui ne constitue pas trop (comme on dit) " ma tasse de thé " en outre, sa durée est très, très longue ... j'y reviendrai un peu plus tard.  Right ? ...

06:37 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

27/12/2012

bande annonce du film : " Une Estonienne à Paris"

22:05 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

29/11/2012

Piazza fontana de Marco Tullio GIORDANA

visuel-piazza-f.jpg2012 - film italien - durée : 2 heures avec Valerio Mastandrea, Pierfrancesco Favino ...

Depuis quelque temps, j'annonce les films qui attirent mon attention et puis ne trouve pas le temps de les voir ensuite … Cette fois, j'ai tenu à ne pas laisser passer ce  " Piazza Fontana " qui me semblait d'un intérêt politique certain. Il y avait peu de monde dans la petite salle, située en haut du cinéma Latina. Le thème peut paraître rébarbatif en fonction de ce que nous vivons actuellement, la réaction étant alors " plus jamais ça " Tous les pays voudraient bien pouvoir tenir semblable raisonnement car en certains lieux, des bombes explosent encore et toujours. 

Le terrorisme est synonyme de chaos car on ne le voit pas venir. Des civils, vaquent tranquillement à leurs occupations et brusquement tout part en éclats à commencer par eux. C'est un acte lâche, irresponsable et qui ne résout jamais rien. Tout le monde (ou presque) est d'accord là-dessus mais la question que le fait soulève est : quelle somme de désespoir a pu mener ces gens pour en arriver là ?

En début de film, on assiste à des affrontements musclés entre ouvriers et force de l'ordre qui n'y vont pas avec le dos de la cuillère (cette dernière étant une matraque) Des hommes sont tabassés violemment à trois contre un, tout simplement parce qu'ils sont descendus dans la rue pour qu'on finisse par les entendre au lieu de les laisser crever de faim. Beau résultat ! Cela peut se reproduire, ne l'oublions pas et c'est sans doute pour cette raison que semblable documentaire fait peur à certains qui n'osent aller le voir. J'ai quant à moi, bien peur que la loi du marché aidant, il disparaisse de l'affiche, très rapidement, raison pour laquelle j'y suis allée dès le premier jour. Ceux qui ont vécu cette époque se souvienne très bien de cet anarchiste défenestré à partir d'un commissariat de police, personne n'ayant cru à la thèse officielle du suicide. Un auteur de théâtre en a même fait une pièce. Juste un peu avant ces années de plomb en Italie, ici en France, au quartier latin, quand des voitures étaient brulées, c'était officiellement le fait de " gauchistes irresponsables " alors que nous savons pertinemment que des politiques avaient délégué des commandos afin qu'ils s'activent en ce sens. C'est ce que l'on nomme communément "  secret de polichinelle " mais jamais personne ne peut rien prouver. Il en fut de même en ce qui concerne les auteurs de cet attentat perpétré Piazza Fontana, nous savons juste que l'extrême droite (entendez les néo-fascistes) et l'extrême gauche se sont affrontés par double explosion interposée. Entre le terrorisme et l'apathie actuelle, il doit bien exister une solution intermédiaire pourtant ?

 

S. @

rencontre-p.f.jpg


11:04 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)