Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2014

pause ... (en un monde de brutes)

titi-et-gros-minet-gentil.gif

SOLKO de la vanité pr.jpg

On a souvent envie de s'enfouir au plus profond de sa coquille, d'oublier tout ça !

Essayer, du moins ...

16/01/2014

Tout fout l'camp ! ...

Toutes les nuances de la langue française se perdent peu à peu. Pourquoi apporterait-on un intérêt approfondi à une langue qui a cédé le pas à celle du commerce ? C'est lamentable, mais force est d'admettre l'évidence. De façon automatique, l'esprit suit.

C'est ainsi qu'entre tolérance et permissivité peu de gens voient encore une quelconque différence. Pourtant la nuance est de taille ! On mettra cela sur le compte d'une pseudo modernité qui n'est en fait que la manifestation de la décadence. Les anciennes valeurs sont raillées tout simplement parce que respecter est un handicap à qui veut faire n'importe quoi, n'importe comment sans nulle entrave.

Ne croyez surtout pas que je me pose ici en moraliste. J'ai toujours fait profession d'avoir les idées larges mais la vulgarité de l'exhibitionnisme me déplaît. Hypocrisie diront certains ? ... Pensez ce que vous voulez, peu me chaut ! 

Du moins sais-je encore où j'en suis ce qui n'est pas le cas de tous. 

Parmi cette inversion des valeurs à laquelle nous assistons, un homme non pas trompé mais trompeur s'est offert le luxe de jouer les victimes. De nous faire part de son indignation ! Pardonnez du peu ...  Le fait serait risible s'il n'était aussi lamentable. Les médias nous passent bien entendu ce glorieux moment en boucle et je ne doute pas que certains esprits fragiles n'approuvent.

Concubinage était jadis un gros mot. Il faut dire que le terme n'est pas flatteur à l'oreille si peu éprise de musicalité, soit-elle. Je lui préfère de beaucoup le terme d'union libre. Or jadis, les hommes bien élevés mettaient un point d'honneur à ne pas compromettre les femmes qui leur avaient consenti leurs faveurs ... Se vanter d'une bonne fortune était signe de mauvaise éducation. Maintenant si l'on évoque ces mœurs policées la plupart éclateront de rire et croiront être revenus non pas à la Préhistoire où les échanges devaient être plus que virils mais du moins au Moyen Age où pourtant l'Amour-courtois avait ses charmes ... 

Il semble bien que notre époque ait décidé d'emprunter tous les sens interdits sans en exclure aucun à la seule condition que les radars restent en place. Contrôle oblige ! On peut donc tout se permettre à condition que ce soit au vu et au su de tous. C'est la nouvelle morale. (sic)

S. @

 

p.s. - Ah ! au fait ... si vous me croisez, le bras le long du corps, me tenant l'épaule droite, ne croyez pas que je fasse une quenelle mais c'est tout simplement du fait que je souffre d'une capsulite rétractile, ce qui explique le fait que j'écrive moins.

Il vaut mieux préciser ... on ne sait jamais ! 

Notre temps.com et si c'était.jpg

Disons que je suis en phase dite froide ... Qui l'eût cru ? 

17:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

01/11/2013

D'une criante actualité !

Vendredi 18 Juin 1943 - 

 

" M. Abel Bonnard, écrivain, membre de l'Académie française, et actuellement ministre de l'Education nationale, vient, en cette qualité, d'inviter les examinateurs à être indulgents pour les étudiants dans leurs examens. Excellente mesure. Il n'y a pas assez de cancres à diplômes. Il y en aura davantage. 

Alors qu'on devrait travailler à détruire le fétichisme des diplômes, qui n'ont jamais rendu intelligent un sot, et rendre à cet effet les diplômes de plus en plus difficiles. La France dégringole de plus en plus d'être de plus en plus un pays de diplômés. Quand on voit ces jeunes messieurs sur le boulevard St-Michel, ou dans le métro, grossiers, vulgaires, braillards, prétentieux, on doute qu'un diplôme ou un autre en fasse des esprits distingués. Je garde, et de plus en plus, mon opinion : ne vaut que l'homme qui se fait soi-même, et qui se fait en conformité de sa nature, de son esprit et de ses goûts. "

 

Paul Léautaud, journal littéraire - extrait.

 

 

Certes, l'expression " ces jeunes messieurs " est pour le moins archaïque et depuis les abrutis ont succédé aux prétentieux sans que pour autant ces derniers disparaissent ...

Maintenant, on les croise, le nez penché sur leur smartphone, complètement accroc à Facebook et autre Tweetermania, ne sachant plus écrire une phrase correctement et communiquant avec la pauvreté de leur vocabulaire.

Car leur culture est télévisuelle avant tout, un bac + 5 témoigne juste de 5 années supplémentaires de stagnation en un monde où plus personne n'a sa place.

On n'arrête pas le progrès ! 

11:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

28/10/2013

journal extime et dans la foulée, pied de nez à la NSA !

scorpion.jpg

Comme chaque lundi, je chausse des souliers mis à l'envers : doigts de pied dans le talon (au figuré bien sûr) et pour tout arranger, nous sommes entrés dans le signe du Scorpion. Teddy n'est plus là, hélas pour tourner ce propos en dérision mais les constatations existent. Il y a 2 mois par an que je déteste : juillet et novembre. C'est plus particulièrement durant ces mois là qu'il m'arrive des " chars !  "  Certains objecteront que c'est toute l'année, que " la vie n'est qu'une tartine de m ... dont on mange un petit morceau chaque jour. " J'ai entendu ça un jour de la bouche d'un optimiste ! 

Toute contente pourtant d'être revenue à l'heure d'hiver à défaut de l'heure solaire qui selon moi est la seule valable pour nos organismes.

Ca nous apprendra à déserter la campagne pour la ville ! Il n'y a plus que RFI pour faire mention de l'heure réelle et cela fait très longtemps que je ne me suis branchée sur cette station. 


polanski.jpgHier soir, revu " le bal des vampires " très, très kitch : le film semble remonter à l'antiquité cinématographique et ma remontée dans le temps ne s'est pas arrêtée là car j'ai voulu également revoir La Tour de Nesle avec l'immense Pierre Brasseur. 

Tudieu ! quel comédien ... très théâtral, il est vrai donc très marqué par l'époque. 

brasseur.jpg

 

Qui donc oserait jouer ainsi maintenant ? A supposer que l'acteur en question en ait l'envergure. Même son petit fils Alexandre ne s'y risquerait pas. Pourtant la ressemblance a sauté une génération. Ce n'est pas rare ... Quelqu'un m'a dit récemment au vu d'une photo que j'étais le portrait craché de ma grand-mère ! 

Avec tout ça, à 3 heures 30 ce matin, je ne dormais toujours pas. Le second film a dû se terminer à 2 heures. Sommes nous toujours aussi nombreux à regarder le Cinéma de Minuit ? ... J'en doute. Le mode de vie actuel nous épuise. On fait tout trop vite et trop mal aussi, je crois ?


salvo.jpgComme vous avez pu le remarquer, je n'ai pas commenté le dernier long métrage vu en salle, annoncé pourtant. Il s'agissait de SALVO qui n'est pas un mauvais film, loin de là mais que j'ai très mal supporté. Je ne sais plus qui a dit qu'un mélodrame n'est en fait qu'une tragédie ratée. Tout à fait de cet avis

Encore un lundi qui va se traîner de façon lamentable. En fait, ce serait plutôt moi car si je n'ai pas mes 8 heures de sommeil, je suis bonne à jeter aux chiens.

Heureusement que ce soir, ARTE nous propose LA STRADA. Souvenirs ... souvenirs ! 

 

strada.jpg


Un dernier commentaire : on nous rebat les oreilles en ce qui concerne la disparition prématurée (?) de Lou Reed alors que les médias ont pratiquement passé sous silence celle de Georges Descrières. Pourtant et même si ce ne fut pas son meilleur rôle, Arsène Lupin l'avait rendu populaire. Alors ? Cherchez l'erreur ...

S. @

 

15:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)