Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2012

Une très longue nuit : 5 ans ! (La nuit des morts vivants)

vote.jpgA Bruxelles, Londres ou Berlin, officiels et médias prennent déjà acte de la défaite de Nicolas Sarkozy qu’ils ne regretteront pas. Mais tous ont été surpris par le score de l’extrême droite.

Bruxelles

Rares seront ceux qui, à Bruxelles regretteront Sarkozy. En cinq ans, sa volonté de marginaliser les institutions communautaires au profit des Etats, son mépris des petits pays, mais aussi son agressivité lui ont attiré beaucoup d’ennemis, même si chacun salue son engagement dans le sauvetage de l’euro. «L’Europe tirera profit de l’élection de François Hollande : il sera moins intergouvernemental et plus inclusif vis-à-vis de ses partenaires petits ou grands, et il y aura moins d’agressivité autour de la table du Conseil européen» des chefs d’Etat et de gouvernement, se réjouit un responsable européen de haut niveau. «Il sera plus équilibré et moins excessif que Sarkozy»,surenchérit un diplomate européen. Même si personne ne veut parler officiellement, par crainte d’interférer avec la campagne, chacun y va de son commentaire. «Une réélection de Nicolas Sarkozy serait désastreuse pour l’Europe», martèle un diplomate de haut rang : «Il serait renforcé dans son populisme, puisqu’il gagnerait sur les thèmes antieuropéens et anti-immigration qui ont été au centre de sa campagne. Comme ce serait son dernier mandat, plus rien ne pourrait le freiner dans sa dérive intergouvernementale. Même la chancelière allemande, Angela Merkel, qui est fédéraliste, ne pourrait pas faire grand-chose, car elle doit affronter des élections en septembre 2013.»

Bref, à Bruxelles, on estime que Sarkozy aurait les mains libres pour imposer l’Europe des Etats, celle dont rêvait le général de Gaulle… Pour autant, le candidat socialiste reste un mystère : «Si on sait ce que Sarkozy voulait défaire, on ne sait toujours pas ce que Hollande veut faire», grince-t-on dans les couloirs du Parlement européen. Car, la campagne électorale française «n’a pas porté sur l’Europe, alors même que son avenir se joue en Europe», ironise un dirigeant d’un pays de l’Union. «De toute façon, la marge de manœuvre économique et budgétaire de Hollande sera étroitement limitée par les engagements européens de la France et par la pression des marchés», souligne un haut fonctionnaire communautaire.

Londres

Le Sunday Times s’était fendu hier d’une caricature sur «the frog race»(la course des grenouilles), figurant une énorme grenouille verte à l’effigie d’un Hollande souriant sautant au-dessus d’un plus petit batracien, au visage grimaçant de Sarkozy. «Pour les Britanniques, il n’y a que deux élections au monde qui valent le coup d’être suivies, les américaines et les françaises. La France est le grand voisin, ce qui s’y passe peut avoir un impact chez nous», note David Rennie, éditorialiste à The Economist. Et pour les journaux dominicaux, les jeux sont déjà faits. Du «triomphe annoncé» dans le Sunday Telegraph(conservateur) à un «adieu Bling, bonjour les piques contre les riches»du Sunday Times (centre droit), l’ensemble de la presse britannique a depuis plusieurs jours déjà enterré Sarkozy, rappelant qu’en cas de défaite au second tour, il serait «le premier président à ne remplir qu’un seul mandat depuis Valéry Giscard d’Estaing, battu par François Mitterrand en 1981».

La campagne électorale française a pourtant été jugée fade, et, après avoir fait connaissance avec Hollande, quasi-inconnu avant le début de la campagne, les Britanniques se sont penchés sur le cas Mélenchon, perçu comme un ovni ayant pourtant apporté «sens du théâtre et enthousiasme» dans la campagne. Si le Times estimait que la «victoire de Hollande ce soir est embarrassante pour David Cameron [Premier ministre britannique, ndlr], qui avait explicitement apporté son soutien à Nicolas Sarkozy», Chris Adams, éditorialiste au Financial Times,jugeait que la «grande affaire de ce premier tour, c’est l’énorme score de l’extrême droite !» Pour le député travailliste Denis MacShane, ancien ministre des Affaires européennes, «l’extrême droite du FN a remplacé l’extrême gauche du PCF des années 70».

Berlin

Depuis des semaines déjà, presse et cercles politiques allemands se préparent à un passage du Merkozy au «Merkollande». Tonalité en Allemagne : la France - qui a perdu de longue date tout sens de la réalité - sera dans les prochaines semaines rattrapée par la loi des marchés monétaires et financiers. «La zone euro ne peut se permettre de compter en son centre une nation - la France - qui continue à mettre en péril sa note auprès des agences de notation», en refusant les réformes devenues inévitables du marché du travail et du système de protection sociale, estime le quotidien Tagesspiegel dans un commentaire.

Paris se trouverait donc à la veille d’un choc qui pourrait faire du prochain président - quel qu’il soit - un partenaire peu commode pour l’Allemagne. «Si Hollande gagne, il cherchera la confrontation avec Angela Merkel sur le sauvetage de l’Euro», estime-t-on à la chancellerie. La seule surprise pour les Allemands est le score des extrêmes et de Marine Le Pen. «Cette élection aura compté davantage de suspense que les démocrates ne l’auraient souhaité, avec un vote de protestation ayant atteint des proportions effrayantes», estime le quotidien allemand Frankfurter Rundschau.

Source : Libération. " l'Europe enterre déjà Nicolas Sarkozy " 

pluslonguenuit.jpg


08:24 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

23/04/2012

A suivre ...

voisins.jpg

C'est quoi, ce signe de la main ? ... Un adieu ? ... Mélenchon semble bien en retrait sur la photo. Il est vrai que ce montage vien du Figaro qui s'est permis une intrusion dans ma boîte-mail.

3mains.jpg

Ne lui serrez pas le kiki à cette rose, elle a besoin de s'épanouir ! 

09:40 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

18/04/2012

La dette (explication)

pacte-rapaces_modifié-1.jpgDette de la France : 40 ans de décisions politiques

1) La loi de 1973 Pompidou-Giscard : Interdit à la Banque de France de prêter à 0% d'intérêt à l'Etat français. Il doit donc emprunter auprès des banques privées à quelques % d'intérêts. Depuis, sur les 1700 milliards de dette, 1400 sont dus aux intérêts. En 2010, le service de la dette était de 150 milliards pour 300 milliards de recettes. Depuis 1973, la dette est passée de 20% à 85% du PIB qui a plus que doublé.

2) Article 104 de Maastricht (1992) : On passe au niveau européen : la Banque Centrale Européenne ne peut pas prêter aux Etats européens mais prête aux banques à 1% qui nous prêtent aux Etats à 3% ou plus en se faisant de confortables marges complètement injustifiées sinon par un système absurde mais qui a le grand avantage de profiter à la finance.

3) Article 123 de Lisbonne (2009) : On continue après le référendum de 2005 où les Français ont voté non à 55% : la BCE reste indépendante du pouvoir politique donc non démocratique comme la commission qui n'est pas élue. Sa mission est de contenir les prix, l'inflation : "The primary objective of the ECB’s monetary policy is to maintain price stability. This is the best contribution monetary policy can make to economic growth and job creation.".
Une autre manière de le dire est qu'on augmente le chômage, voir la courbe de Phillipps. Contrairement à ce que prétend le texte, le chômage diminue si le taux d'inflation est haut. Il faut néanmoins que les salaires augmentent avec l'inflation car l'argent stocké a une valeur qui diminue plus vite et donc cette valeur=temps de travail humain retourne dans la société productive.

4) Comment en sortir ?
Par construction, l'Europe n'est pas démocratique car le Parlement Européen, seul à être élu, ne peut pas rédiger les lois, c'est la Commission européenne non élue qui les rédige et le parlement dit oui ou non. De plus le droit européen est supérieur au droit français. Comme le soulignait déjà Philippe Seguin en 1992 au début d'un discours mémorable, le peuple français y perd sa souveraineté.

Dans ces élections présidentielles de 2012, 3 partis veulent sortir de cette dette illégitime :
Le Front de Gauche propose de changer le mandat de la BCE pour qu'elle puisse prêter aux Etats, mais vu la construction a-démocratique, subordonnée aux puissances d'argent de l'Europe, difficile est la tâche.
Debout La République et le Front National sont pour une sortie de l'Euro et revenir à la Banque de France qui prêtait au Trésor Public sans intérêt avant 1973.

 

Sources
Dans l'ordre :
Vidéo de Paul Grignon : L'argent dette
Vidéo d'Etienne Chouard : Privatisation de l'argent public
Site de la BCE : Mandat de la Banque Centrale Européenne
Wikipedia :
Service_de_la_dette
Budget_de_l'État_français
Courbe_de_Phillips
Site de l'assemblée nationale : Philippe Seguin et Maastricht
Vidéo des 3 candidats sur la dette : On Est Pas Couché


( AGORA VOX )

Clan-Chirac.jpg

Bandeau Ouest-France clan chirac.jpg

La ficelle est un peu grosse : Chirac a tout intérêt à se mettre sous la protection de l'éventuel-futur-président, tandis que " Maman " ménage ses arrières ... 

08:51 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

17/04/2012

Un procès qui n'a rien de kafkaïen ...

Anders-Behring-Brevik.jpg

La première journée du procès d'Anders Behring Breivik s'est déroulée ce lundi sans heurts, mais avec beaucoup d'émotion. Et à la surprise générale, l'auteur du double attentat qui a coûté la vie à 77 personnes le 22 juillet 2011 a éclaté en sanglots. Non sans une pointe de provocation : cela n'avait rien à voir avec des remords. Alors que le procureur faisait défiler la vidéo de propagande que Breivik avait lui-même réalisée et postée sur YouTube - quelques heures avant de partir pour sa mission funeste -, il n'a pu retenir ses larmes quand la musique s'est faite plus pompeuse, sur des images de chevaliers templiers.

Tout au long de cette journée d'audience, qui s'est terminée vers 15 h 30, le terroriste a fait preuve d'une froideur surprenante, avec même à certains moments un petit rictus ressemblant à un sourire. Il est resté impassible lorsque le procureur a diffusé la communication téléphonique d'une jeune fille avec la police, au moment où Breivik était déjà arrivé sur l'île d'Utoyea, peu après 17 h 15, ce 22 juillet, moins de deux heures après l'explosion de la bombe qui venait de tuer huit personnes à Oslo. 

Scène effroyable

Breivik, déguisé en policier, avait ouvert le feu sur cette petite île où près de 600 jeunes sociaux-démocrates étaient rassemblés pour leur université d'été. Arrivé dans la cafétéria où déjeunent des dizaines de jeunes, Breivik commence à tirer partout. La communication téléphonique est terrible. La jeune fille supplie les policiers, elle pleure, elle semble terrorisée. Les policiers ne comprennent pas ce qui arrive, ou n'en croient pas leurs oreilles. Les coups de feu se poursuivent, rapprochés. "Vous voyez ce qui se passe ?" demande le policier. "Non, je suis dans les toilettes", répond la jeune fille. Sa voix se fait ensuite chuchotante. "Il vient." Puis le silence. "Vous êtes encore là ?" demande le policier. "Oui", répond la voix assourdie. On entend que les tirs continuent. "Il vient." On saura par la suite que la jeune fille a survécu, sans blessure physique. Mais la scène est effroyable. Dans cette cafétéria, 13 jeunes ont été abattus en trois minutes.

Le procès va se poursuivre pendant dix semaines. À partir de mardi, c'est Breivik qui aura la parole, et ce, durant cinq jours. Dès le début du procès, lundi, il avait annoncé la couleur : il plaide non coupable et déclare avoir agi en état de légitime défense. "Je ne reconnais pas ce tribunal, a-t-il déclaré. Vous êtes nommés par des partis politiques qui soutiennent le multiculturalisme." Breivik pourra expliquer ses actes, lui qui se voit comme un templier en lutte pour le conservatisme culturel, et contre l'islamisation rampante de l'Europe

Source : Le Point (sans jeu de mots)                                                              

Ce procès nous donne un aperçu de ce qu'aurait été celui de Hitler s'il avait pu se dérouler. A aucun moment ce dernier n'aurait fait preuve de repentance puisque sa conviction était d'avoir raison. Toute la question qui se pose en dehors de l'horreur des faits est de savoir si les mythomanes sont ou non des malades mentaux. En ce cas, plus d'un chef d'Etat pourrait être mis en accusation. Breivik s'est arrogé un droit qui est exclusivement celui des gouvernements quand ils se croient en péril, d'où son commentaire sur la légitime défense. Nous allons juger celui-là et il le mérite bien sûr mais les guerres continueront à se déclencher ici ou là et paraîtront légitimes aux yeux de beaucoup. Quelles que soient les circonstances, TUER ne saurait se justifier : JAMAIS !

Bandeau le Grand Soir la toile brune.jpg

__________________

< Les iconoclasteries de Mickey >

(attention : ici la souris va être plutôt moins rigolote !…)


"Toute la question qui se pose en dehors de l'horreur des faits est de savoir si les mythomanes sont ou non des malades mentaux."
- "Toute LA question" ? Ah ? C’est vraiment la seule qui "se pose" ? Chez qui ? pour qui ? pour les médias ? Ils la posent, en effet, jusqu’à plus soif… mais nous ont-ils habitués à poser les bonnes questions ?
- "En dehors de l’horreur des faits" ? Pourquoi "en dehors" ? Horribles ou non, les faits sont là, têtus : c’est même parce qu’ils sont horribles qu’il y a jugement. Sinon, à l’évidence ils n’intéresseraient personne. Y aurait-il eu seulement un seul blessé léger –ou même simplement des dégâts matériels-, les faits sont déjà là : justifiant la saisine de la justice (ici, la question se pose plutôt à propos de la publicité qui en est effectuée : cf. débat lancé ici, à ce sujet précis…). Alors, 77 morts ! Difficile de poser la moindre question "en dehors", non ?
- Maintenant, à poser néanmoins "LA" question ("de savoir si les mythomanes sont ou non des malades mentaux"), à y répondre par oui ou par non, les morts en seront-ils moins nombreux… ou moins morts ? Cela ne change toujours pas un iota de faits moins que jamais à placer "en dehors".
"En ce cas, plus d'un chef d'Etat pourrait être mis en accusation." Certes. Mais posons ici une nouvelle question (un rien cynique…) : en cas de oui… ou de non ? À soumettre à un referendum, peut-être ?…


"Je ne reconnais pas ce tribunal, a-t-il déclaré."
Nouvelle question qui, elle, se pose "
en dehors de l'horreur des faits". Déjà parce qu’elle est posée par quelqu’un qui est non seulement en dehors du coup, mais qui a zéro mort à son actif : pas même de la déprédation matérielle… et pas seulement un poing dans la gueule de quiconque (pourtant, il y a des jours où ce n’est pas l’envie qui manque !…). Qui peut le plus peut le moins : à partir de l’instant où l’on reconnaît à un tueur (fier de l’être) le droit de dire en plein tribunal… qu’il ne reconnaît pas la légitimité dudit tribunal (!), on devrait pouvoir reconnaître à un autre le droit de :
1°) poser la question de savoir si  la "maladie mentale"©[1] n’est pas en soi une somptueuse mythomanie, permettant d’occulter les vraies questions : en cela, le Breivik est gênant parce qu’il la pose… mais en lui substituant ses mythomanies à lui, sur lesquelles se braquent les projecteurs
2°) ne pas reconnaître une once de légitimité à la présence hégémonique au sein des tribunaux (aussi bien en Norvège que partout ailleurs…) des pseudo-"experts"©[2][2bis] de la question soulevée ci-dessus… dont le monde entier a pu constater (une nouvelle fois !) au travers de cette sinistre affaire [3][3bis][4][4bis][5][6] combien leur prétendue "scientificité"© est égale ou inférieure à celle de la girouette.


"En ce cas, plus d'un" tribunal "pourrait être mis en accusation"… lorsque s’abritant frauduleusement derrière la "somptueuse mythomanie" suggérée plus haut, il se croit autorisé à juger des non-faits… si peu faits qu’il se heurte alors à des non comparants non "en fuite", mais simplement parce qu’ils n’ont en rien à "se justifier" de non-faits ! Il s’agit alors pour eux de la même déclaration que celle de Breivik, exprimée non par la parole mais par l’absence physique. Ceci sans délit, sans une goutte de sang sur les mains, est-il besoin de le rappeler ?
En voilà une AUTRE question intéressante à soulever… par définition "en dehors de l'horreur des faits" puisqu’il n’y en a pas ! Breivik, déguisé en policier ?  Et alors ? D’autres se déguisent bien en "experts"©, en "justiciers"©… bref, en mythomanes de première ! À cet égard, pas besoin d’aller jusqu’en Norvège, décidément…

 

(Ne comparons pas l'incomparable.) Il est évident que le Tribunal au nom de la démocratie vient de lui offrir une tribune et c'est exactement ce qu'il cherchait. Raison pour laquelle on a liquidé Ben Laden qui aurait eu bien trop de choses à dire, n'en doutons pas. Idem concernant Kadhafi ... En dehors de cela, la mythomanie de l'individu me paraît incontestable raison de plus pour ne pas surmédiatiser le procès comme cela semble vouloir être le cas. Ne serait-ce que par égard pour les familles des victimes ... Et voilà qu'il écrit un livre, lequel sera un best-seller, n'en doutons pas. Décidément, le monde marche sur la tête ! 



- Gentil, Mickey, gentil ! ...

mickeyenpetard.jpg


11:03 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (0)