Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2012

Lendemain de duel.

duel.jpgAh ! je traîne d'évidence plus les pattes que mes visiteurs ce matin … (du moins, certains que je connais et auxquels j'adresse une bise en passant).

Maintenant, rendons à César ce qui lui appartient. Hollande fut bien hier.

Sobre et suffisamment combatif pour mettre son adversaire en difficulté. Le sort avait voulu qu'il commençât en premier et cela lui fut sans nul doute bénéfique puisque de ce fait, c'est lui qui donnait le " la. " 

Presque 18 millions de téléspectateurs étaient en face de leur écran. Il paraît que Ségolène en avait eu 20 mais ce duel est selon moi, nettement supérieur au premier. 

Plus technique aussi et frisant parfois l'ennuyeux quand le problème des chiffres était longuement évoqué. D'autant qu'en ce domaine ils peuvent dire ce qu'ils veulent puisque nous n'avons pas les moyens de vérifier …

A force de s'entendre traiter d'anguille, François Hollande se devait d'apporter le démenti. Cela dit la posture d'un soir ne saurait changer en profondeur un tempérament et s'il est capable de combativité celle ci ne peut qu'être exceptionnelle. Mais quand Copé parle " d'imposture intellectuelle " j'ai fort envie de lui mettre un miroir sous le nez lui qui n'attend que 2017 pour être enfin débarrassé de Sarko !

La réflexion de Laurent Fabius était plus proche de la vérité car nous avions effectivement face à nous, un président sortant et un autre qui entrait … - en principe - car en matière de politique les certitudes n'existent pas)

Maintenant pour poursuivre dans le commentaire des réactions, Madame Morano ferait bien de se taire ce qui lui éviterait d'ajouter une sottise à une liste déjà trop longue. Les centristes fidèles à eux mêmes diviseront leurs troupes par trois de la droite à la gauche en passant par le vote blanc. Nulle surprise !

Celle qui arbore un sourire carnassier, c'est la dame en bleu marine qui rêve de l'éclatement de l'UMP pour prendre la place. Quant aux Verts, ce qu'ils ont entendu n'a pu les satisfaire mais je ne pense pas qu'ils conservaient quelque illusion quant à l'application probable de ce qu'ils préconisent. Une centrale sacrifiée sur le lot, c'est peu. Tout au plus une mesure de prudence-précautionneuse, l'installation ayant 40 ans et n'étant à l'origine prévue que pour 30.

 Contrairement à ce qu'il affirme, le long morceau de bravoure du candidat Hollande débitant son chapelet de " moi Président " était non seulement préparé mais en fonction du rythme utilisé, ressemblait étrangement à un texte appris par coeur.

Bah ! cela fait partie du spectacle et je conclurai donc par l'habituel : " Que le meilleur gagne ! " car si par malheur l'actuel devait passer il est indéniable qu'il nous ferait payer très cher ce qu'il vient de subir … Pour ma part, je n'ai nulle envie de lui dire " au revoir " ni adieu mais plutôt : au diable et surtout, ne reviens jamais. Que les dieux m'entendent ! 

__________________

< Les iconoclasteries de Mickey >

(attention : ici encore, la souris va être moins rigolote :
mais après tout, n’est-elle pas d’origine américaine… elle
aussi
 ?)

"En matière de politique les certitudes n'existent pas" ? Pour en rester à la sauce américaine, c’est Roosevelt qui disait : « en politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi. »
"cela fait partie du spectacle et je conclurai donc par l'habituel : " Que le meilleur gagne ! "" "Spectacle " est peut-être bien le mot approprié, en effet : en tout cas, celui d’hier soir… pour les "presque 18 millions de téléspectateurs" dont la p’tite souris confesse ne point faire partie : aussi serait-elle bien en peine de le commenter à son tour. Mais à ce jeu, est-ce bien le meilleur qui gagne ? Parce que, vu qu’elle est d’origine américaine, la p’tite souris, eh bien elle lit de l’américain : normal ! Ah ben tiens, par exemple, elle va nous lire une page du New York Post. Oh, comme c’est amusant : il y a justement un événement qui est près de survenir à Chicago : celui-là aussi, on peut être certain qu’il a été prévu pour se dérouler ainsi. Les 21/22 mai, très exactement : c’est dire qu’on aura oublié ce débat, ces querelles de chiffres… et tout ce qui se greffe autour. Voilà donc qui est prévu pour se dérouler plus de quinze jours après le duel dont il est question au-dessus.

251974463.jpg

(bien penser à cliquer sur l’image :
même pour ceux qui ne maîtrisent pas excellement l’anglais, c’est pas trop dur à piger…)

Ici, la p’tite souris va poser une question très rigolote :  quelqu’un pourrait-il lui expliquer comment nos amis Américains semblent savoir que le président sortant ne sera pas sorti puisqu’il est explicitement nommé parmi les invités au titre de "French President" ? Ce serait "par hasard" qu’ils ne sont pas au courant, pour le 6 mai ? Il semble que Roosevelt lui-même n’en serait pas certain
"le long morceau de bravoure du candidat Hollande débitant son chapelet de " moi Président ""… Ah ? et en quelle année ? Ou alors, il parlait du camembert ?…

- Mouais ! ... et bien, souhaitons qu'à cette date, Rikiki 1er soit dans le même état que Mickey, ci-dessous, ( espèce d'empêcheur de rêver en rond ! )

mickey.jpg

Momie écrase... Minnie ? Tout fiche le camp...

- Voilà ce qui arrive quand on se prend pour un lion , hihi !  ... (la preuve)

Mimi.jpg

Ouch : mais quelle sale Bête !
(ci-dessus... des fois que cette légende prêterait à confusion...)
L'EXPRESS SC.jpg

3701434595.jpg

Prématurée, la désintégration express ?...


QUESTION : on se fait hara-kiri tout de suite ou on attend dimanche soir, 20 heures ? ...

hara-kiri.jpg


10:45 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

01/05/2012

Les temps ont changé ...

hier.jpg

aujourd'hui.jpg


Bannière HF compteur mensuel S 04.jpg

07:12 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

30/04/2012

L'extrême droite, une politique de la haine.

par-terre.jpgLe magazine Marianne dans un numéro hors série (L 18248) paru en juillet-août 2010 commençait son avant-propos en ces termes, 

" Un spectre hante l'Europe : le retour en force de l'extrême droite." 

Nous y sommes :  islamophobie associée à la xénophobie et parfois racisme pur et simple, bien que beaucoup s'en défendent comme on se défendait avant Sarkozy d'appartenir à la droite. Après la droite décomplexée viendra l'extrême droite décomplexée, ce n'est pas encore le cas mais ça arrive !  

" ... ces partis d'extrême-droite révèlent l'état de crise d'un continent. 

Représentent-ils l'ébauche des futures dictatures que les démocrates devront combattre comme aux heures noires de l'histoire de l'Europe ? Ou prendront-ils l'allure d'une droite fréquentable promise à des coalitions victorieuses ? "  

Là, je dirai même plus, nous sommes en plein dedans !   

" Au nom de Dieu, de la Nation et de la race. "  

François Hollande voudrait que ce dernier terme disparaisse ce qui est une absurdité car il ne suffit pas de nier pour annuler. 

Quant à Dieu et la réutilisation de ce terme : " nation  " en cet évident déclin de l'Occident - le chanoine du Latran s'en est chargé.

Je suis profondément agacée lorsque nos politiques de presque tous les bords se revendiquent d'un héritage du gaulisme alors que le général n'a jamais caché son admiration pour Charles Maurras mais qui le sait ou s'en souvient encore ? 

Et puisque l'occasion se présente, citons donc ce doctrinaire de l'Action française, 

" Le mal ne vient pas du nombre de votants mais de l'objet sur lequel ils votent. Si on leur donne à décider des tendances du Gouvernement, si on leur donne à choisir le Chef, il y a mille contre un à parier qu'ils éliront l'homme dont le nez leur plaira et qui n'aura pas plus de cerveau qu'une calebasse; Il y a dix mille contre un à penser qu'ils exigeront du gouvernement la politique de leur intérêt particulier, sacrifiant l'intérêt général, la politique du moindre effort et du moindre labeur (sic) sans se soucier du présent éloigné ni du prochain avenir. La démocratie libérale exécrée est le règne du parlementarisme, d'où procèdent des gouvernements sans force, où prospère la corruption, (!) où s'anéantit dans le bavardage toute détermination politique. "  

Rien que dans ce paragraphe, j'en connais certains qui peuvent faire leur marché. 

L' Histoire nous a prouvé que chaque fois qu'un peuple fut méprisé par ses gouvernants, de grandes catastrophes s'ensuivirent. Le sachant, d'aucuns utilisent un langage populiste qui leur sert de vitrine alors ne soyons pas dupes et restons vigilants. Il n'est jamais trop tard pour cela.

Et ne vous trompez pas de cortège au 1er Mai ! 

heil.jpg

Là, le point d'interrogation est en trop ! 

07:03 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

26/04/2012

Une très longue nuit : 5 ans ! (La nuit des morts vivants)

vote.jpgA Bruxelles, Londres ou Berlin, officiels et médias prennent déjà acte de la défaite de Nicolas Sarkozy qu’ils ne regretteront pas. Mais tous ont été surpris par le score de l’extrême droite.

Bruxelles

Rares seront ceux qui, à Bruxelles regretteront Sarkozy. En cinq ans, sa volonté de marginaliser les institutions communautaires au profit des Etats, son mépris des petits pays, mais aussi son agressivité lui ont attiré beaucoup d’ennemis, même si chacun salue son engagement dans le sauvetage de l’euro. «L’Europe tirera profit de l’élection de François Hollande : il sera moins intergouvernemental et plus inclusif vis-à-vis de ses partenaires petits ou grands, et il y aura moins d’agressivité autour de la table du Conseil européen» des chefs d’Etat et de gouvernement, se réjouit un responsable européen de haut niveau. «Il sera plus équilibré et moins excessif que Sarkozy»,surenchérit un diplomate européen. Même si personne ne veut parler officiellement, par crainte d’interférer avec la campagne, chacun y va de son commentaire. «Une réélection de Nicolas Sarkozy serait désastreuse pour l’Europe», martèle un diplomate de haut rang : «Il serait renforcé dans son populisme, puisqu’il gagnerait sur les thèmes antieuropéens et anti-immigration qui ont été au centre de sa campagne. Comme ce serait son dernier mandat, plus rien ne pourrait le freiner dans sa dérive intergouvernementale. Même la chancelière allemande, Angela Merkel, qui est fédéraliste, ne pourrait pas faire grand-chose, car elle doit affronter des élections en septembre 2013.»

Bref, à Bruxelles, on estime que Sarkozy aurait les mains libres pour imposer l’Europe des Etats, celle dont rêvait le général de Gaulle… Pour autant, le candidat socialiste reste un mystère : «Si on sait ce que Sarkozy voulait défaire, on ne sait toujours pas ce que Hollande veut faire», grince-t-on dans les couloirs du Parlement européen. Car, la campagne électorale française «n’a pas porté sur l’Europe, alors même que son avenir se joue en Europe», ironise un dirigeant d’un pays de l’Union. «De toute façon, la marge de manœuvre économique et budgétaire de Hollande sera étroitement limitée par les engagements européens de la France et par la pression des marchés», souligne un haut fonctionnaire communautaire.

Londres

Le Sunday Times s’était fendu hier d’une caricature sur «the frog race»(la course des grenouilles), figurant une énorme grenouille verte à l’effigie d’un Hollande souriant sautant au-dessus d’un plus petit batracien, au visage grimaçant de Sarkozy. «Pour les Britanniques, il n’y a que deux élections au monde qui valent le coup d’être suivies, les américaines et les françaises. La France est le grand voisin, ce qui s’y passe peut avoir un impact chez nous», note David Rennie, éditorialiste à The Economist. Et pour les journaux dominicaux, les jeux sont déjà faits. Du «triomphe annoncé» dans le Sunday Telegraph(conservateur) à un «adieu Bling, bonjour les piques contre les riches»du Sunday Times (centre droit), l’ensemble de la presse britannique a depuis plusieurs jours déjà enterré Sarkozy, rappelant qu’en cas de défaite au second tour, il serait «le premier président à ne remplir qu’un seul mandat depuis Valéry Giscard d’Estaing, battu par François Mitterrand en 1981».

La campagne électorale française a pourtant été jugée fade, et, après avoir fait connaissance avec Hollande, quasi-inconnu avant le début de la campagne, les Britanniques se sont penchés sur le cas Mélenchon, perçu comme un ovni ayant pourtant apporté «sens du théâtre et enthousiasme» dans la campagne. Si le Times estimait que la «victoire de Hollande ce soir est embarrassante pour David Cameron [Premier ministre britannique, ndlr], qui avait explicitement apporté son soutien à Nicolas Sarkozy», Chris Adams, éditorialiste au Financial Times,jugeait que la «grande affaire de ce premier tour, c’est l’énorme score de l’extrême droite !» Pour le député travailliste Denis MacShane, ancien ministre des Affaires européennes, «l’extrême droite du FN a remplacé l’extrême gauche du PCF des années 70».

Berlin

Depuis des semaines déjà, presse et cercles politiques allemands se préparent à un passage du Merkozy au «Merkollande». Tonalité en Allemagne : la France - qui a perdu de longue date tout sens de la réalité - sera dans les prochaines semaines rattrapée par la loi des marchés monétaires et financiers. «La zone euro ne peut se permettre de compter en son centre une nation - la France - qui continue à mettre en péril sa note auprès des agences de notation», en refusant les réformes devenues inévitables du marché du travail et du système de protection sociale, estime le quotidien Tagesspiegel dans un commentaire.

Paris se trouverait donc à la veille d’un choc qui pourrait faire du prochain président - quel qu’il soit - un partenaire peu commode pour l’Allemagne. «Si Hollande gagne, il cherchera la confrontation avec Angela Merkel sur le sauvetage de l’Euro», estime-t-on à la chancellerie. La seule surprise pour les Allemands est le score des extrêmes et de Marine Le Pen. «Cette élection aura compté davantage de suspense que les démocrates ne l’auraient souhaité, avec un vote de protestation ayant atteint des proportions effrayantes», estime le quotidien allemand Frankfurter Rundschau.

Source : Libération. " l'Europe enterre déjà Nicolas Sarkozy " 

pluslonguenuit.jpg


08:24 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (0)