Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2013

Algérie, après le survol de son espace aérien ...

Rep Lorrain assaut tragédie.jpg


site-gazier.jpg

 

L’armée algérienne aurait réussi à libérer 600 Algériens et quatre otages, mais au prix d’un assaut qui a fait une cinquantaine de morts dont une majorité d’otages à In Amenas, selon un islamiste. L’armée ne maîtrisait hier soir qu’une partie du site.

 

Il n’y a pas eu de délai de grâce, ni de négociations poussées avec les terroristes qui s’étaient emparés mercredi d’un gigantesque complexe gazier, en plein Sahara, faisant des centaines d’otages, dont au moins 41 étrangers.

L’armée algérienne, qui avait encerclé le complexe dès les premières heures de la prise d’otages, est intervenue hier. Seule certitude, alors que la confusion régnait sur le terrain, hier soir : il y a eu de nombreux tués dans l’assaut.

On évoque le nombre de 6 à 34 morts parmi les otages, ainsi que celle de plusieurs terroristes. Mais aucun bilan, ni même aucun récit crédible de ce qui s’est passé, n’était disponible de source officielle dans l’immédiat après l’intervention algérienne. Selon la préfecture régionale, seul le « site de vie », où se trouvaient la majorité des otages, était neutralisé cette nuit tandis que les forces de sécurité encerclaient encore l’usine du complexe. Quatre otages – un Français, deux Britanniques et un Kényan – ont été libérés lors de l’assaut, selon l’agence algérienne APS, qui a également annoncé la libération de 600 otages algériens. Le commando essayait « de transporter une partie des otages vers un lieu plus sûr », selon un porte-parole du groupe terroriste, cité par l’agence mauritanienne ANI, lorsque l’armée algérienne l’a bombardé, tuant 34 otages et 15 ravisseurs. « Sept étrangers étaient toujours en vie après le raid (trois Belges, deux Américains, un Japonais et un Britannique) , mais leur survie est compromise par la poursuite de l’assaut », expliquait cet islamiste, d’après lequel « des avions de combat et des unités au sol ont entamé une tentative pour prendre de force le complexe ». La télévision publique algérienne parlait hier soir de « trois morts » parmi les otages.

Devant la « situation confuse qui évolue d’heure en heure », le président François Hollande a dit faire « toute confiance aux autorités algériennes » pour gérer la crise.

Polémique

Le Premier ministre britannique David Cameron s’est montré moins compréhensif. « Le gouvernement algérien est au courant que nous aurions préféré être contactés à l’avance », a-t-il fait dire. Pour sa part, Washington a fait part de son inquiétude « au sujet des informations sur des pertes en vies ». Le gouvernement japonais a demandé dans la journée à celui d’Alger « l’arrêt de l’assaut ».

Une fois que le bilan de cette opération, qui s’annonce lourd et dramatique, aura été fait, il faudra se pencher sur les failles qui ont permis l’intrusion du commando islamiste. Les assaillants affirment être venus du Mali, situé à plus de 1 200 km de là, mais le ministre algérien de l’Intérieur a estimé mercredi qu’ils étaient venus de la région proche. Hier soir, il rectifiait : le commando serait venu de Libye. Selon plusieurs observateurs, une opération aussi complexe a été montée de longue date, bien avant l’intervention française au Mali, même si elle est présentée comme la première action de représailles à cet engagement. « Cette prise d’otages demande une préparation. Très clairement, il a fallu plusieurs semaines pour acheminer des moyens, des hommes, il a fallu des repérages », souligne Gérard Longuet, ancien ministre de la Défense et sénateur de la Meuse, ajoutant que l’intervention française au Mali a peut-être été « un déclencheur », mais qu’on ne peut « pas imaginer qu’en moins d’une semaine, une telle prise d’otages ait pu être conçue par une filiale d’al-Qaïda ou Aqmi ». Pour lui, « en tout état de cause, c’est un objectif qui avait été préparé. » Le but de cette action, selon l’ancien ministre, c’est de « montrer qu’ils sont présents partout, que la zone sahélienne, de la Mer Rouge à l’Atlantique, est sous leur influence ».

L’Algérie se retrouve désormais en première ligne du front antiterroriste et au cœur d’une polémique sur la brutalité de sa réaction. Mais pouvait-elle échapper à une confrontation directe ?

Abu al-Baraa al-Jazairi était, selon une agence de presse mauritanienne, à la tête du commando à In Amenas. Il figurerait parmi les tués de l’opération militaire.

 

Source : Le Républicain Lorrain.

le-lieu.jpg

10:51 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

15/01/2013

Les intérêts d'Areva au Mali ...

Bandeau SOTT.net intervention française Mali.jpg

2696855407.jpgLes soldats français vont-ils risquer leur vie au Mali pour « la France » ? Pour empêcher « l'islamisation » de la région ? Pour défendre la « conditions des femmes et de la liberté d'expression », comme l'indiquait Bernard Kouchner sur BFMTV ce samedi, ou pour qu'Areva puisse obtenir les droits d'exploitation d'une mine d'uranium de 5'000 tonnes dans le sud-ouest du pays qu'elle convoite depuis de nombreuses années ?

L'intervention française, baptisée « Opération Serval », du nom d'un félin africain, a été décidée après que les islamistes d'Ansar Edine ait pris plusieurs positions dans le sud du pays, notamment la région de Komma, et menaçaient de prendre la capitale Bamako, et donc d'avoir un contrôle total du pays. 

Une situation qui posait un problème à la France, non pas pour les raisons « humanitaires » si chères à Bernard Kouchner et autres BHL, mais plus vraisemblablement parce que la société Areva, groupe industriel français spécialisé dans les métiers du nucléaire, en particulier l'extraction de minerai d'uranium, bataille depuis plusieurs années pour obtenir l'exploitation de quelques 5'000 tonnes de minerai qui se trouvent à Faléa, une commune de 21 villages et 17'000 habitants, située dans une région isolée à 350 kilomètres de Bamako. 

L'histoire de l'exploration du sous-sol de la région de Faléa ne date pas d'hier : dans les années 1970, déjà, la Cogema (l'ancien nom d'Areva) et le Bureau de Recherche Géologique Minière en collaboration avec la société d'Etat malienne (SONAREM) avaient effectué travaux de prospection. L'exploitation n'avait pas semblé rentable à l'époque, notamment du fait de l'enclavement de la zone, des problèmes d'accès à l'eau et de l'énergie nécessaire au fonctionnement de la mine. Depuis, le contexte mondial a changé et c'est désormais une véritable « colonisation minière » qui se joue au Mali. 

Depuis 2005, la société canadienne Rockgate a été mandatée par le gouvernement malien afin d'effectuer des forages et recherches à Faléa. Rockgate a produit en 2010 un rapport préliminaire, qui a ensuite été complété par Golder Associates, une société internationale de « conseils dans les domaines connexes de l'énergie » qui indique « que le Mali offre un environnement de classe mondiale pour l'exploitation d'uranium ». 

Depuis 2011, Rockgate a mandaté l'entreprise française Foraco, basée à Marseille et cotée en bourse à Toronto, pour l'aider dans l'expansion des explorations et forages à Faléa. 

La France semble donc bien engagée sur le dossier de l'uranium malien. D'ailleurs, son ambassadeur, Christian Rouyer, déclarait il y a quelques mois « qu'Areva sera le futur exploitant de la mine d'uranium à Faléa. » 

De là à penser que l'intervention militaire française au Mali vise principalement à protéger les intérêts d'Areva, il n'y a qu'un pas.

Source : Sott.net

R-sistons guerre Mali.jpg

A part ça, le consensus est total ! ... 

10:31 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

12/01/2013

Intervention armée au Mali.

Alors que les médias affirment que la classe politique tout entière est unanime en faveur de l'engagement, que François Hollande surnommé par certains " Mr Volte-Face " fait exactement le contraire de ce qu'il avait dit (il y a peu) que Marine Le Pen crie " bravo " après s'être fait incroyablement le chantre de la non-ingérence ...

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de Gauche, a jugé vendredi "discutable" l'engagement de l'armée française au Mali et "condamnable" le fait que la décision ait été prise "sans en saisir préalablement ni le gouvernement ni le Parlement".

"L'intérêt d'une intervention militaire extérieure pour régler le problème posé au nord du Mali est discutable. En décider alors que les intérêts fondamentaux de la France ne sont pas en cause, selon le chef de l'Etat lui-même, et alors que les troupes africaines sont engagées, est discutable", écrit M. Mélenchon dans un communiqué.

"En décider seul, sans en saisir préalablement ni le gouvernement ni le Parlement, est condamnable", a-t-il ajouté.

François Hollande a confirmé vendredi l'engagement des forces armées françaises au Mali pour repousser les groupes armés islamistes en soutien aux troupes maliennes. Dans une déclaration à l'Elysée, le chef de l'Etat a affirmé que cette opération de lutte contre des "terroristes" durerait "le temps nécessaire", ajoutant que le Parlement serait "saisi dès lundi" sur ce dossier.

... il serait temps ! 

On s'étonne qu'il y ait déjà des victimes. Aurait-on oublié que l'on ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs ? Ici ce sont des hommes dont il est question. Que vont devenir les otages ? ... mais les gouvernants tout comme les banquiers ne connaissent que les chiffres. Nous sommes des pions sur l'échiquier géostratégique mondial.

Bandeau allain Jules Mali.jpg

11:43 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

09/01/2013

La gauche anti-antiguerre.

Bandeau voltaire.net gauche anti-antiguerre.jpg

535216012.jpgDepuis les années 1990 et en particulier depuis la guerre du Kosovo en 1999, les adversaires des interventions occidentales et de l’OTAN ont dû faire face à ce qu’on pourrait appeler une gauche (et une extrême gauche) anti-antiguerre, qui regroupe la social-démocratie, les Verts, et le plus gros de la gauche « radicale » (le Nouveau Parti Anticapitaliste divers groupes antifascistes etc.). C’est une gauche qui ne se déclare pas ouvertement en faveur des interventions militaires occidentales et est parfois critique de celles-ci (en général, uniquement par rapport aux tactiques suivies et aux intentions, pétrolières ou géostratégiques, attribuées aux puissances occidentales), mais elle dépense le plus gros de son énergie à « mettre en garde » contre les dérives supposées de la partie de la gauche qui reste fermement opposée à ces interventions.

Elle nous appelle à soutenir les « victimes » contre les « bourreaux », à être « solidaires des peuples contre les tyrans », à ne pas céder à un « anti-impérialisme », un « antiaméricanisme », ou un « antisionisme » simplistes, et, surtout, à ne pas nous allier à l’extrême droite. Après les Albano-Kosovars, en 1999, on a eu droit aux femmes afghanes, aux Kurdes irakiens, et plus récemment aux peuples libyen et syrien, que « nous » devons protéger.

On ne peut pas nier que la gauche anti-antiguerre ait été extrêmement efficace. La guerre en Irak, qui était présentée sous forme d’une lutte contre une menace imaginaire, a bien suscité une opposition passagère, mais il n’y a eu qu’une très faible opposition à gauche aux interventions présentées comme « humanitaires », telles que celle du Kosovo, le bombardement de la Libye, ou l’ingérence en Syrie aujourd’hui. Toute réflexion sur la paix ou l’impérialisme a simplement été balayée devant l’invocation du « droit d’ingérence », de la « responsabilité de protéger », ou du « devoir d’assistance à peuple en danger ».

Une extrême gauche nostalgique des révolutions et des luttes de libération nationale tend à analyser tout conflit à l’intérieur d’un pays donné comme une agression d’un dictateur contre son peuple opprimé aspirant à la démocratie. L’interprétation, commune à la gauche et à la droite, de la victoire de l’Occident dans la lutte contre le communisme, a eu un effet semblable.

Qui est ce « nous » qu’on appelle à « protéger et intervenir » ?

L’ambigüité fondamentale du discours de la gauche anti-antiguerre porte sur la question de savoir qui est le « nous » qui doit protéger, intervenir, etc. S’il s’agit de la gauche occidentale, des mouvements sociaux ou des organisations de défense des droits de l’homme, on doit leur poser la question que posait Staline à propos du Vatican : « combien de divisions avez-vous ? » En effet, tous les conflits dans lesquels « nous » sommes supposés intervenir sont des conflits armés. Intervenir signifie intervenir militairement et pour cela, il faut avoir les moyens militaires de le faire.

Manifestement, la gauche européenne n’a pas ces moyens. Elle pourrait faire appel aux armées européennes pour qu’elles interviennent, au lieu de celles des Etats-Unis ; mais celles-ci ne l’ont jamais fait sans un appui massif des Etats-Unis, ce qui fait que le message réel de la gauche anti-antiguerre est : « Messieurs les Américains, faites la guerre, pas l’amour ! ». Mieux : comme, après leur débâcle en Afghanistan et en Irak, les Américains ne vont plus se risquer à envoyer des troupes au sol, on demande à l’US Air Force, et à elle seule, d’aller bombarder les pays violateurs des droits de l’homme.

On peut évidemment soutenir que l’avenir des droits de l’homme doit être confié aux bons soins et à la bonne volonté du gouvernement des des Etats-Unis, de ses bombardiers et de ses drones. Mais il est important de comprendre que c’est cela que signifient concrètement tous les appels à la « solidarité » et au « soutien » aux mouvements sécessionnistes ou rebelles engagés dans des luttes armées. En effet, ces mouvements n’ont nul besoin de slogans criés dans des « manifestations de solidarité » à Bruxelles ou Paris, et ce n’est pas cela qu’ils demandent. Ils veulent des armes lourdes et le bombardement de leurs ennemis et, cela, seuls les Etats-Unis peuvent le leur fournir.

La gauche anti-antiguerre devrait, si elle était honnête, assumer ce choix, et appeler ouvertement les Etats-Unis à bombarder là où les droits de l’homme sont violés ; mais elle devrait alors assumer ce choix jusqu’au bout. En effet, c’est la même classe politique et militaire qui est supposée sauver les populations « victimes de leur tyrans » et qui a fait la guerre du Vietnam, l’embargo et les guerres contre l’Irak, qui impose des sanctions arbitraires contre Cuba, l’Iran et tous les pays qui lui déplaisent, qui soutient à bout de bras Israël, qui s’oppose par tous les moyens, y compris les coups d’Etat, à tous les réformateurs en Amérique Latine - d’Arbenz à Chavez en passant par Allende, Goulart et d’autres - et qui exploite de façon éhontée les ressources et les travailleurs un peu partout dans le monde. Il faut beaucoup de bonne volonté pour voir dans cette classe politique et militaire l’instrument du salut des « victimes », mais c’est, en pratique, ce que la gauche anti-antiguerre prône, parce que, étant donné les rapports de force dans le monde, il n’existe aucune autre instance capable d’imposer sa volonté par des moyens militaires.

Evidemment, le gouvernement des Etats-Unis sait à peine que la gauche anti-antiguerre européenne existe ; Washington décide de faire ou non la guerre en fonction de ses chances de succès, de ses intérêts, de l’opposition interne et externe à celle-ci, etc. Et, une fois la guerre déclenchée, Washington veut la gagner par tous les moyens. Cela n’a aucun sens de lui demander de ne faire que de bonnes interventions, seulement contre les vrais méchants, et avec des gentils moyens qui épargnent les civils et les innocents.

Ceux qui ont appelé l’OTAN à « maintenir les progrès pour les femmes afghanes », comme Amnesty International (USA) l’a fait lors du meeting de l’OTAN à Chicago, appellent de fait les Etats-Unis à intervenir militairement et, entre autres, à bombarder des civils afghans et à envoyer des drones sur le Pakistan. Cela n’a aucun sens de leur demander de protéger et pas de bombarder, parce que c’est ainsi que les armées fonctionnent.

Un des thèmes favoris de la gauche anti-antiguerre est d’appeler ceux qui s’opposent aux guerres à ne pas « soutenir le tyran », en tout cas pas celui dont le pays est attaqué. Le problème est que toute guerre nécessite un effort massif de propagande ; et que celle-ci repose sur la diabolisation de l’ennemi et, surtout, de son dirigeant. Pour s’opposer efficacement à cette propagande, il faut nécessairement dénoncer les mensonges de la propagande, contextualiser les crimes de l’ennemi, et les comparer à ceux de notre propre camp. Cette tâche est nécessaire mais ingrate et risquée : on vous reprochera éternellement la moindre erreur, alors que tous les mensonges de la propagande de guerre sont oubliés une fois les opérations terminées.

Bertrand Russell et les pacifistes britanniques étaient déjà, lors de la Première Guerre mondiale, accusés de « soutenir l’ennemi » ; mais, s’ils démontaient la propagande des Alliés, ce n’était pas par amour du Kaiser, mais par attachement à la paix. La gauche anti-antiguerre adore dénoncer « les deux poids deux mesures » des pacifistes cohérents qui critiquent les crimes de leur propre camp mais contextualisent ou réfutent ceux qui sont attribués à l’ennemi du moment (Milosevic, Kadhafi, Assad, etc.), mais ces « deux poids deux mesures » ne sont jamais que la conséquence d’un choix délibéré et légitime : contrer la propagande de guerre là où l’on se trouve (c’est-à-dire en Occident), propagande qui elle-même repose sur une diabolisation constante de l’ennemi attaqué ainsi que sur une idéalisation de ceux qui l’attaquent.

La gauche anti-antiguerre n’a aucune influence sur la politique états-unienne, mais cela ne veut pas dire qu’elle n’a pas d’effets. D’une part, sa rhétorique insidieuse a permis de neutraliser tout mouvement pacifiste ou antiguerre, mais elle a aussi rendu impossible toute position indépendante d’un pays européen, comme ce fut le cas pour la France sous De Gaulle, et même, dans une moindre mesure, sous Chirac, ou pour la Suède d’Olof Palme. Aujourd’hui, une telle position serait immédiatement attaquée par la gauche anti-antiguerre, qui possède une caisse de résonance médiatique considérable, comme un « soutien au tyran », une politique « munichoise », coupable du « crime d’indifférence ».

Ce que la gauche anti-antiguerre a accompli, c’est de détruire la souveraineté des Européens face aux Etats-Unis et d’éliminer toute position de gauche indépendante face aux guerres et à l’impérialisme. Elle a aussi mené la majorité de la gauche européenne à adopter des positions en totale contradiction avec celles de la gauche latino-américaine et à s’ériger en adversaires de pays comme la Chine ou la Russie qui cherchent à défendre le droit international (et ont parfaitement raison de le faire).

Un aspect bizarre de la gauche anti-antiguerre c’est qu’elle est la première à dénoncer les révolutions du passé comme ayant mené au totalitarisme (Staline, Mao, Pol Pot, etc.) et qu’elle nous met sans cesse en garde contre la répétition des « erreurs » du soutien aux dictateurs faite par la gauche de l’époque. Mais, maintenant que la révolution est menée par des islamistes, nous sommes supposés croire que tout va aller bien et applaudir. Et si la « leçon à tirer du passé » était que les révolutions violentes, la militarisation et les ingérences étrangères n’étaient pas la seule ou la meilleure façon de réaliser des changements sociaux ?

Au lieu de prôner l’intervention,
exigeons le strict respect du droit international

On nous répond parfois qu’il faut agir « dans l’urgence » (pour sauver les victimes). Même si on admettait ce point de vue, le fait est qu’après chaque crise, aucune réflexion n’est menée à gauche sur ce que pourrait être une politique autre que l’appui aux interventions militaires. Une telle politique devrait opérer un virage à 180° par rapport à celle qui est prônée actuellement par la gauche anti-antiguerre. Au lieu de demander plus d’interventions, nous devrions exiger de nos gouvernements le strict respect du droit international, la non ingérence dans les affaires intérieures des autres Etats et le remplacement des confrontations par la coopération. La non ingérence n’est pas seulement la non intervention sur le plan militaire, mais aussi sur les plans diplomatique et économique : pas de sanctions unilatérales, pas de menaces lors de négociations et le traitement de tous les Etats sur un pied d’égalité.

Au lieu de « dénoncer » sans arrêt les méchants dirigeants de pays comme la Russie, la Chine, l’Iran, Cuba, au nom des droits de l’homme - ce que la gauche anti-antiguerre adore faire - nous devrions les écouter, dialoguer avec eux, et faire comprendre leurs points de vue politiques à nos concitoyens.

Evidemment, une telle politique ne résoudrait pas les problèmes des droits de l’homme en Syrie ou Libye ou ailleurs. Mais qu’est-ce qui les résout ? La politique d’ingérence augmente les tensions et la militarisation dans le monde. Les pays qui se sentent visés par cette politique, et ils sont nombreux, se défendent comme ils peuvent ; les campagnes de diabolisation empêchent les relations pacifiques entre Etats, les échanges culturels entre leurs citoyens et, indirectement, le développement des idées libérales que les partisans de l’ingérence prétendent promouvoir. A partir du moment où la gauche anti-antiguerre a abandonné tout programme alternatif face à cette politique, elle a de fait renoncé à avoir la moindre influence sur les affaires du monde. Il n’est pas vrai qu’elle « aide les victimes » comme elle le prétend. A part détruire toute résistance ici à l’impérialisme et à la guerre, elle ne fait rien, les seuls qui agissent réellement étant, en fin de compte, les gouvernements états-uniens. Leur confier le bien-être des peuples est une attitude de désespoir absolu.

Cette attitude est un aspect de la façon dont la majorité de la gauche a réagi à la « chute du communisme », en soutenant l’exact contrepied des politiques suivies par les communistes, en particulier dans les affaires internationales, où toute opposition à l’impérialisme et toute défense de la souveraineté nationale est vue à gauche comme une forme d’archéo-stalinisme.

La politique d’ingérence, comme d’ailleurs la construction européenne, autre attaque majeure contre la souveraineté nationale, sont deux politiques de droite, l’une appuyant les tentatives états-uniennes d’hégémonie, l’autre le néo-libéralisme et la destruction des droits sociaux, qui ont été justifiées en grande partie par des discours « de gauche » : les droits de l’homme, l’internationalisme, l’antiracisme et l’antinationalisme. Dans les deux cas, une gauche désorientée par la fin du communisme a cherché une bouée de secours dans un discours « humanitaire » et « généreux », auquel manquait totalement une analyse réaliste des rapports de force dans le monde. Avec une gauche pareille, la droite n’a presque plus besoin d’idéologie, celle des droits de l’homme lui suffit.

Néanmoins, ces deux politiques, l’ingérence et la construction européenne, se trouvent aujourd’hui dans une impasse : l’impérialisme états-uniens fait face à des difficultés énormes, à la fois sur le plan économique et diplomatique ; la politique d’ingérence a réussi à unir une bonne partie du monde contre elle. Presque plus personne ne croit à une autre Europe, à une Europe sociale, et l’Europe réellement existante, néo-libérale (la seule possible) ne suscite pas beaucoup d’enthousiasme parmi les travailleurs.

Bien sûr, ces échecs profitent à la droite et à l’extrême droite, mais cela uniquement parce que le plus gros de la gauche a abandonné la défense de la paix, du droit international et de la souveraineté nationale, comme condition de possibilité de la démocratie.

Jean Bricmont

Source : Voltairenet.org

02:12 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)