Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2013

sur une cathédrale perchés ...

Bandeau europe 4 pères.jpg

Par Europe1.fr avec AFP

 
4 pères retranchés sur une cathédrale

Des pères de famille se sont retranchés jeudi en haut de la cathédrale d'Orléans. © Max PPP

Quatre pères ont passé la nuit de jeudi à vendredi dans la cathédrale d'Orléans, où ils sont retranchés depuis jeudi après-midi, leur action étant destinée à dénoncer des problèmes de garde d'enfants à la suite de séparations, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Au total, neuf parents, dont une mère, avaient investi jeudi une terrasse du monument située au-dessus de la façade principale, au pied de la tour sud. Cinq étaient redescendus dans la soirée. Les quatre pères ont passé la nuit "sur cette terrasse", a expliqué, par téléphone, l'un d'eux, Frédéric Foroughi, affirmation confirmée par la préfecture du Loiret.

"On a posé une tente sur la terrasse, on a des duvets et de quoi se nourrir", a ajouté Frédéric Foroughi. "On s'est relayé pour dormir, deux par deux". "On est déterminé à rester là-haut", a encore assuré Frédéric Foroughi, qui "ne voit plus ses deux enfants qu'un week-end sur deux, soit quatre jours par mois".

Les gays mariés ne divorceront jamais, soyez-en persuadés. (LOL)

(je ne vous dis pas le boxon que ça va être  ...)

p.s. Ce n'est pas la meilleure vidéo mais elles sont presque toutes désactivées au téléchargement. Sorry ! 

__________________


<Les reportages express de Mickey>

Kévin Pirot.jpg

OMR SJ.jpg

[*]-[*]

Vue des pères.jpg

10:39 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

09/05/2013

Tamara de Lempicka à la Pinacothèque

Pinacothèque.jpg

Sur France Info vandredi 3 mai dans le 12H-14H, Bernard Thomasson recevait Marc Restellini, Directeur de la Pinacothèque de Paris :

 

L'Art nouveau et l'Art déco : deux mouvements consécutifs et antagonistes.

L'Art nouveau s'est fait en réaction à l'académisme et à une société en pleine industrialisation et l'Art déco s'est constitué en réaction et en opposition à l'Art nouveau. À partir de 1895, l'Art nouveau a joué pendant deux décennies un rôle dynamique et controversé sur la scène parisienne. Ses formes en arabesques et ses volutes finissent par s'assagir puis disparaître avant la Première Guerre mondiale pour donner naissance au mouvement Art déco, dont Tamara de Lempicka est l'icône incontestée. Mondaine, libre et théâtrale, elle développe durant les Années folles un style audacieux, qui lui confère une place tout à fait à part dans l'art moderne.

Les deux expositions présentées simultanément sur les deux sites de la Pinacothèque, permettent aux visiteurs de découvrir la première rétrospective de l'Art nouveau français et son évolution en mouvement Art déco par l'intermédiaire d'une de ses icônes, Tamara de Lempicka.

Tamara de Lempicka, Portrait d'Arlette Boucard, Avril 1928, Huile sur toile, 70 x 130 cm, Collection privée
© Tamara Art Heritage / Licensed by Museum Masters International NYC / ADAGP, Paris 2013

L'art nouveau, la Révolution décorative

En réaction au classicisme, l'Art nouveau n'impose aucune obligation à l'artiste. Conçu comme l'art de la liberté, il se dégage des convenances qui entravaient jusque-là la création. Les formes codifiées qui sont la caractéristique de l'académisme volent en éclats comme pour faire de l'Art nouveau un art transgressif au cœur duquel l'érotisme devient une donnée incontournable.

Conçu comme un art total, l'Art nouveau est partout, il est aussi bien peinture que mobilier, bijou, architecture et verrerie, référence à la nature, à la femme, aux plantes : l'interpénétration de tout en tout pourvu qu'elle chasse l'austérité et les règles.

Les grands noms de l'Art nouveau sont parmi les plus célèbres du tournant du XIXè au XXè siècle. Ce sont Gallé, Daum, Mucha, Majorelle, Horta, Van de Velde, Gaudí, Guimard, Lalique, Grasset, Steinlein, Ruskin, Klimt ou Bugatti. Ils bouleversent les schémas de la vie et transforment son esthétique pour la rendre agréable et décorative.

Lucien Hirtz, pour Frédéric Boucheron, Large bol avec trois portraits d'après Lucien Lévy-Dhurmerc. 1895 Argent forgé et émaillé 12,5 x 24 x 23 cm Collection privée © Arwas Archives

L'Art nouveau est à son apogée de 1890 à 1905. Il devient rapidement le support d'une production foisonnante qui triomphe à partir de l'Exposition universelle de 1900 et que commencent à dénoncer les " inventeurs " du mouvement. Qualifiant avec mépris l'Art nouveau de style " nouille " ou " ténia ", ses opposants suggèrent une idée de mollesse dans les images strictement ornementales et décoratives qu'il voulait imposer.

Juste avant la Première Guerre mondiale, ces critiques conduisent finalement à une évolution de l'Art nouveau vers un style nettement moins sophistiqué. Il s'affaiblit au point de devenir plus géométrique et laisse rapidement place à l'Art déco, qui prend la relève à partir de 1920. Totalement dénigré pendant plus de dix ans, c'est finalement les surréalistes qui œuvreront pour la réhabilitation de l'Art nouveau à partir des années 1930.

L'exposition est la première rétrospective de l'Art nouveau français à Paris depuis 1960. Véritable événement, elle présente plus de deux cents objets qui, dans tous les domaines de la vie et des arts, ont bouleversé l'esthétique et la pensée culturelle de la planète qui vivait alors au son du classicisme et de l'académisme depuis plus de trois siècles. Cette exposition se concentre sur les fondateurs de ce mouvement et sur ses principaux créateurs, évoquant de façon exhaustive le meilleur de leur production, à l'exception de l'architecture.

Tamara de lempicka, la Reine de l'Art déco

Alors que l'Art nouveau s'essouffle et voit ses formes évoluer vers un abandon de l'arabesque, retourner vers une géométrisation et se transformer petit à petit en ce qui s'est appelé l'Art déco, la représentation de la figure féminine va, elle aussi, connaître une évolution majeure.

De la sensualité et l'érotisme, nous allons passer à une sexualité transgressive beaucoup plus poussée. La figure de la " garçonne " comme caractéristique marquante de l'Art déco va donner à Tamara de Lempicka une position prépondérante dans ce mouvement, au point d'en faire son égérie.

La sexualité assumée de Tamara - bien que mariée deux fois, elle affiche ouvertement son goût pour les femmes et exprime librement son homosexualité - va correspondre à la volonté d'émancipation des femmes à cette époque. À l'égal de Louise Brooke ou de Joséphine Baker, Tamara de Lempicka va incarner cette image d'une femme dont le statut est équivalent à celui de l'homme.

Tamara de Lempicka, La belle Rafaëla, Mai 1927, Huile sur toile 77,5 x 105,4 cm
- Signée en haut à gauche,
Collection privée 
© Tamara Art Heritage / Licensed by Museum Masters, International NYC / ADAGP, Paris 2013

Tamara est contemporaine de l'Art déco. Elle crée ses plus belles œuvres de 1925 à 1935. Sa carrière et sa vie sont plus que liées à ce mouvement dont elle est la plus célèbre représentante. Illustration des Années folles, d'un mode de vie, d'une forme de mondanité et de liberté de création et de pensée, elle adopte un style très particulier qui lui donne une place tout à fait à part dans l'art moderne. Inclassable, elle signe pourtant les plus beaux chefs-d'œuvre de l'Art déco.

La Pinacothèque de Paris choisit aujourd'hui de montrer l'œuvre de Tamara de Lempicka et d'illustrer la manière dont cette artiste, par ses travaux mais aussi par sa personnalité inclassable et ambiguë, va coller parfaitement à la période qu'elle incarne. Sa vie très mondaine et théâtrale est une succession de mises en scène donnant le premier rôle à la modernité et au luxe. Ce rapport à la transgression et aux idées progressistes en fait sans doute le personnage le plus troublant du début du xxe siècle. Jouant sans état d'âme sur les attitudes érotiques des femmes, ou tout au moins leur sensualité, elle les place néanmoins dans un univers néo-cubiste et profondément Art déco.

Informations pratiques

  • L'art nouveau, la Révolution décorative à la Pinacothèque 1 - 28, place de la Madeleine - 75008 Paris
  • Tamara de lempicka, la Reine de l'Art déco à laPinacothèque 2 - 8, rue Vignon - 75009 Paris
  • Tous les jours, de 10h30 à 18h30 - Fermeture de la billetterie à 17h45.
Source : France Info
 
" VANDREDI " ? ... wouarf !

En plus de l'Art nouveau, une orthographe nouvelle ? ...

17:02 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

07/05/2013

si ça vous démange ...

Urtikan avenir.jpg

Au risque de décevoir ses fidèles lecteurs, Urtikan.net va suspendre – un temps – ses parutions hebdomadaires. Pendant cette période nous continuons à publier un ou plusieurs dessins par jour.

Depuis plus d’un an, Urtikan.net rassemble chaque semaine plusieurs milliers de lecteurs mais, malgré ce succès, et tous nos efforts pour concevoir un financement pérenne* ou trouver des partenaires, nous n’avons pas trouvé la bonne formule pour rétribuer le travail des professionnels qui le réalisent. Elément sine qua none pour continuer dans de bonnes conditions (c’est beaucoup de boulot).

A noter cependant que c’est grâce aux dons des internautes que nous avons pu financer les frais administratifs qu’implique l’existence d’un site.

Nous les en remercions vivement.

Il n’en reste pas moins qu’Urtikan.net est un formidable outil au service des dessinateurs, de leur liberté d’expression, de leur indépendance, et ceux qui depuis le début y ont participé y restent attachés. Aussi, nous allons continuer à vous proposer régulièrement des numéros à thèmes, et selon l’actualité des « Live ».

Merci à tous de nous rester fidèles en attendant.

L’équipe des 19 personnes qui font Urtikan.net

* Pour la petite histoire, nous avons dès le lancement d’Urtikan.net proposé un abonnement mensuel de 4,90€. Mais le nombre d’abonnés n’a pas atteint les 10 000 nécessaires à notre financement. L’option de la gratuité nous a permis de donner vie à un projet éditorial inédit, et avec nos lecteurs, lui trouver un avenir.

urtikan.jpg

Oh ! zut ... j'avais pourtant dit au Titi-Graphiste que je me tiendrais à carreau pendant 2 ou 3 jours et puis j'ai craqué. Pardon, Mickey ! ... Bon, allez, je retourne à MES écrits ...

08:55 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

05/05/2013

En Mai, fais ce qu'il te plaît ...

 3 manif ' à Paris - aujourd'hui.

Syrie souveraine.jpg

Tous à Paris le 5 mai.jpg

et enfin :

Mai 2013 Mai 68.jpg

 

car en démocratie, tout le monde doit pouvoir s'exprimer.

 

PETIT RAPPEL,

taubira.jpg

Lors des travaux de l'Assemblée concernant le " mariage pour tous, " notre garde des sots et des ignares en son immense " cuistritude "  nous a fait bénéficier de moult citations dont une empruntée à Lévinas,

 

- " il faut penser autrui "

 

mais on y pense, on y pense ! ...

truies.jpg

f.l.t.jpg

truies-en-cage.jpg

Ceci pour vous rappeler que le " zouli mois de mai " est certes, celui de la contestation mais également, celui de l'humour et ce, sans pillage d'auteurs.

(juste un petit extrait sonore pour le fun) -


__________________

< Les iconoclasteries de Mickey >

Ben mon cochon : et les 'tits titis, alors ? Qui donc les libérera, hein ?

Montage grosminet+titi.jpg


Parce que si toute la France est dans la rue, il ne reste plus personne pour surveiller le chat...

La France est dans la rue.jpg

07:28 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)