Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2013

Soirée de soutien au peuple grec

Bandeau Mediapart.jpg

Acropole.jpg

En soutien au peuple grec. Le programme de notre soirée, mardi au Théâtre du Châtelet


Depuis le 11 juin, la Grèce est deve­nue une scandaleuse excep­tion culturelle en Europe : elle n’a plus de radios et de télé­vi­sions publiques. Les Grecs, déjà à genoux à cause de la crise financière, sont sidérés par la brutalité d’un tel acte qui leur rappelle l’époque de la dictature et se mobilisent largement. Une telle décision bafoue les traités européens qui font de l'existence d'un service public de l'audiovisuel un critère déterminant de la bonne santé démocratique d'un pays. Cette fermeture s'inscrit dans un processus de démantèlement du pays sous le coup des plans d'austérité imposés par l'Europe et la Troïka.

En solidarité avec le peuple grec, Mediapart organise cette soirée de soutien le mardi 18 juin à 20 heures, au Théâtre du Châtelet, à Paris.

Après un mot de bienvenue de Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris dont dépend la salle, artistes, journalistes, intellectuels grecs et français viendront témoigner et défendre la nécessité d'un service public audiovisuel indépendant des pouvoirs : 

  • Thomais Papaïoannou, correspondante de l'ERT
  • Elise Lucet, journaliste à France2
  • Ariane Mnouchkine, Théâtre du Soleil 
  • Jean-Paul Philippot, président de l’Union européenne de radiodiffusion
  • Olivier Schrameck, président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA)
  • Anne Dimitriadis, pour l'Appel des écrivains franco-grecs
  • Statis Kouvélakis, chercheur, professeur en philosophie politique
  • Vicky Skoumbi, rédactrice en chef de la revue de la revue αληthεια (Athènes)
  • Panos Angelopoulos, Collectif de solidarité des Grecs à Paris
  • Sophie Zafari, pour le collectif français de l'Altersommet d'Athènes
  • Pierre Larrouturou, pour le Collectif Roosevelt2012

La soirée sera animée par Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), et Edwy Plenel, pour Mediapart. Entourés de tous les partenaires de cet événement (L'Humanité, Marianne, Les Inrockuptibles, Regards, Politis, Témoignage Chrétien ainsi que les associations Attac et Roosevelt2012), ils lanceront un Appel citoyen pour l’Europe de la culture et de la liberté d'information.

Des musiciens grecs donneront un concert pour terminer la soirée : Katerina Fotinaki, compositrice chanteuse et musicienne, avec Stamos Semsis, premier alto de l’Orchestre national de l’ERT, et Orestis Kalabalikis, guitariste.

L'entrée est gratuite. Venez nombreux !

L'événement sera également retransmis en direct et en accès libre sur le site de Mediapart.

Mediapart en partenariat avec Reporters sans frontières (RSF) et avec le soutien de L'HumanitéMarianneLes InrockuptiblesRegardsPolitis, Témoignage Chrétien ainsi que les associations Attac et Comité Roosevelt 2012.

RSVP : invitations@mediapart.fr

Théâtre du Châtelet
1, place du Châtelet  
75001 Paris

Relire nos articles :

Quelques billets des abonnés de Mediapart :

chatelet.jpg

10:04 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

17/06/2013

lucide Léo !

Bandeau Le Point.fr Villeneuve UMP FN.jpg

Quant à la vidéo du Point, seuls les sourds-muets pourront la décrypter ! ...


09:11 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

15/06/2013

Le pape et les parlementaires ...

Mise à jour : samedi 15 juin 2013 17:05 | Par AFP

M6info.fr msn le pape encourage.jpg

Le pape François, recevant pour la première fois au Vatican 45 parlementaires français, les a invités samedi à "amender et même abroger" les lois contraires à leur conscience, dans une exhortation générale, qui, selon eux, pourrait s'appliquer à différents thèmes éthiques divisant les Français, du mariage homosexuel à l'euthanasie.

Photo transmise par l'Osservatore Romano du pape François recevant une délégation de parlementaires français, le 15 juin 2013

François a estimé que "le principe de laïcité qui gouverne les relations entre l'État français et les différentes confessions religieuses ne doit pas signifier en soi une hostilité à la réalité religieuse, ou une exclusion des religions du champ social et des débats qui l'animent".

Devant 29 sénateurs et 16 députés, UMP, centristes, non inscrits et deux socialistes, il les a clairement invités à ne pas hésiter à "amender et même à abroger" les lois si nécessaire, pour leur "apporter l'indispensable qualité qui élève et anoblit la personne humaine", soulignant que leur tâche d'élus "n'est pas seulement technique ou juridique".

Il s'agit d'"insuffler" à ces lois "un supplément, un esprit, une âme qui ne reflète pas uniquement les modes et les idées du moment".

Les propos du pontife surviennent après l'adoption par le parlement français d'une loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe et leur donnant la possibilité d'adopter des enfants, qui a profondément clivé la société.

Le pape a d'ailleurs paru rendre hommage à la mobilisation de centaines de milliers de Français dans le cadre des manifestations contre "le mariage pour tous": "on peut se féliciter, a-t-il dit, que la société française redécouvre des propositions faites par l'Eglise, entre autres, qui offrent une certaine vision de la personne et de sa dignité en vue du bien commun".

Dans un discours tenu sur un ton très courtois et dépourvu de critiques, le pape a souligné les "relations de confiance qui existent généralement" en France entre responsables de l'Etat et de l'Eglise.

Le pape a ajouté que l'Eglise "désire apporter sa contribution spécifique sur des questions profondes qui engagent une vision plus complète de la personne et de son destin", une contribution qu'elle souhaite donner non seulement au niveau "anthropologique ou sociétal, mais aussi dans les domaines politique, économique et culturel".

Il a rappelé que la France est une "nation vers laquelle les yeux du monde se tournent souvent".

Le sénateur UMP du Val de Marne, Christian Cambon, a estimé qu'il s'agissait d'"une message significatif", si "les mots veulent dire ce qu'ils veulent dire".

Il a cependant précisé que le pape "ne part pas en guerre" contre la loi Taubira, mais "exprime son inquiétude". Car "le pays n'est pas apaisé sur cette affaire, tout n'est pas dit".

Le pape, a-t-il encore ajouté, "prend la mesure de la grande crise des valeurs qui touche l'Europe".

Le pape argentin avait salué vendredi indirectement la position que le primat anglican Justin Welby a récemment adoptée lors du débat parlementaire à Londres contre le projet de mariage gay.

Mais il n'a jamais évoqué directement le thème pendant ses premiers mois de pontificat.

Quand il était archevêque de Buenos Aires, il s'était prononcé contre le "mariage" entre personnes de même sexe, tout en semblant adopter à titre personnel une position pragmatique plutôt favorable aux contrats d'unions civiles homosexuelles, qui pouvaient éviter justement une loi sur le "mariage".

Pour l'Eglise, le terme de "mariage" est fondé dans la Bible sur l'union d'un homme et d'une femme. Le Vatican avait surtout protesté contre le volet filiation de la loi adoptée en France, l'ex-pape Benoît XVI estimant qu'elle posait un grave problème "anthropologique".

Source : M6 info.fr

Maintenant soyons logiques, si les parlementaires rendent visite au pape ce n'est certes pas pour que ce dernier reste muet. Autant je m'insurge contre l'ingérence de l'église dans les affaires publiques autant je trouve inadaptée cette intrusion du politique dans la vie privée des gens. Il était certes nécessaire que les gays ne soient plus montrés du doigt et que certains cessent de se lancer des insultes en les désignant. Cependant, je reste persuadée, qu'un contrat civil eut été préférable à ce simulacre de mariage dont nous ne mesurons visiblement pas les conséquences dans un avenir plus ou moins lointain. Par ailleurs, imposer une mesure de force n'est pas une façon démocratique de gouverner or d'évidence et après mûre réflexion tous les français n'étaient pas d'accord. Ils l'ont prouvé et se persuadent un peu plus de jour en jour du bien fondé de leur rejet. Bravo ! car là, nous arrivons au résultat absolument inverse à celui escompté. Face à ce constat, j'hésite encore à qualifier la démarche gouvernementale d'amateurisme ou de machiavélisme ? Disons que pour l'heure, ils sont protégés par le bénéfice du doute. Et que l'on ne m'objecte pas que nous sommes à la traîne en ce qui concerne l'adoption de cette loi, en regard de tous les pays qui n'y ont pas souscrit et n'y souscriront jamais. 

S. @

 

doux-jesus.jpg

18:20 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

13/06/2013

Le problème femen ...

Les moutons enragés.jpg

Qui sont les Antigones, ces anti femen?……

On met surtout en évidence les actions dénudées des femen. Il existe un mouvement qui ne fait pas la une,  Les Antigones, des femmes attachées a des valeurs qu’elles revendiquent haut et fort….

 

Image/© DR /LePoint.fr

 

Elles ont manifesté samedi contre les méthodes des Femen, dénonçant l’exhibitionnisme et l’hystérie.

Plusieurs dizaines de jeunes femmes ont manifesté à Paris samedi après-midi pour dénoncer les « méthodes totalitaires et manipulatrices » du mouvement féministe radical des Femen. Vêtues de jupes blanches, elles ont tenté de rejoindre le local des Femen, dans le quartier de la Goutte d’or, mais elles ont été interceptées par les gendarmes avant d’y parvenir.

Qui sont ces jeunes femmes ? « Un simple rassemblement de femmes », expliquent les Antigones dans une communiqué.

Sagesse, calme et détermination

« Loin de toute considération politique ou confessionnelle, nous revendiquons notre droit élémentaire et notre devoir fondamental à être des femmes à part entière. La femme a sa dignité, celle-ci ne passe pas par l’exhibitionnisme et l’hystérie. Elle passe par notre sagesse, notre calme et notre détermination à bâtir notre avenir », écrivent-elles.

 

Avec en symbole, l’Antigone de Sophocle, une « jeune femme qui a fait des choix, préférant suivre ses valeurs et la légitimité de la loi naturelle plutôt que d’obéir à des injonctions iniques ».

« Nous nous opposons ainsi aux Femen, qui, telles des chiennes de garde, sont aux ordres d’une idéologie qui sape les bases de notre société et bafoue nos valeurs. Les Femen ont poussé le féminisme jusque dans ses retranchements les plus sordides, il est temps que cela cesse. »

Le message est clair et pour connaître les Femen, Iseul, une des membres des Antigones, aurait même été jusqu’à infiltrer le mouvement féministe, selon le communiqué. « Elle y a vu un manque total de formation, camouflé par une unité d’action. Et des jeunes femmes françaises, simples pions, piégées et embrigadées par des militantes étrangères et de riches dirigeants voulant imposer des valeurs qui ne sont pas naturelles à notre société ».

Source lePoint

Voici la suite du communiqué de presse que j’ai reçu des Antigones. ♥♥

Femen est un mouvement liberticide, car il porte atteinte à la liberté d’expression en interdisant le dialogue, car il porte atteinte à la liberté de culte qui est pourtant un droit fondamental dans notre pays. Femen porte également atteinte à la dignité de la femme en voulant faire croire que c’est dénudées que nous nous exprimons le mieux.

Ces méthodes totalitaires et manipulatrices doivent cesser. 150 femmes, vêtues de robes blanches,  sourires aux lèvres et regroupées derrière la bannière d’Antigone se sont rendues samedi 25 mai devant le local des Femen, dans le 18eme arrondissement parisien. Elles ont demandé le retour d’Inna et d’Oksana en Ukraine, l’arrêt de subventions directes ou indirectes à leur mouvement, et la fin de l’immunité de ces femmes qui se revendiquent comme des  « terroristes » mais que la Justice de notre pays n’a jamais placé ne serait ce qu’en garde à vue pour toutes leurs actions

Contacter Antigones 07.81.03.55.21  contact@antigone.fr

INVESTIR en Tunisie Femen.jpg

 

Et alors ? ... les tunisiens sont chez eux, non ? Il est étrange que le gouvernement actuel protège de la sorte ces fauteuses de troubles. Ce n'est pas à notre honneur et je me demande (ainsi que quelques autres) les raisons d'un tel comportement. 


__________________

 

< Sur le sujet, les trouvailles de Mickey : >



06:21 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)