Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2014

L'horreur en perspective ...

Bandeau agoravox gouv mond et NOM.jpg

par le moine du côté obscur 

gouvernt-mondial.jpg

Je cogitais hier sur ces deux thèmes et j’essayais de voir un peu ce que je « croyais » savoir dessus. Entre un Attali qui parle à tout bout de champ de la nécessité d’un gouvernement mondial ou Bush père qui parle de la nécessité d’un nouvel ordre mondial, il y a toute une flopée de déclarations plus ou moins farfelues qui sèment la confusion dans l’esprit de tout humain sensé, sérieusement en quête de vérité. Car j’ai envie comme sans doute, beaucoup de gens de savoir de quoi demain sera fait (ben oui j’ai la trentaine et donc il est normal que je pense encore à l’avenir). J’essaie donc d’analyser ce qui se passe dans le monde, au travers aussi de mes croyances et de mes connaissances pour essayer de me projeter. Ce que je crois en fonction de ce que je perçois c’est que l’avenir n’est pas rose !

Un monde guidé par la folie

Oui on voit des guerres en Afrique (RDC, Mali, Somalie, RCA, Libye, Nigéria etc…) et au Moyen Orient notamment, même s’il y a d’autres foyers chauds (Ukraine notamment) pour ne pas dire brûlants en attente. Depuis que le prix Goebbels de la paix, « l’homme du monde » (métis n’oublions pas et oscillant entre le monde musulman et chrétien, sans oublier les officines occultes qui lui ont permis de prendre officiellement la tête du pays aux 50 étoiles) a eu son prix, les choses vont de mal en pis. Les tensions sont croissantes, les catastrophes écologiques sont bien présentes etc… Pour ma part c’est un vrai cauchemar. Bien sûr certains pensent que ça n’ira pas au de là, du niveau que ça atteint de nos jours et que la troisième guerre mondiale n’aura pas lieu. Hum, je suppose qu’après la première guerre mondiale les gens devaient penser que plus jamais le monde ne connaîtrait une telle barbarie ! Et pourtant le monde a eu droit à une seconde guerre mondiale et bis-répétita. Sauf qu’entre temps on a eu des guerres atroces comme celle de Corée ou celle du Vietnam sans oublier l’usage dément d’uranium appauvri en Yougoslavie, en Irak et en Afghanistan. Alors j’éviterais de faire des paris sur le « bon sens » des élites dirigeantes. Pour moi ils sont capables de faire les pires folies, mais le tout est de savoir où ils vont et ce qu’ils veulent. Bush fils lors de son discours d’investiture a eu cette phrase énigmatique : « Ne pensez-vous pas qu'un ange se tient dans la tempête pour en diriger le cours ? » (http://esaie.free.fr/pdv/articles/A...). Que veut dire cette phrase étrange ? Et bien certains pensent que ça résume le fumeux « ordo ab chao », cher à certains psychopathes. Donc qu’aussi bordélique que le monde paraisse, c’est planifié pour mener à un but précis le Nouvel Ordre Mondial. Est-ce possible d’avoir un plan aussi dément ? Un plan qui passe autant de destruction, de chaos et de souffrances ? Il est bon de se le demander.

Contrôler le monde

Le but serait donc de créer un gouvernement mondial pour mieux gérer les affaires du monde. La bonne question étant de se demander qui dirigera ce « gouvernement mondial » ! Les étasuniens, les russes, les chinois ? Ou un groupe collégial avec un pouvoir « équitablement » réparti ? Mais l’ONU n’est-il pas censé régler les affaires du monde et maintenir tant que possible la paix ? Mais l’ONU a échoué ! Impuissante a empêché les membres permanents du conseil de sécurité a faire ce que bon leur semble et en particulier le plus voyou d’entre eux, le cancer étasunien. Donc l’ONU est impuissante à empêcher certains états de provoquer des guerres ou de menacer d’autres états qu’ils qualifient de « voyous ». Inutile de dire que pour ma part l’ONU est obsolète. Certains diraient donc qu’il faut du changement pour amener « paix et prospérité » sur terre. Mais comment serait-ce possible à moins de créer un organisme tout puissant et n’hésitant pas à mettre au pas tout état voyou qui ne respecterait pas les règles internationales ? Pour moi et je ne crois pas être le seul à penser ça, on n’en prend pas le chemin. D’autres pensent que le but est de détruire les nations et de la bouillie informe qui en résultera, créer un nouveau monde sans nation mais gérer par les multinationales lesquelles ont déjà un pouvoir exorbitant. Autrement dit remplacer l’ONU par un conseil supranational régi par les multinationales (quelle horreur !). J’avais eu cette vision au début des années 2000, que les multinationales prendraient le pouvoir. Mais est-ce si surprenant que cela ? Vu leur pouvoir économique et leur capacité à infiltrer les instances de direction ? Voir à ce sujet l’excellent film « le monde selon Monsanto » (https://www.youtube.com/watch?v=si_...) ou les documents sur la pieuvre Goldman and Sachs (https://www.youtube.com/watch?v=eQc...). Dans un monde mu par les intérêts financiers le contrôle des multinationales est inéluctable (http://www.cnrseditions.fr/Philosop...). Elles capables de financer les onéreuses campagnes électorales notamment dans des états puissants et dangereux (notamment à cause de leur armement démentiel) comme les Etats-Unis et donc d’influer sur la politique de ces pays ? Pour ma part tant que les humains ne sont pas mus par autre chose que de rechercher un bien-être illusoire notamment dans les biens matériels, nous allons vers le contrôle total et absolu de ces multinationales qui ont au travers de puissants outils marketing cernés l’humain assimilé à un consommateur (qui parfois s’ignore et en qui il faut réveiller des désirs égoïstes et irrationnels). Plus précisément un nombre restreint de multinationales (300 ?https://www.youtube.com/watch?v=CNO...) dont chacune aura sa spécialité et sa spécificité. Evidemment d’autres pensent que nous allons vers une catastrophe de grande ampleur qui va tout changer.

Une catastrophe à avenir et un nouvel âge ?

Pas besoin d’être devin pour réaliser que certaines problématiques se posent. La pollution notamment et ce à tous les niveaux. Est-ce pour cela que certains ont créé une arche de Noé végétale (http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-l-arche-de-noe-vegetale-aux-98394? Je ne peux pas croire que les riches du monde ne tiennent pas compte de cet état de fait à moins qu’ils ne soient pas physiologiquement comme nous (vaste débat). Par conséquent ils doivent prendre des mesures conservatoires. D’autres me rétorqueront que ce sont ces multinationales qui polluent et détruisent l’environnement. Donc que ces multinationales sont dans une course mortifère qui mettra en péril la vie sur terre elle-même. Il est vrai que je ne comprends pas cette propension (consciente ?) quasi-inhumaine à détruire les vies. Ont-elles des moyens de lutter contre la pollution nucléaire par exemple ? Alors soit ce sont des apprentis-sorciers, soit ils ont une connaissance qui dépasse notre entendement. Et je pense que s’ils ont une telle connaissance, ils ne nous en feront pas profiter. Si on part du principe qu’ils ont les connaissances pour « gérer » la pollution, notamment peut-être en créant une nouvelle race d’humain pouvant vivre dans un tel environnement ou nettoyant la pollution par des moyens ultrasophistiqués, il est clair que la situation du monde ne peut pas les émouvoir. Bien sûr là je suis dans la spéculation la plus complète puisque je ne comprends pas leur manière de raisonner. Mais je crois que nous fonçons vers le mur et que les puissants de ce monde ne semblent rien vouloir faire pour l’empêcher, bien au contraire. Alors veulent-ils mettre en pratique ce qui est écrit sur les georgia guidestones (http://fr.wikipedia.org/wiki/Georgi...) ? La base d’un « nouvel âge » (http://www.2012un-nouveau-paradigme...) ! Ou alors comme je le pense nous sommes dans une matrice et nous ne contrôlons rien du tout et ne voyons que la surface des choses ?

Une matrice

Oui car je pense que ce que nous percevons c’est une illusion comme dans le film « Matrix ». Par conséquent, il me semble probable que nous soyons dans une illusion totale avec divers niveaux de contrôle. Une telle approche effraie certains esprits, mais pas le mien. Dans une telle logique, il est donc possible que tout ceci soit une mascarade avec les « grands de ce monde » nous mettant dans un jeu morbide pour accroître leur pouvoir. Quoi de bon par exemple qu’une « bonne guerre » pour accroître son pouvoir sur « sa » population. Quoi de mieux qu’une mascarade comme une invasion extraterrestre par exemple factice (voir les dires de Reagan :https://www.youtube.com/watch?v=p0n...) pour pousser par exemple les humains à s’unir. Bref pour tout dire que par exemple tout ce que nous voyons à la télé ou sur le net et que nous n’avons pas la possibilité de vérifier, peut être faux. Nous pouvons donc nous demander à quoi et à qui nous fier. Pour ma part, je ne me fie à rien, ni à personne ! Je suis au vu de mes connaissances, obligé de réfléchir à différents niveaux et à élaborer diverses hypothèses. Je le dis franchement, je ne sais pas clairement où l’on va, mais je n’ai pas un bon pressentiment. Je ne peux donc qu’émettre des hypothèses plus ou moins farfelues. Mais il y a une chose qui me semble certaines, les élites ne sont pas « des amis qui nous veulent du bien ». Mais comment lutter efficacement contre elles, voilà le sens de mes réflexions. Et j’espère avoir les réponses pendant qu’il en est encore temps ! 

 

Source : AGORAVOX

 

Un avion descendu au dessus de l'Ukraine ...

Israël qui se livre à un véritable génocide dans la bande de Gaza ...

On chercherait le clash ultime que l'on ne s'y prendrait pas autrement !

AFPS Gaza.jpg

09:21 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

18/06/2014

Il y a résistance et résistance ! ...

Resistance FR FEMEN.jpg

timbrée.jpg

Une timbrée ...

 

Le groupe d’origine ukrainienne Femen, présenté en Occident comme un groupe féministe à l’avant-garde de la lutte contre le patriarcat et le fascisme, a pris ces derniers mois une part active dans le mouvement ayant servi à renverser le gouvernement de l’ex président ukrainien Viktor Ianoukovytch, qui a cédé la place au gouvernement fascisant actuel issu des violences de la place Maïdan.

Afin de leur assurer une certaine médiatisation, les Femen se revendiquent du sextrémisme, féminisme radical qui se veut selon Inna Chevchtchenko, une des cofondatrices du mouvement, « un nouveau type d’activisme féminin qui est certes agressif mais encore non-violent, provocateur mais délivrant un message clair ». Les Femen sont devenues internationalement connues pour avoir organisé des actions volontairement provocatrices.

Le 12 février 2013, les Femen se sont ainsi exhibé seins nus dans Notre-Dame de Paris pour fêter à leur manière la démission du pape Benoît XVI.

Le 3 avril de la même année, trois membres du mouvement féministe ont brûlé un drapeau dit « salafiste » (en fait, un drapeau noir barré de la profession de foi des musulmans) devant la Grande Mosquée de Paris, en exhibant sur leur torse dénudé l’inscription : « Les femmes arabes contre les islamistes », « Liberté pour les femmes », et « Merde à vos morales ». Les FEMEN entendaient dénoncer l’Islam intégriste.

Le lendemain, les Femen ont organisé une actiovilles d’Europe.n coup de poing dans différentes À Berlin, six militantes ont manifesté la poitrine nue devant le plus ancien lieu de culte musulman de la capitale allemande, la mosquée Ahmadiyya, scandant en cœur «Freedom for women » ou encore « Fuck islamism ».

Ces formes de lutte qui sont à des années lumières des pratiques des mouvements féministes ont atteint leur apogée le 2 mai 2014 lorsqu’une des membres du groupe a posé devant la maison des syndicats d’Odessa que les putschistes de Kiev venaient d’assiéger après y avoir mis le feu à l’aide de cocktails Molotov. Trente-huit personnes, essentiellement des militants antifascistes, perdirent la vie dans cet incendie.

Le discours des Femen n’a pas résisté longtemps à l’épreuve des faits : leur apparente radicalité sert à accréditer des groupes ouvertement au service de l’impérialisme. Il faut absolument tenir éveillé notre sens critique dans cette affaire et dénoncer comme il convient toute récupération du patrimoine féministe et antifasciste.

La presse occidentale présente les Femen comme un groupe féministe courageux, n’hésitant pas à protester avec véhémence contre certains rassemblements du Front national et d’autres mouvements se revendiquant de l’extrême-droite. Ce qui n’est pas suffisant pour les classer péremptoirement comme antifascistes. Car les Femen ont officiellement dit leur soutien à une alliance politique en Ukraine avec le parti Svoboda, un parti nationaliste, et fréquentent à l’occasion des skinheads.

Loin de tomber dans le panneau, des étudiantes de Birmingham créèrent en avril 2013 le mouvement Muslim Women Against Femen (Femmes musulmanes contre les Femen). Elles considèrent à juste titre que les Femen sont islamophobes et impérialistes. Ce groupe lancera notamment une campagne sur Internet dont le slogan « Muslimah Pride » (Fière d’être musulmane) interpelle face à l’indécence de celles qui s’autoproclament féministes. 

En France, on ne voit pourtant pas les choses sous le même angle. Olivier Ciappa est l’auteur du nouveau timbre Marianne que François Hollande dévoila le 14 juillet 2013. S’il a choisi Inna Chevchtchenko comme modèle principal, « c’est parce qu’il est évident que la Marianne de 1789 aurait été une Femen. Parce qu’elle a les seins nus … Mais aussi en raison des valeurs qu’elle défend. Les Femen ne militent pour rien d’autre que la liberté, l’égalité et la fraternité. Il n’y avait pas pour moi de meilleur symbole ». La nominée réagira rapidement sur Twitter : « désormais, tous les homophobes, extrémistes, fascistes devront lécher mon cul pour envoyer une lettre ».

Ces pseudo-rebelles soutenues par un des pays phares de l’impérialisme occidental sont bel et bien protégées par le système. Difficile de croire qu’elles n’en sont pas un des rouages. Elles en sont en tout cas les idiotes utiles. Et ça, tout le monde en conviendra aisément…

 

Capitaine Martin.

 

Source : RÉSISTANCE.fr

09:50 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

14/06/2014

Facebook et la connerie ! ...

 
En son temps, FONT & VAL célébraient le foot avec toute la subtilité de langage qui les caractérisait. REMEMBER ...
 

06:51 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

05/06/2014

Poutine et l'impérialisme américain ...

Les Echos Poutine fustige.jpg

Vladimir Poutine a dit.jpg

Ukraine, vente de Mistral et impérialisme américain : voilà les points qui ont notamment été abordés par le président russe durant un entretien diffusé ce mercredi soir et réalisé par TF1 et Europe 1.

 

Vladimir Poutine a longuement parlé de la crise ukrainienne ainsi que de ses projets politiques, lors d’un entretien diffusé ce mercredi soir et réalisé mercredi matin à Sotchi par le journaliste d’Europe 1 Jean-Pierre Elkabbach, et son confrère de TF1 Gilles Bouleau, le premier accordé à des journalistes occidentaux depuis le début de la crise ukrainienne.

Premier président russe présent à la commémoration du 6 juin 1944, Vladimir Poutine a souligné la participation importante, voire décisive de l’armée soviétique dans la victoire sur le fascisme, et est revenu à cette occasion sur la disparition de l’URSS qu’il avait jadis qualifié de plus grande catastrophe géostratégique du XXème siècle. Il s’agissait surtout, selon lui, d’une catastrophe « humanitaire car 25 millions de personnes d’origine russe se sont retrouvés du jour au lendemain dans un pays étranger, alors qu’ils vivaient jusque-là dans un pays uni ».

Interrogé sur ses projets géostratégiques actuels, il a démenti tout projet expansionniste, de reconstitution impérialiste ou de soutien au nationalisme russe. Abordant alors la crise ukrainienne, il a qualifié la chute de Viktor Ianoukovitch, après la révolte dite de Maïdan, de « coup d’État anticonstitutionnel », au profit d’un régime ayant « aussitôt supprimé les droits des minorités d’utiliser leur langue maternelle », en allusion au projet (annulé rapidement) de seulement retirer au russe son statut de langue officielle dans l’Est du pays imposant la rédaction dans cette langue des documents administratifs.

Ouvrir un dialogue

Il a appelé les autorités ukrainiennes à ouvrir un dialogue avec la population vivant dans l’est du pays, « pas avec des chars, des hélicoptères et les avions » et a estimé que le nouveau président, Petro Porochenko, qui « n’a pas encore de sang sur les mains » disposait d’une opportunité pour cela. Il a souligné être prêt à lui parler, notamment s’il le croisait à l’occasion des commémorations du 6 juin en Normandie.

Il a affirmé que la Russie respecterait la souveraineté de l’Ukraine mais devait l’avertir que tout entrée dans une « structure d’intégration rigide », comme l’Union européenne, constituait une perte de souveraineté. Il a souligné que la signature de l’accord d’association de Kiev avec l’Union européenne, à l’origine de la crise fin 2013, aurait empêché le maintien d’une relation économique privilégiée entre la Russie et l’Ukraine, symbolisée par l’existence préalable de 390 accords économiques entre les deux pays.

A propos des tensions à la suite de l’annexion de la Crimée, Vladimir Poutine a dit « espérer ne pas vivre une nouvelle phase de guerre froide » avec les pays occidentaux, notamment avec les États-Unis qui affirment disposer de preuves de l’implication de soldats russes dans les combats actuellement dans l’est de l’Ukraine. Après avoir affirmé que « pas un seul soldat russe, pas même un instructeur » ne se trouvait dans l’est du pays, en contradiction avec de très nombreux témoignages de terrain faisant état du contraire, il a mis au défi les États-Unis de fournir ces fameuses preuves.

« Coup d’État à Kiev »

Rappelant que Washington avait montré des preuves de l’existence d’armes de destruction massive en Irak en 2003 pour justifier l’intervention américaine dans ce pays - alors qu’il est apparu depuis lors que ces ADM n’existaient pas - reprochant aux pays européens d’avoir soutenu le « coup d’Etat à Kiev », il a estimé que son pays « ne pouvait pas être sûr que l’Ukraine n’adhèrerait pas à l’OTAN, nous ne pouvions pas autoriser une partie historique du territoire russe avec une population majoritairement russe sur le plan ethnique d’être incorporée dans une alliance militaire occidentale ».

Revenant sur les tensions avec les Etats-Unis, il a déclaré qu’une rencontre avec le président Barack Obama était possible mais « c’est à lui de décider, moi je suis prêt pour le dialogue ». Réagissant aux propos d’Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat, selon lesquels l’annexion de la Crimée par la Russie ressemblait aux agissements d’Hitler dans les années trente, il a jugé « qu’il est toujours préférable de ne pas débattre avec les femmes », ajoutant que Hillary Clinton n’est « jamais très subtile dans ses déclarations. Quand les gens dépassent certaines limites de politesse cela montre une faiblesse, ce qui chez une femme n’est pas un défaut. »

« L’agressivité de la politique américaine »

Il a alors fustigé « l’agressivité de la politique américaine depuis de longues années », soulignant que Washington dispose de bases partout dans le monde, d’où les Américains « dictent parfois leur conduite à des peuples », alors que la Russie n’a « pratiquement pas de présence militaire hors de son territoire ».

Il a aussi rappelé que le budget militaire des Etats-Unis est « plus élevé que celui des tous les pays du monde réunis » (selon les organismes spécialisés le chiffre exact est de 42% du total des dépenses militaires mondiales) et a démenti que la Russie se soit lancée dans un effort de réarmement ; « en pourcentage du PIB nos dépenses n’augmentent quasiment pas ».

Abordant alors la situation en Syrie, il a réitéré l’inquiétude russe vis-à-vis de la montée en puissance d’insurgés se réclamant d’Al Qaëda face à Bachar el-Assad, ce qui « constitue une menace même pour les pays d’Europe ». Si elle était démantelée, la Syrie « pourrait devenir un deuxième Afghanistan », a-t-il ajouté.

Mistral

Interrogé sur l’indépendance et l’influence de la France, le président russe a réitéré sa conviction que l’appartenance à une alliance militaire conduisait à une perte de souveraineté, qui serait inacceptable pour la Russie, citant « De Gaule, un grand défenseur de la souveraineté française », ou « Mitterrand, qui parlait de confédération européenne où même la Russie aurait sa place », concluant « rien n’est encore perdu en ce qui concerne le futur de l’Europe ».

A propos du contrat d’achat de deux porte hélicoptères de classe Mistral, il a dit attendre que Paris respecte ses obligations contractuelles et a laissé entendre que d’autres contrats étaient envisageables par la suite.

Abordant alors la situation intérieure russe, Vladimir Poutine a assuré que les opposants en Russie n’étaient en rien menacés par le pouvoir et s’y exprimaient « parfois plus librement qu’en France », démenti toute restriction ou censure d’Internet et a rappelé que l’homosexualité n’y était pas un délit, contrairement à certains États américains, rappelant que la loi passée récemment et critiquée en Occident réprime seulement la promotion de l’homosexualité auprès des mineurs.

  

Yves Bourdillon

 

Source : Les Echos.fr

07:35 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)