Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2015

Grosse fatigue ... morale.

 

Que dire ? … Il y a un moment où toute parole devient inutile. Un cap qu'il eut fallu ne pas franchir car au delà, plus rien n'est possible ou presque. Les sentiments deviennent inexprimables.

L'actualité commentée sur et par le petit écran me met hors de moi. Ce n'est pas nouveau allez-vous dire ? Oui, mais cette fois, c'est vraiment devenu insupportable. Une impression de mensonge généralisé plombe l'atmosphère. Ce monde repose sur la tromperie, sur l'injustice, tout ce que je ne supporte pas. Sans doute en a t-il toujours été ainsi mais en des proportions moindres. Nous nous sommes délibérément collé des oeillères pour pouvoir continuer non pas à avancer mais à faire du sur-place et vous connaissez le diction : " qui n'avance pas, recule " Or, c'est bien à un phénomène de recul, pire de régression auquel nous assistons, auquel nous prenons part bon gré, mal gré. " Au delà de cette limite, votre ticket n'est plus valable " ce titre emprunté à Romain Gary sied comme un gant à notre vieille Europe, revenue de tout, incapable du moindre sursaut positif. Nous stagnons, sans illusion aucune.

L'économie repart, … elle va repartir … elle devrait repartir ! Ce serait comique si ce n'était aussi triste. La méthode Coué est impuissante, n'abuse plus personne. Les fantoches officiels pourront toujours s'agiter, nul ne les croit, à juste titre. C'est un constat d'échec. Cruel, flagrant. Notre esprit s'épuise à imaginer la suite. Nous avons été bernés et trop souvent. Il n'y a rien à ajouter. Nos illusions reposent en une poubelle sur laquelle il n'y a plus qu'à poser le couvercle. 

" Elle est pas belle, la vie ? " … 

S. @

 

changement.jpg

Bien peur que ce soit " jamais " car nous avons trop attendu, nous sommes désormais des SUJETS passifs. 

Les commentaires sont fermés.