Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2014

Ana arabia de Amos Gitaï - sortie : 6/8/2014 - Durée : 1h.24 -

af.A_Arabia.jpg

" O temps, suspends ton vol ! "

 A l'heure où pleuvent les missiles, où de dérisoires accords de paix sont envisagés par des belligérants qui n'en veulent pas (on sait ce que les précédents ont valu)  où les Gazaouis, martyrs de ce XXIème siècle qui s'apparente plus à la barbarie qu'à la peut-être impossible sagesse de peuples évolués, faire une pause pour regarder ce film devrait s'imposer à tous. 

Seulement voilà ! A l'heure où j'y suis allée (peu avant midi) il n'y avait qu'une poignée de spectateurs dans la salle, lesquels n'étaient vraisemblablement pas dénués de partis pris et je ne faisais pas exception à la règle.

Nous allons assister au reportage d'une jeune journaliste ashkénaze, venue recueillir des confidences de la part de ces occupants d'un îlot où cohabitent encore juifs et arabes, espace préservé par miracle et sans doute pour plus très longtemps, situé à proximité de Jaffa.

Yaël est le nom de cette jeune femme rousse que l'on devinera bien souvent gênée par les réponses qui lui sont faites …

" Nos familles sont là depuis 150, 300 ans peut-être et on veut nous expulser ! "

précisera Yussuf.

A l'époque où les territoires subissaient la férule britannique, juifs et musulmans cohabitaient sans problème, se respectaient mutuellement. Ironie du sort, on en viendrait presque à avoir la nostalgie de l'ère coloniale puisque depuis, tous se déchirent, revendiquant la propriété de cette terre désormais maudite que d'aucuns assimilent à la Terre Promise. 

" ... tout s'est aggravé après la chute du mur de Berlin quand les russes sont arrivés en masse."

- une autre culture et la revendication de privilèges le plus souvent meurtriers.

Pourtant des histoires d'amour qualifiées de mariages mixtes ont eu lieu : juives avec musulmans et inversement. Il fallait alors lutter pour supporter le regard des autres; certains liens perdureront au delà de la mort, d'autres n'en pouvant plus,  finiront par divorcer …

Tel-Aviv et son luxe n'est pas loin alors qu'ici, sur ce petit bout de terre prêt à être digéré, les occupants vivent (plutôt mal vu les circonstances) de peu, de petits boulots et de ce que la nature fournit au fil des saisons. 

Mais n'est-ce pas là ce qui reste du Paradis Perdu ?

Quand d'autres transforment leur Bible en plan cadastral ... extensible, qui plus est !

A vous de juger. 

S. @ 

 

Ana-Arabia.jpg

( photos, via Google )

 

Petit rappel historique,

AFPS le mandat britannique.jpg

13:55 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.