Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2014

Mêmes causes mêmes effets.

Gaza-en-ruines_modifié-1.jpg

 

Et voilà ! La manif ' d'hier en faveur de Gaza était interdite et bien entendu a dégénéré mais pas dans les villes qui ne furent confrontées à aucune interdiction : bis repetita placent.

 

La foule est infantile, si on lui interdit quelque chose, comme un gosse elle en a envie et manifeste bruyamment son désaccord. Nos politiciens n'ont décidément aucune psychologie ! 

 

Que penser de la catastrophe aérienne au dessus du Mali ? Cela pue à plein nez l'attentat que l'on veut nous cacher. Impossible de ne pas y penser après les interventions du Pingouin qui pour une fois fait du zèle. 

 

Évidemment la trêve à GAZA n'a pas duré. Il fallait s'y attendre … Avec insistance, les médias précisent que le Hamas en serait seul responsable seulement on oublie de rappeler qu'Israël  a refusé de lever le blocus, condition sine qua non.

 

Tant qu'un État palestinien ne sera pas reconnu par tous, le conflit perdurera et pour ne pas l'exiger, nous sommes tous complices. Israël continuera à vouloir agrandir son territoire et ce que l'on nomme le terrorisme à s'exercer.

 

Mais bon sang, ce n'est pourtant pas difficile à comprendre !

 

 Au lieu de cela, on brandit le spectre de l'anti-sémitisme en oubliant que les arabes eux aussi sont sémites mais il est vrai que les " races " n'existent pas.  Toutes les confusions sont donc permises et nos journalistes ne s'en privent pas à croire qu'ils viennent tous du même endroit.

 

C'est LA-MEN-TA-BLE ! 

Pire : MONSTRUEUX ! 

 

A ce jour, plus de 1000 morts et si je n'indique pas le nombre de soldats (et non de civils ... ) israéliens, victimes du conflit, c'est que la comparaison est par trop cruelle.

 

- Dans le même temps d'autres profitent des vacances dans l'indifférence la plus complète. Ainsi va le monde  ...

 

S. @

 

plage-cannes-2.jpg

Les commentaires sont fermés.