Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2014

La guerre, ultime méfait des charognards !

Agoravox guerre épouvantail.jpg

Le fléau de la guerre mondiale renaît de ses cendres.

 

Comme à chaque fois que le monde va mal et que le climat se tend entre les riches et les pauvres, la guerre reste le seul moyen que les riches ont pour reprendre la main.

Toutes les guerres ont toujours eu pour origine « LE FRIC ». Depuis que le monde est monde, il y a toujours eu des profiteurs qui ont exploité les plus faibles sans partages, sans scrupules.

 Cette caste d’exploiteurs est minoritaire au regard de la population mondiale. Alors quand la colère des pauvres gronde, le riche brandit la menace de la guerre mondiale. Le comble dans cette histoire, c’est que ce sont les pauvres qui meurent pour défendre les intérêts des riches.

Pour mémoire la guerre de 1939-1945 a bien été une volonté des riches, qui pour barrer la montée du pouvoir populaire en France, en Allemagne, en Espagne etc. , ont armé le bras des fascistes pour enrayer la menace révolutionnaire qui se développait en Europe.

L’élection du front populaire en France en 1936 faisait suite à une crise économique sans précédent, pas de travail et la misère frappait des milliers de travailleurs et leurs familles. En Allemagne la situation n’était pas plus brillante et les luttes syndicales se multipliaient. En Espagne la jeune république était menacée par une guerre civile activée par les fascistes. En Italie, la même chose.

Devant cette situation qui leur échappait, les riches industriels et la bourgeoisie toute entière encourageaient les fascistes à devenir un rempart pour protéger leurs richesses. A coup de slogans mensongers, de promesses sans lendemains, les nationalistes fascistes tentaient de briser la solidarité ouvrière en brandissant la menace de la guerre civile.

Le parti National Socialiste d’Hitler allait devenir l’arme du capital. Aidé financièrement par les capitaux mis à sa disposition par les grands groupes industriels, Hitler construisait sa machine de guerre qui allait mettre à genoux les pays Européens pour y établir un ordre nouveau.

Le Capital avait donc ses valets qui assureraient la continuité de l’exploitation capitaliste au moins le temps de mettre à bas les velléités ouvrières. Allemagne Hitler, Italie Mussolini, Espagne Franco et en FrancePétain (qui rappelons le ne fut pas élu démocratiquement, mais mis en place par la caste dirigeante dans une France occupée par l’Allemagne nazie).

Une fois avoir vaincu cette classe ouvrière progressiste il serait toujours temps de mettre fin à cette guerre en supprimant le pouvoir des nationalistes les remplaçant par des politiques à la solde du capital. Ainsi va le monde deux classes s’affrontent les pauvres majoritaires et les riches minoritaires.

 

Pour conserver leurs privilèges et leur FRIC, les bourgeois capitalistes agissent toujours de la même manière. Pour préserver l’exploitation maximum de la classe ouvrière c’est le chantage, la corruption, la menace sous toutes ses formes faisant intervenir leur presse (pour populariser leur propagande), voire même les religions et pour finir la guerre si besoin.

Et le peuple dans tout cela ?? Le plus souvent perdu face à ces embrouilles politiciennes, abusé, trompé, manipulé, ne sait plus à qui faire confiance !! Et souvent réagit avec naïveté se laissant prendre au piège des promesses sans lendemain. Parfois même la classe ouvrière finit par soutenir ses bourreaux en leurs accordant des circonstances atténuantes. La presse est une arme redoutable. Ces grands moyens d’informations, contrôlés par la haute finance, orientent et canalisent la pensée du peuple. Que ce soit en Iran, en Irak, en Syrie, en Afghanistan et aujourd’hui en Ukraine la presse interprète et ment sur la réalité des événements pour justifier des pratiques politiques et ainsi obtenir le soutien du peuple . Combien nous coûte nos interventions militaires en Afrique ou au moyen Orient ?? Combien nous coûte l’aide de l’Europe à l’Ukraine pour un pays qui n’adhère même pas à l’Europe ?? Ce qui est certain c’est qu’en ces temps de récession économique ça ne favorise pas la baisse de nos impôts et ce pour des intérêts qui nous échappent (enfin au peuple). 

En ces temps troubles, que constatons-nous ?? 

 a) une désaffection des isoloirs par le peuple.

 b) une montée de l’ultra nationalisme.

 c) Un MEDEF satisfait de la politique du gouvernement Socialiste.

 d) Une augmentation sans précédent des charges et des impôts.

 e) un nombre de chômeurs toujours en augmentation.

 f) Un nombre grandissant d’entreprises Françaises rachetées par des capitaux étrangers, et qui délocalisent dans d’autres pays.

Bref La grande braderie continue au profit du capital orchestrée par une Europe anti sociale. Mais pour la presse Capitalo-bourgeoise tout est de la faute des Russes, comme c’était la faute de l’Irak, comme c’était de la faute de la Syrie etc. Etrangement ces pays ont du pétrole et du gaz !!!

Mais jamais on entend cette presse parler de la responsabilité de ces industries multinationales, de ces grands groupes financiers qui s’enrichissent sur la misère des peuples ?

Ce qui est le plus navrant c’est d’entendre les commentateurs de cette presse parler de risques d’une guerre mondiale pendant que leurs maitres tels des goules saignent et vampirisent les peuples.    

 

 

Sur le même thème

Néonazis au pouvoir d'Etat en Ukraine 

Ukraine : combattre à boulets rouges le IV Reich Euro-Atlantique en marche

Gauche de droite, Gauche de combat : la social démocratie et nous

L’Europe, c’est la paix ?

La mondialisation néo-libérale en cavale

 

Source : AGORAVOX

Canard tireur ATTENTION2.jpg

Tous aux abris ! 

10:17 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

27/04/2014

ça se dispute ... Domenach / Zemmour

08:32 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

Proust, proust, tralala ! ...

08:08 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

21/04/2014

A deux jours d'une libération, réflexion.

Il convient bien sûr, de se réjouir de la libération des otages et je ne saurais faire défaut à ce sentiment. Toutefois nous aurions plus de raisons de nous réjouir de l'éradication de la situation qui les a amenés à vivre ce désagréable épisode de leur vie. On ne saurait se réjouir du statut de correspondant de guerre ! 

Nous menons une politique absolument détestable concernant les pays arabes dans leur confrontation avec Israël. Ce que l'on nomme évasivement la géopolitique recouvre tous les actes inavouables commis par les pays belligérants.

Saddam Hussein fut le diable, puis ce fut le tour d'Ahmadinejad lequel curieusement réussit à passer au travers du sort qui lia le premier évoqué à Mouammar Kadhafi. (pour ne nommer que ces 3 là !)

En effet, brusquement et après de longues années de collaboration commerciale, on s'aperçoit que les hommes placés à la tête des États évoqués sont des tyrans sanguinaires qu'il faut abattre au plus vite ! Et le même scénario se répète chaque fois en un manque flagrant d'imagination.

Comme notre politique internationale est dictée par Washington, dont nous sommes les suiveurs serviles, comme nous privilégions la politique extérieure à la politique intérieure (en complète déliquescence) chaque fois que les choses vont mal, très mal même, une petite libération d'otages survient à point nommé pour booster la cote de popularité d'une présidence en déroute. Vous n'êtes pas sans remarquer que ce genre d'événement survient souvent à Noël ou à Pâques en un curieux mimétisme de miracle divin ! Il est malséant nous dit-on de parler de rançon versée et pourtant ceux qui pratiquent les enlèvements ne libèrent pas leurs otages à la suite d'un remord de conscience … 

Tout cela fait partie du théâtre politique auquel nous devrions assister de façon ébahie et sans nul esprit critique. Ce n'est pas le cas pour tous. On s'est attaqué aux conséquences, c'est bien mais la cause existe toujours. 

Là, on vient de constater que parmi les geôliers se trouvaient des miliciens qui parlaient le français. Belle découverte en réalité ceci n'étant que la conséquence de cette double nationalité qui à de certains moments fait basculer les insatisfaits dans un camp ou un autre. Ce n'était que trop prévisible en effet. Tout est à revoir car rien ne fut pensé de façon suffisamment sérieuse pour que les conséquences aient été envisagées. On a tout fait trop vite et bien sûr, n'importe comment. 

Naître dans un pays n'est que le fruit du hasard, en choisir un autre est lourd de conséquences et ce devrait être un choix définitif sinon nous irons d'avatar en avatar. La notion de terre nourricière n'existe plus au bénéfice de l'opportunisme généralisé. En continuant de la sorte, tout ira de mal en pis.

  

S. @

p.s. - Zut ! je me suis exprimée ...