Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2014

A deux jours d'une libération, réflexion.

Il convient bien sûr, de se réjouir de la libération des otages et je ne saurais faire défaut à ce sentiment. Toutefois nous aurions plus de raisons de nous réjouir de l'éradication de la situation qui les a amenés à vivre ce désagréable épisode de leur vie. On ne saurait se réjouir du statut de correspondant de guerre ! 

Nous menons une politique absolument détestable concernant les pays arabes dans leur confrontation avec Israël. Ce que l'on nomme évasivement la géopolitique recouvre tous les actes inavouables commis par les pays belligérants.

Saddam Hussein fut le diable, puis ce fut le tour d'Ahmadinejad lequel curieusement réussit à passer au travers du sort qui lia le premier évoqué à Mouammar Kadhafi. (pour ne nommer que ces 3 là !)

En effet, brusquement et après de longues années de collaboration commerciale, on s'aperçoit que les hommes placés à la tête des États évoqués sont des tyrans sanguinaires qu'il faut abattre au plus vite ! Et le même scénario se répète chaque fois en un manque flagrant d'imagination.

Comme notre politique internationale est dictée par Washington, dont nous sommes les suiveurs serviles, comme nous privilégions la politique extérieure à la politique intérieure (en complète déliquescence) chaque fois que les choses vont mal, très mal même, une petite libération d'otages survient à point nommé pour booster la cote de popularité d'une présidence en déroute. Vous n'êtes pas sans remarquer que ce genre d'événement survient souvent à Noël ou à Pâques en un curieux mimétisme de miracle divin ! Il est malséant nous dit-on de parler de rançon versée et pourtant ceux qui pratiquent les enlèvements ne libèrent pas leurs otages à la suite d'un remord de conscience … 

Tout cela fait partie du théâtre politique auquel nous devrions assister de façon ébahie et sans nul esprit critique. Ce n'est pas le cas pour tous. On s'est attaqué aux conséquences, c'est bien mais la cause existe toujours. 

Là, on vient de constater que parmi les geôliers se trouvaient des miliciens qui parlaient le français. Belle découverte en réalité ceci n'étant que la conséquence de cette double nationalité qui à de certains moments fait basculer les insatisfaits dans un camp ou un autre. Ce n'était que trop prévisible en effet. Tout est à revoir car rien ne fut pensé de façon suffisamment sérieuse pour que les conséquences aient été envisagées. On a tout fait trop vite et bien sûr, n'importe comment. 

Naître dans un pays n'est que le fruit du hasard, en choisir un autre est lourd de conséquences et ce devrait être un choix définitif sinon nous irons d'avatar en avatar. La notion de terre nourricière n'existe plus au bénéfice de l'opportunisme généralisé. En continuant de la sorte, tout ira de mal en pis.

  

S. @

p.s. - Zut ! je me suis exprimée ...

Les commentaires sont fermés.