Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2014

l'année commence bien ! ...

Plus le temps passe et plus le malaise s'installe. Voilà qu'on fait un pataquès autour des propos non politiquement corrects d'un bouffon. C'est désormais l'escalade. Or il est évident que plus on interdira à Dieudonné de s'exprimer, plus il en rajoutera. Quel manque de psychologie ! A moins de l'envoyer à la Bastille ... seulement voilà, nos révolutionnaires l'ont jadis rayée de la carte. Bah ! les héritiers de nos valeureux sans culotte vont bien trouver une solution de rechange ? Car tout comme l'édifice en question, l'homme est à abattre. Non que je veuille le défendre car je trouve le plus souvent ses propos vulgaires mais avec le CRIF et la LICRA aux fesses, si m'en croyez, il est mal parti. Depuis quelques jours l'avocat à roulettes, vous savez ? ... l'ex petit ami (lequel ? ajouteront les mauvaises langues) de la chanteuse sans voix mais non sans entrejambe (entregent voulais-je dire mais mon clavier a ripé) répète en boucle sa litanie " mise en question de la Shoa, haine envers les juifs " et ça, on ne le doit pas. Le privilège en reste ad vitam à Hitler, les banquiers juifs sont des saints, ils plombent l'économie mondiale à intervalles réguliers mais ça ne fait rien car sans eux, aurions nous seulement le droit d'exister ? 

Alors voilà, un homme dénonce haut et fort ce que les autres n'osent penser et immédiatement le voilà transformé en ennemi public numéro un. Car il faut baiser dévotement la main du maître et le Maître à l'époque actuelle, c'est la Haute Finance. Le veau d'or est à nouveau hissé sur son socle qui, d'avatar en avatar égale presque la tour de Babel. Malheur à qui ne se prosterne pas devant lui. 

On retrouve ce mode de fonctionnement à tous les échelons de la société.

Tenez, par exemple, il y a quelques jours, je constate avec consternation que ma connexion wifi est en panne. Coup de fil au service de dépannage de mon pourvoyeur en internet ... Horreur, j'avais commis l'erreur impardonnable de ne pas avoir réactualisé le matériel. Sacrifiant au consumérisme actuel (je n'avais pas le choix) je me mis donc à quatre pattes pour débrancher tout le fourbi ayant conservé un vieil ordinateur branché en direct, par prudence mais ça ne suffit pas. Longue file d'attente chez Orange (visiblement, je n'étais pas la seule à bénéficier des mêmes inconvénients). Je reviens quelques heures plus tard avec le matos sous le bras pour constater qu'en dépit des indications, je ne savais pas effectuer le branchement. SOS à un copain qui arrive dès le lendemain et au moment où tout devrait fonctionner " comme avant, mieux qu'avant "' ma ligne joue au yo-yo.

Nombreux palabres téléphoniques desquels il ressort qu'il me faut subir mon sort sans mot dire (maudire conviendrait mieux) jusqu'au 13 janvier ! ! ! J'ai oublié de préciser que la connexion télévisuelle saute 2 fois plus vite que celle de l'ordinateur quand il est seul. Oui, parce que les 2 en même temps, ça coince ! Pour encaisser dans les délais, ils sont là, pour fournir un service payé d'avance c'est une autre histoire sachant qu'en cas de résiliation, il faudra cracher 50€ de dédit ce qui pour eux constitue un parachute non pas doré mais en béton. Et tout est comme cela ! Goldman Sachs a fait école. En 1789 on en aurait rectifié bon nombre pour moins que ça car nos sans culotte avaient de quoi les remplir ce qui n'est plus le cas actuellement nous qui ne pensons plus qu'à remplir nos poches privilège réservé à un petit nombre, de plus en plus restreint. Suivez mon regard ... 

S. @ 

 

greffier.jpg

( greffier divorceur )

Les commentaires sont fermés.