Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2013

Monsieur " p' tite blague " ou Monsieur grosse bourde ?

Bandeau Le Point.fr Algérie blague douteuse.jpg

FH-au-CRIF.JPG

Une fois n'est pas coutume, l'humour de François Hollande a parfois du mal à passer. La petite phrase prononcée par le président à l'occasion du 70e anniversaire du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), le 16 décembre, a en tout cas laissé les internautes et médias algériens perplexes, comme le rapporte le Huffington Post.

Alors qu'il évoque ses ministres, commençant par Christiane Taubira "qui ne m'a pas quitté depuis au moins huit jours et que je retrouve avec bonheur ce soir, de retour de Guyane", François Hollande passe ensuite à Manuel Valls. S'embrouillant visiblement dans l'emploi du temps de son ministre de l'Intérieur, le chef de l'État évoque d'abord le départ de Manuel Valls pour l'Algérie : "Monsieur le Ministre de l'Intérieur, qui va nous quitter peut-être pour aller en Algérie ?"

Manuel Valls "sain et sauf"

"Il en revient", se reprend bientôt le président, sans doute corrigé hors caméra. C'est alors que François Hollande ajoute : "Sain et sauf, c'est déjà beaucoup". Manuel Valls faisait en effet partie des neuf ministres accompagnant Jean-Marc Ayrault pour un déplacement de deux jours en Algérie. La sortie improvisée du président, qui ne figure pas dans le verbatim de son discours, mais que l'on retrouve dans la vidéo de son intervention, a immédiatement fait couler beaucoup d'encre sur les réseaux sociaux algériens.

 

"La phrase était passée inaperçue avant de faire le tour des réseaux sociaux ce vendredi, note le site web Tout sur l'Algérie, évoquant "l'incroyable plaisanterie de Hollande" qui "a beaucoup indigné les facebookers et twittos algériens". De son côté, le site Algérie-Focus s'indigne de l'image que "la blague de mauvais goût" de François Hollande donne du pays : "Revenir de l'Algérie sain et sauf, une telle affirmation de la part d'un chef d'État donne à l'Algérie l'image d'un pays violent, habité par une population belliqueuse, agressive et peu accueillante. Est-ce le cas ? Certainement pas, puisque les dirigeants français qui ont accompagné Jean-Marc Ayrault ont été accueillis chaleureusement et qu'aucun manquement au protocole ni une quelconque violation d'une règle de la bienséance n'ont été signalés ou déplorés." 

Source : Le Point.fr

19:10 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.