Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2013

au sujet de quelqu'un que je ne nommerai pas car trop, c'est trop !

Évidemment, sous un gouvernement qui se prétend de gauche, on défend les dérapages de Charlie Hebdo et on cloue Minute au pilori alors que sans les approuver bien sûr, on ne peut que constater qu'ils sont fidèles à eux-mêmes.

 

Il y a quelques dizaines d'années on aurait dit,

- " je l'ai parcouru d'un derrière distrait " mais l'époque des Henri Jeanson est bien révolue et comme on n'a plus l'esprit de répartie, on demande désormais réparations aux tribunaux, l'utilisation d'une banane étant devenue aussi dangereuse que celle d'une kalachnikov !  

 

Cette histoire commence à me sortir par les yeux sans parler des oreilles car trop, c'est trop. Un peu de mesure que diable, les paroles ne sont pas des actes tout de même !  Le mieux que l'intéressée aurait pu faire était d'opposer le mépris aux attaques, encore aurait-il fallu qu'elle ne cherchât pas à tirer profit de la situation.

 

Vous savez ce qui m'agace le plus chez la dame ? Ce n'est ni sa couleur de peau, ni sa coiffure ostensiblement afro mais les citations dont elle émaille chacune de ses interventions. C'est d'un cuistre ! Qu'est-ce que cela prouve du reste ? ... Quand elle cite Hugo, Zola ou René Char, cela confirme qu'elle a besoin d'eux pour s'affirmer plutôt que de trouver des formules personnelles. Ce faisant, elle avoue ne pas s'être débarrassée de tous ses complexes. " Voyez comme je suis instruite " a t-elle l'air de dire alors qu'elle n'a fait qu'apprendre et restituer des formules " par cœur. " 

BASTA !

Au fait, c'est pour quand le prochain remaniement ?... Parce que du coup, je commence à en avoir marre de voir certaines bobines, pas vous ? 

S. @ 


CONSÉQUENCES :  Hier soir, sur le quai du métro, je me suis vue bousculée deux fois en l'espace de 5mn par des blacks qui loin de s'excuser l'avaient visiblement fait exprès me toisant ensuite d'un air qui voulait clairement dire : " qu'est-ce que tu fais sur mon chemin ? " Si nous continuons ainsi à faire un tel battage sur ce thème, bientôt les blonds aux yeux clairs n'auront plus qu'à se cacher exactement comme les juifs durant les années 40.

Alors " doucement les basses ! " ...

Les commentaires sont fermés.