Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2013

week-end (pour le cas où vous ne le sauriez pas !)

Et voilà ! encore une semaine qui se termine … J'ai l'impression que le temps me file sous le nez comme les trains passent en trombe devant celui des vaches. La comparaison n'est pas glorieuse, je sais mais pouvez-vous me dire ce qui l'est actuellement ? L'autre soir, je me réjouissais d'être passée au travers de la pluie en revenant du théâtre persuadée que l'orage nous avait épargnés et la colère des cieux se déclencha quelques heures plus tard. Zeus n'avait pas dû apprécier que je lui aie coincé virtuellement la barbe dans le clavier …Comme je me suis empressée de débrancher internet à 2 heures du matin, il n'y a pas eu de lézard. (bis repetita placent) Ca y est, je radote ... (A force, ça devait arriver - Tant pis !)

A Orléans, j'en connais certains qui attendent toujours la livraison de leur B.box de remplacement. Parfois, je me dis que nous nous compliquons la vie de façon incroyable ! Comment faisions nous avant ? Seulement voilà, nous avons mis la main dans l'engrenage et constatons que nous sommes piégés. Du matin au soir, et même la nuit, je croise des gens dehors, le nez penché sur leur smartphone, ne regardant même plus où ils posent leurs pieds. Je me demande comment il se fait qu'il n'y ait pas plus d'accidents que cela. De même que Bacchus protège les alcooliques, un dieu existe bien pour les inconscients.

Je me suis farcie des pièces plus ou moins bonnes, trois soirs de suite et ai décidé d'effectuer une pause de même durée. Après tout, on n'a que la liberté que l'on s'octroie (toutes proportions gardées, du reste) 

Ce soir, je vais me vautrer dans mon vice télévisuel qui se nomme depuis des semaines : " Pablo Escobar, le patron du mal " sur France O. Pour rien au monde, je ne manquerais cette série pour le moins surprenante. On imagine difficilement que des gens puissent raisonner, pire, se comporter de telle sorte. Et pourtant, ça a existé et existe encore sans nul doute.

J'ai vécu cette même fascination à l'époque où la téloche nous proposait OZ. Comme la diffusion était (par force) calée assez tard le soir, je rentrais ventre à terre pour ne pas la manquer. Fascination du mal … Oui, c'est bien cela, on ne comprend pas et le constater nous hypnotise mais quels dégâts la vision de telles choses peut-elle déclencher sur des esprits faibles ? Comment s'étonner ensuite qu'il puisse y avoir autant de violence de par le monde, c'est hallucinant ! 

S. @

Escobar.jpg

10:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.