Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2013

Les 2 François face à face : à distance ...

Amusant, non ? … ce contraste entre les deux François !

- l'un est censé appartenir au camp de Jaurès mais VEUT la guerre,

- l'autre a eu des prédécesseurs qui ont prêché les Croisades (sans compter la responsabilité du Vatican allié aux Etats-Unis pour mettre à bas l' Union Soviétique. On connaît le résultat)

et les voilà dos à dos.

Celui qui a toujours refusé le mariage, le prône pour les autres, tous les autres, sans exception aucune et quelque soit leur sexe. Ce serait assez joyeux si ce n'était aussi triste car pour résumer cela signifie " la Liberté pour moi et les chaînes pour eux. " 

Je n'ai certes pas une confiance absolue en ce nouveau " Super-Blanc " mais tant que quelqu'un revendique la paix, je ne puis qu'abonder dans son sens ... 

L'utilisation d'armes chimiques dont on se fiche absolument de savoir qui les a utilisées, que ce soit lui ou non, c'est Bachar qu'il faut " punir " (entendez, qui doit sauter) car c'est cela le seul et unique but et ce, depuis longtemps. Par conséquent, prétexte idéal et machination sans aucun doute.

Certes, l'homme n'est pas un petit saint et comme beaucoup de dirigeants est prêt à tout pour rester au pouvoir. Raison de plus pour ne pas avoir commis cette grossière erreur puisqu'il savait que c'était la ligne rouge à ne pas franchir. Ne vous méprenez pas, derrière lui, c'est l'Iran que l'on vise !

J'ai toujours en mémoire le honteux procès dont Saddam Hussein a  " bénéficié " suivi de son infâme pendaison, prélude à la manière peu glorieuse dont Kadhafi fut assassiné. Pourtant, l'un et l'autre furent l'objet (un temps) de notre complaisance et même de notre soutien (pour le premier) - En matière de politique le vent a tôt fait de changer de direction.  

Cela ne fait aucun doute, 68 % des Français sont CONTRE une intervention armée en Syrie mais l'opinion publique n'a jamais empêché un chef d'Etat de partir en guerre quand il l'a décidé. Normal, puisqu'en Europe ce n'est pas lui qui risque sa peau, même De Gaulle contrairement aux résistants a peu risqué la sienne, revenant juste pour recueillir les lauriers, tel Jules César entrant dans Rome.  

Hollande et Obama peuvent dormir tranquillement car si l'on excepte Salvador Allendé, peu de palais présidentiels ont été pris d'assaut et par qui, au fait ? … Bizarre, j'ai comme une perte de mémoire … Eux aussi en auront une, face à ce que l'on nomme : CONSCIENCE, la Raison d'Etat étant le plus puissant de tous les opiacés. 

  

S. @

p.s. Le commerce des armes se porte bien, merci ! Il n'y a même plus que cela qui fonctionne.

Alain Benajam Syrie si l'erreur est humaine.jpg

Les commentaires sont fermés.