Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2013

Le pape et la paix

L'EXPRESS Syrie pape François.jpg

En marge d'une veillée de prière pour la Syrie, le souverain pontife s'est clairement positionné contre toute intervention militaire occidentale dans le pays de Bachar el-Assad. Et a appelé a chercher "une autre voie". 

 pape-francois-1er.jpg
Pour le pape François, une intervention militaire occidentale en Syrie serait "une défaite de l'humanité".

REUTERS/Tony Gentile

Il persiste et signe. Le pape François a lancé un vibrant appel au monde entier samedi pour conjurer la guerre, "défaite de l'humanité", en Syrie, lors d'une grande veillée de prière sur la place Saint-Pierre, à l'issue d'une journée de jeûne à laquelle ont participé des fidèles de toutes confessions et des non croyants. 

En présence de représentants de l'Eglise orthodoxe et de l'Islam et devant environ 100 000 personnes, selon le Vatican, le pape argentin a exhorté à "parcourir une autre voie" que la guerre. "Dans la bien-aimée nation syrienne, au Moyen-Orient, partout, travaillons pour la réconciliation et pour la paix", a recommandé le souverain pontife, l'expression très grave. 

Aucune mention aux Etats-Unis ou à la France

Dans une longue méditation sur la "bonté" de la création de Dieu et le chaos que provoque la violence entre frères, le pape a fait remarquer: "aujourd'hui aussi, nous levons la main contre celui qui est notre frère (...) Et cette attitude continue: nous avons perfectionné nos armes, notre conscience s'est endormie, nous avons rendu plus subtiles nos raisons pour nous justifier". 

"Ce soir, je voudrais que de toutes les parties de la terre nous criions: Oui, c'est possible à tous! Ou mieux, je voudrais que chacun de vous, du plus petit au plus grand, jusqu'à ceux qui sont appelés à gouverner les nations, réponde: oui, nous le voulons!", a dit François, dans un appel aux chefs d'Etats tentés de choisir une solution militaire dans le conflit syrien, sans toutefois citer nommément les Etats-Unis et la France.

Source : L'Express

05:53 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.