Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2013

Soulagement (provisoire ?...)

J'ai suivi comme beaucoup la déclaration du président Obama diffusée en direct sur iTélé et ai comme beaucoup, poussé un soupir de soulagement. 

Notre va-t-en-guerre national est donc contraint d'attendre ajoutant un ridicule de plus à une liste déjà longue. On ne met pas en danger l'équilibre du monde dans le but de servir un petit prestige personnel ! Nous ne sommes pas pour autant sortis de l'auberge mais G 20 aidant, la rencontre aura lieu entre Obama et Poutine et peut-être qu'un statu quo va au minimum s'installer ? Il faudra ensuite, bien évidemment passer le cap d'un sinistre anniversaire, celui du 11 septembre et peut-être après, un calme relatif pourra t-il faire place à l'angoisse de ces derniers jours ? Cela dit, je reste persuadée que le fond du problème passe par la reconnaissance des droits du peuple palestinien, origine à mes yeux de réactions en chaîne dans toute cette partie du monde. Les américains ont sans doute voulu faire ce que nous avons déjà fait en Afrique, déboulonner les autorités existantes, une à une pour mettre à leur place des remplaçants aussi soumis que zélés. Mission impossible sur ce terrain où ils n'ont chaque fois laissé que le chaos derrière eux. A ce petit jeu,  une foule de catastrophes ne peuvent que suivre ... Tant que les peuples ne seront pas libres et surtout autonomes rien ne pourra aller. Ce que l'on nomme le droit d'ingérence n'est en fait qu'un alibi qui n'abuse personne et surtout pas les victimes car au lieu de résoudre les problèmes, c'est le phénomène inverse qui se déclenche en démultipliant les effets. 

A juste titre, Jean-Louis Borloo a suggéré un débat parlementaire suivi d'un vote dans le meilleur des cas. Ne nous leurrons pas car cette marche arrière risque de ne pas plaire à tous et surtout pas aux militaires qui avaient déjà tout préparé. N'oublions pas qu'un mauvais accord est toujours préférable à " une bonne guerre " puisqu'il évite les victimes et il me semble qu'il y en a eu beaucoup trop ces derniers temps. Aucun dictateur n'a encore réussi à être éternel, par conséquent les efforts de paix ne sont jamais vains. Et puis, nous avons suffisamment de problèmes à régler sur place, sans aller flanquer la pagaille à l'extérieur ! Or c'est exactement ce qui était sur le point de se produire. Croisons les doigts face à ce bénéfique revirement en souhaitant qu'il n'y en ait pas d'autres à nouveau.

 S. @ 

Bannière HF compteur mensuel S 08.13.jpg

Les commentaires sont fermés.