Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2013

Frédéric Lenoir : Petit traité de vie intérieure.

FL-pt.traite.jpg


L'ouvrage commence de la façon suivante,

 

" Exister est un fait, vivre est un art."

 

Maintenant, et sans doute à cause de toutes les questions sans réponse que l'on se pose à moins d'être le dernier des abrutis,  qui peut se vanter d'avoir acquis " une vraie liberté intérieure " ? Et puis, la liberté intérieure, c'est quoi ? 

Quelques bouddhistes ont trouvé, peut-être ? Et encore ... car j'imagine que cet état de grâce n'est pas permanent.

 

Personnellement, je ne sais toujours pas comment il faut faire pour atteindre cette forme de vacuité méditative, ce qui pour nous européens ressemble à un flagrant contresens. 

 

Souvent, quand nous restons silencieux, la personne qui nous accompagne demande : " tu penses à quoi ? " et neuf fois sur dix, la réponse est : " à rien " -

Superbe tricherie ! Comment faire pour ne penser à rien, est-ce seulement concevable ? Je ne crois pas être " un cas " en affirmant que les 3/4 du temps mon cerveau fonctionne en roue libre ... Il m'arrive même de raisonner tout en rêvant ce qui ne doit pas être un fait exceptionnel puisque comme chacun sait, " la nuit porte conseil " - 

 

Etre en quête de sens ... Nous le sommes tous mais si l'on veut aller au fond des choses, comme il s'agit d'une mission impossible, on finit par jeter l'éponge d'une façon ou d'une autre.

 

J'ai donc lu ce livre, attentivement, surligneur en main, comme je fais toujours (raison pour laquelle je préfère les livres de poche aux ouvrages plus précieux ce qui me dispense de me sentir iconoclaste)

178 pages et quelques lignes de plus lesquelles permettent de braquer un projecteur sur certaines questions mais bien évidemment ne fournissent pas LA réponse que l'on voudrait applicable à tous.

 

Frédéric Lenoir nous fait part ici de son expérience personnelle, des questions qu'il s'est fatalement posées indiquant les réponses qu'il leur a opposé. C'est en quelque sorte une méthode destinée à calmer le feu des blessures et à cicatriser les plaies mais je ne suis pas persuadée que les cicatrices aient disparu pour autant ... 

 

N'importe, c'est le parcours estimable d'un homme de coeur lequel mérite largement notre considération nonobstant le fait que chacun doit personnellement  chercher ses propres solutions. 

 

J'ai beaucoup aimé une petite anecdote qu'il nous offre avec humour à l'avant-dernier chapitre,

 

" Un missionnaire marche dans la savane et se trouve soudain face à un lion rugissant. Le prêtre supplie Dieu de lui venir en aide : " Seigneur, inspirez des sentiments chrétiens à ce fauve ! " Aussitôt un miracle se produit. Le Lion arrête sa course, se met à genoux et prie : " Mon Dieu, bénissez ce repas. Amen. " 

 

Tirez-en les conclusions que vous voudrez mais avec ou sans cette petite parenthèse (à mes yeux, lourde de signification) le livre mérite incontestablement d'être lu.

  

S. @ 

15:41 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.