Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2013

Privilèges pas morts ...

Marianne P-NY Carla B-S.jpg

MAGAZINE MARIANNE

En temps de crise, le Paris-New York gratuit pour la femme de l'ex chef d'Etat passe mal.


Michel Euler/AP/SIPA
Michel Euler/AP/SIPA
Et si vous partiez à New-York pour vos vacances ? Il vous en coûterait sur Air France près de 8395 euros, en Première. Laquelle classe vous permet de voyager sans frais avec trois bagages de 23 kg chacun. 

Et s’il vous en coûtait 0 euros ? Impossible ? C’est pourtant la somme qu’a déboursé Carla-Bruni Sarkozy pour un aller/retour Paris New-York les 23/27 juin derniers, selon le syndicat Sud Aérien. 
 

© Sud Aérien
© Sud Aérien
D’après la capture d’écran publiée sur le site de ce dernier, il est en effet possible de distinguer le nom de l’épouse de l’ancien président Nicolas Sarkozy accolé à l’enregistrement d’un vol dont le montant total s’élève à 500,84 euros de taxes, payées par la compagnie aérienne. 
  
Que l’ancienne première dame ait bénéficié des largesses de la loi du 3 avril 1955 accordant aux anciens chefs d’Etat, ainsi qu’aux membres de leur famille, des avantages en nature précisés en 1985 par Laurent Fabius, alors premier ministre de François Mitterrand, cela n’étonne personne :« Les anciens chefs de l'Etat » peuvent « voyager gratuitement autant qu'ils le souhaitent sur Air France et avec la SNCF » depuis des décennies. 
  
Néanmoins, que Carla-Bruni Sarkozy ne se soit pas même acquittée des taxes d’aéroport pose problème, pour une compagnie désormais « privée », rappelle un ancien chef de cabine principale d’Air France. « En tant que personnel nous avions également des réductions, mais nous devions régler les taxes ». 
 
 

Si Léon Crémieux, responsable du syndicat de salariés Sud Aérien dénonce, à raison, « des privilèges d’un autre âge », nous retiendrons davantage « les cadeaux aux amis » faits alors même que « la compagnie va mal ». Aux amis ? Fait-il référence aux liens tissés par le patron d’Air France-KLM, Alexandre de Juniac avec la Sarkozie dont il a fait partie en tant qu’ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde au ministère des Finances (2009-2011) ? 
  
Car en réalité, le voyage de Carla Bruni-Sarkozy n’a peut-être rien coûté à Air France. Si le taux de remplissage de l’avion était faible, le billet de l’ancien mannequin n’a représenté aucun pourcentage sur les cotas de sièges payants. A l’inverse, si l’avion était plein, le prix du billet a intégralement été pris en charge par la compagnie en plus du manque à gagner. Les taxes quant à elles restent inchangées. 
  
Alors que le plan de restructuration d’Air France, Transform 2015 sera « alourdi » à l’automne, notamment pour pallier des pertes d’exploitation du court et moyen-courrier de l’ordre de 800 millions d’euros, la nouvelle surprendra tous ceux qui au gouvernement, la tête en l’air, n’abrogent pas des privilèges qu’ils ont eux-mêmes contribué à faire voter.

09:22 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.