Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2013

Pieta de Kim Ki-duk

Film sud-coréen (2012) durée : 1h.44 avec Lee Young-Jin, Choi Min-su, Woo Gi-hong

aff.Pieta.jpg 

Pour qui s'intéresse au cinéma asiatique, Kim Ki-duk est incontournable. 

J'ai toujours à l'esprit son inoubliable " Printemps, été, automne, hiver et ... printemps " d'une beauté à couper le souffle. 

Nous sommes ici aux antipodes du cinéma hexagonal dans lequel presque toujours un vaudeville traîne ... et pourtant,  c'est bien en France où il a séjourné durant une année que ce coréen contracta le virus cinématographique. 

Ses héros sont presque toujours des marginaux et une fois encore son personnage principal, Kang-do ne fera pas exception à la règle. 

Le jeune homme vit seul dans un quartier de Séoul voué à la destruction, bidonville composé de ruelles dans lesquelles voisinent des sortes d'abris-ateliers en tôle, où les ouvriers s'endettent pour pouvoir travailler sur des machines meurtrières dans l'espoir insensé d'une problématique survie. 

Le travail peu glorieux de Kang-do consiste à recouvrer les échéances et le moins que l'on puisse dire est qu'il n'a pas d'états d'âme. Quand un emprunteur ne peut pas rembourser (ce qui arrive presque toujours en fonction des taux pratiqués) il conseille alors à sa victime, (après l'avoir cruellement tabassée) l'accident du travail qui déclenchera le règlement de l'assurance destiné à éponger la dette. Ensuite le pauvre diable, mutilé, condamné à l'inaction, n'aura plus que ses yeux pour pleurer. De méfaits en méfaits le nombre de ses ennemis va croissant lorsqu'un jour, une femme qui prétend être sa mère se présente à lui. Insultes, agression, (viol même) mais celle qui déclare l'avoir abandonné à sa naissance et se repentir de cette action ne cède pas et s'impose peu à peu. Eternel thème de la rédemption allez-vous dire ? Ce serait trop simple. Cette histoire a l'ampleur d'une tragédie grecque et les dieux seront impitoyables. Allez y mais ... blindez vous moralement avant, ce ne sera pas inutile.

S. @ 

Kang-do.jpgla-mère.jpg

15:19 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.