Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2013

Après l'action, ... l'action.

Bandeau le figaro.fr lamanifpourtous.jpg

De jeunes mariés ont précédé l'un des cortèges de la Manif pour tous, dimanche à Paris.
De jeunes mariés ont précédé l'un des cortèges de la Manif pour tous, dimanche à Paris. Crédits photo : LIONEL BONAVENTURE/AFP

" Si François  Hollande ne reçoit pas le collectif, Frigide Barjot se dit déterminée à « tenir la rue ». « Dimanche, tout le monde m'a dit qu'il était prêt à recommencer », assure-t-elle.

Entre le vertige du succès et l'épuisement des lendemains de fête, les organisateurs de la Manif pour tous tentent déjà d'imaginer «l'après».

Voix cassée, cheveux lâchés, Frigide Barjot a les larmes aux yeux. Au lendemain du défilé, l'égérie du collectif arbore toujours sa tenue de militante, jean délavé et sweat rose. Pour elle, la manifestation continue tous les jours. Pour les autres, c'est encore à voir. Comment faire pour donner chair à la mobilisation une fois le pari de la rue remporté? Comment faire vivre les attentes des 340.000 à 1 million de manifestants du dimanche 13 janvier, alors que le calendrier du projet de loi se resserre? Les principaux acteurs de la Manif pour tous envisagent de ne pas laisser le pavé inoccupé. « C'était notre première manifestation nationale. C'est un début », s'avance Tugdual Derville, autre porte-parole du collectif et délégué général d'Alliance Vita. « On va tenir la rue », promet Frigide Barjot.

 

La « catho déjantée » n'a « quasiment pas dormi » et commence à réaliser qu'elle n'est pas près de prendre quelques jours de repos. Ses équipes non plus. Tant pis, même si la crise de nerfs n'est pas loin. « Le mouvement s'est transformé en lame de fond. J'ai vu des gens qui pleuraient en nous disant merci. On est en train de réussir quelque chose d'incroyable, d'historique, et on se demande comment poursuivre », résume l'ancienne parodiste de Jalons.

« Manifester, ça ancre les convictions dans les tripes, décrit Tugdual Derville. Dimanche, le mouvement a pris corps. Un sentiment d'unité est né, et nous avons remporté le pari de la diversité. La foule était bon enfant, joyeuse. Impossible de nous dire que c'était une procession religieuse. »

La tenue de nouvelles manifestations reste cependant suspendue à l'éventualité d'une rencontre avec François Hollande, objectif affiché des opposants au texte. Lundi, la démonstration de force des « anti » ne semblait pas avoir réussi à leur ouvrir l'Élysée.

Dimanche, le chef de l'État a qualifié la manifestation de « consistante ». « Une réponse culinaire, s'exaspère Frigide Barjot. Nous espérons une autre réponse du président d'ici dimanche prochain. S'il nous reçoit, il ne refermera pas complètement la porte. Nous espérons qu'il enlèvera l'ouverture de l'adoption du projet de loi. » « Je ne vois pas comment François Hollande pourrait refuser de nous recevoir après toutes ses déclarations sur sa volonté de rassembler les Français », veut croire Tugdual Derville.

«Les équipes sont en place, les réseaux se sont constitués»

Ce scénario n'est bien évidemment pas le seul envisagé, et le collectif semble partant pour un nouveau regroupement national des défenseurs de la famille. La confirmation devrait tomber en début de semaine prochaine. Chute de la mobilisation, lassitude des manifestants… les risques d'un deuxième rassemblement ne semblent pas effrayer la parodiste. « Dimanche, tout le monde m'a dit qu'il était prêt à recommencer », s'enthousiasme-t-elle. Des actions locales, dans les régions, pourraient aussi se multiplier. « Les troupes existent, les équipes sont en place, les réseaux se sont constitués », fait valoir Frigide Barjot. Du côté d'Alliance Vita, on mise aussi sur la poursuite d'un tractage « qualitatif » et la discussion avec les passants. Les porte-parole ne comptent pas non plus déserter les débats publics.

Enfin, les organisateurs espèrent récolter d'autres fruits de ce succès. « Aujourd'hui, la parole est décomplexée. Nous espérons de nouveaux ralliements, des prises de position de personnalités publiques, dans le monde du sport ou de la communication », assure Frigide Barjot avec des idées derrière la tête. Malgré une immense fatigue et une émotion à fleur de peau, le collectif de la Manif pour tous est porté par l'impression d'avoir vécu un moment historique. Lundi, la tentation de le revivre une seconde fois semblait forte. S'ils promettent de ne pas laisser la place vide, eux aussi s'accordent quelques jours de réflexion avant de reprendre leur élan."

Source : Le Figaro.

Ce qui est choquant dans la situation c'est la place donnée à un problème socialement secondaire, l'emploi étant la priorité des priorités.

Pourquoi être fidèle à cette promesse électorale plutôt qu'à d'autres mille fois plus importantes ? ...

- régulariser le secteur bancaire, s'opposer aux licenciements boursiers et relancer réellement l'économie du pays. Au lieu de cela ...

Il y a une formule pour illustrer cette politique qui est,

" faire prendre des vessies pour des lanternes " !  

chat-queue.jpg

Et l'histoire du chat qui se mord la queue, vous connaissez ? ...

N.B. il serait peut-être temps que j'aille me choisir un autre chat car je commence à devenir légèrement obsédée ... Ah ! les minous ... (à suivre) -

Seuls ceux qui les connaissent peuvent comprendre.

08:27 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.