Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2013

Non ! pitié ...

non-pitié.jpg


J'attendais avec impatience cette nouvelle adaptation de La Religieuse de Diderot et suis très déçue par ce que j'ai vu. J'ai même à la sortie essayé de dénicher le DVD du précédent film signé Jacques Rivette lequel avait fait beaucoup de bruit durant les années 60. A contrario, celui-ci ne risque pas la censure !  La FNAC des Halles avait le précédent en commande, se trouvant à court de stock.  J'aurais bien aimé le revoir pourtant; tant pis, ce sera pour une autre fois. 

La file d'attente était composée d'une majorité de vieilles femmes sans doute à la recherche de souvenirs ... et beaucoup se sont esclaffées au moment où Isabelle Hupert prenait d'assaut le lit de la petite religieuse en sa cellule. Moue crispée de la comédienne en question (Pauline Etienne). Le réalisateur n'a rien compris à l'histoire dont il n'a pas hésité du reste à changer la fin. Au point où on en était ! ... Bref, ceux qui n'ont pas lu Diderot se contenteront peut-être (?) de ce qui leur est ici proposé quant aux autres, ces derniers dans le meilleur des cas, résumeront la situation par un haussement d'épaules.

J'ai eu la même réaction que lorsque je constate qu'au théâtre un metteur en scène n'a pas su lire l'oeuvre mais a bien au contraire suivi sa petite ligne de pensée personnelle. La démarche est presque toujours réductrice. Nous commençons à en avoir l'habitude, il est vrai. L'air du temps tire tout (ou presque) vers le bas. On saute sur une idée sans jamais l'approfondir. Dommage ... En tout cas, l'église n'a pas de souci à se faire, tous les angles ont été arrondis.

 

S. @

 

Au fait, j'oubliais, depuis hier c'est l' printemps, mieux vaut que le calendrier le précise car le vent était coupant comme des lames de rasoir.

Petit rappel à l'ère du politiquement correct,

09:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.