Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2013

Zero dark thirty (the film ...)

Film américain de Kathryn Bigelow avec Jessica Chastain, Jason Clarke, Joël Edgerton. Durée : 2h.30 

Aff.zero.jpg

Me classant parmi ceux qui se demandent si Ben Laden était ou non un mythe, je comptais un peu sur ce film pour résoudre la question. Il n'en fut rien. En effet, il est difficile d'oublier que Bush au lendemain du 11 septembre 2001 avait pris la précaution de mettre à l'abri la famille de celui qui devenait dans le même temps, l'ennemi public n° 1. Il y a ici une logique qui m'échappe ...

Et puis, pour quelqu'un d'attentif à l'actualité, il faut bien reconnaître qu'on ressortait le personnage en cavale chaque fois que le besoin s'en faisait sentir ... 10 ans de traque pour la puissante CIA ? ... Qui peut gober cela ? D'autant que le cadavre de Ben Laden a disparu en mer. Bizarre, non ? ... car disparaissait du même coup, la preuve que c'était bien lui.

Qu'un ancien membre des services secrets retourne sa veste, quoi de plus banal Qu'on lui fasse ensuite endosser la responsabilité de l'intervention en Irak, le projet dépasse largement l'envergure du personnage si actif soit-ii.

Le film pour lequel la réalisatrice a soigneusement évité de se " mouiller " est long, très, très long et le spectateur n'entre réellement dans l'action qu'au moment des vingt dernières minutes durant lesquelles, horreur et ridicule se coudoient. Nous assistons donc à la prise d'assaut de ce bunker dans lequel vivaient plusieurs familles abattues sans le moindre état d'âme (les soldats en action peuvent ils en avoir ?) et le summum du ridicule se déclenche au moment où l'on entend des membres du commando dirent aux enfants qui viennent d'assister au massacre de leurs parents :  " n'ayez pas peur ... " (là, on hallucine !) 

Ce film tourné comme un documentaire avait commencé par une scène de torture effectuée en présence de cette femme dont l'enquête minutieuse déclenchera la conclusion que l'on connaît. Pour tout dire, je suis sortie de la salle avec le sentiment d'un rendez-vous manqué et la conviction renforcée qu'en matière de politique, nous ne saurons jamais la vérité puisque l'on nous jette presque toujours une version officielle en pâture.

 

S. @

photo-Zero.jpg

10:52 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.