Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2013

sinistre actualité,

Le Monde Afrique Hollande Mali.jpg

Au lendemain du début de l'intervention des forces françaises sur le territoire malien, François Hollande a justifié sa décision, affirmant qu'elle "n'a pas d'autre but que la lutte contre le terrorisme" et qu'il a "toute confiance" dans la réussite de l'opération, baptisée "Serval". "La France ne défend aucun intérêt particulier",

Même pas une cote de popularité en chute libre ? … parce que là, il fait exactement ce que fit George W. Bush à une certaine époque.

Ensuite, nous nous sommes étonnés que les américains suivent ce dernier comme un seul homme. 

Parce que, ne nous leurrons pas, quand le leader dit " La France " c'est " je " qu'il faut entendre. Fonction oblige. 

Ce que l'on nomme " le terrorisme " n'est pas un fait nouveau, nous vivons sous sa menace en permanence depuis longtemps. Ce qui m'étonne c'est qu'en dépit des récentes affirmations contraires, nous soyons montés au créneau  et SEULS, surtout ! 

La décision semble avoir été prise à l'emporte pièce alors que n'en doutons pas, elle se préparait depuis longtemps sinon, cela n'eut pas été possible. Il n'est pas étonnant non plus, que l'Angleterre nous rejoigne. Dès qu'il s'agit de passer à l'action, ce pays colonialiste dans l'âme est toujours prêt.

Maintenant, il est curieux que le plan vigie-pirate ayant monté d'un cran, le rassemblement prévu concernant la contestation du " mariage pour tous " n'ait pas été annulé. Situé dans ce contexte, le dérisoire de la démarche est encore plus flagrant.

Les risques d'embrasement sont grands car nous savons que les crises économiques finissent toujours dans le bellicisme le plus grave et je n'augure rien de bon quant à la suite des événements. Et puis, cette montée de l'Islam intégriste n'aurait pas existé si le conflit israélo-arabe avait trouvé une solution. Ce fut la pierre d'achoppement or bien entendu, la situation n'a cessé au fil des décennies de s'aggraver. Donc, quoique nous fassions, il est évident que nous nous attaquons aux effets, non à la cause.

S. @

Le Lab Europe1 mamère and co mali.jpg

leJDD Villepin guerre France.jpg

Les commentaires sont fermés.