Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2012

pov' tite chatte aux pattes rasées !

papattes-rasees.jpg

Alors, ces chaussettes ? ... Elles viennent ? ...


(Je blague alors que je n'en ai pas très envie.) 

Il existe chez les humains des maladies dites de civilisation. 

De toute évidence, il en est de même chez les animaux ...

 

Depuis quelque temps, la dégénérescence rénale fait des dégâts parmi la gent féline. Il ne suffit que d'interroger Google et les témoignages tombent à foison.

 

Le chat boit excessivement, a tendance à perdre l'appétit, maigrit (forcément) et les analyses indiquent un taux de créatinine élevé.

 

J'ai constaté le fait il y a environ un an et la chatte au bord du coma urémique n'a été sauvée de justesse que par une série de transfusions (explication du rasage des pattes) En me la restituant le vétérinaire m' avait dit alors,

 

 - " ne vous faites pas d'illusions, elle n'en a plus que pour quelques mois " 

 

- 11 mois plus tard, ce fut la rechute. Re-belote : nouvelle série de transfusions et résultats d'analyses peu encourageants. Que préconisent les vétérinaires en pareil cas ? Un traitement médicamenteux et une nourriture assez chère, vendue exclusivement par eux que les chats prisent peu. Force est donc de naviguer à vue de nez en culpabilisant  bien sûr car je crois me souvenir qu'Alexis Carrel a écrit quelque part que la maladie est la conséquence d'une erreur que nous avons commise. Se pose alors le problème de la nourriture vendue dans le commerce. Vous savez ces aliments plus que bons, dont nos animaux raffolent et qui nous les flinguent semble t-il ? Si j'en crois les affirmations de l'homme de l'Art, ces boîtes seraient remplies de déchets des abattoirs ... L'image est peu ragoûtante et à qui se fier ? ... Les trusts alimentaires font leur beurre à grand renfort de publicité et les vétérinaires quant à eux appliquent des tarifs dissuasifs à beaucoup surtout en cette période de crise. Moi qui ai freiné des quatre fers au moment de choisir une machine à laver à 400 €, j'ai en l'espace de 2 semaines, fini par verser (sans aucune garantie) la même somme, ce - sans broncher, contribuant ainsi  à l'enrichissement de quelqu'un qui n'en a nullement besoin. Belle illustration de l'époque dans laquelle nous vivons ! 

 

Les chats de mon enfance vivaient en semi-liberté, entendez par là qu'ils entraient ou sortaient selon leur bon plaisir. Il est vrai qu'à l'époque je ne vivais pas encore en appartement et qu'une prudence élémentaire ne me conseillait pas de conserver les animaux à domicile en une ville où tous les risques sont dans la rue.

 

J'ai un jour décidé que tant que je vivrai à Paris, je n'aurai plus de chien, c'était en 1988 et m'y suis tenue or je crois bien que je vais faire de même concernant les chats. Après celle-là, il n'y en aura plus à moins que je décide ENFIN de me rapprocher de la nature ... mais où, quand, comment ? That is the question.

11:30 Publié dans Blog, photos | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.