Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2012

réflexions de fin de mois

" 9 milliards d'euros perçus en trop par EDF " je m'explique enfin le montant de mes factures (illisibles bien sûr) après avoir eu l'imprudence de leur accorder une mensualisation. A être trop prudent, on se fait piéger car ne nous illusionnons pas, ils ne rembourseront jamais. On parle déjà d'augmentations, c'est dire ...

 

Notez que les mensualités d'Orange ne sont guère plus explicables." Téléphone illimité " accordé à des gens qui désormais passent par internet pour communiquer - c'est du moins mon cas - le portable n'étant guère plus utilisé mais c'est ainsi et les facturations varient d'un mois sur l'autre. Cochons de payants ! 

 

Il me semble qu'en nous donnant l'illusion d'être " branchés sur le monde " cet outil devenu indispensable (internet) nous en retranche. Nous vivons désormais sous haute surveillance car ne m'objectez pas que vu le nombre d'utilisateurs, c'est impossible, les moyens de contrôle étant immenses. Toujours plus de robots auxquels on peut demander n'importe quoi, c'est juste un problème de connexion.

 

Je me demande parfois si je n'aurais pas préféré vivre à l'époque préhistorique.

Les temps étaient durs, certes mais les humains étaient libres. En tout cas, plus que maintenant et la nature non polluée.

 

R.U.M.P. (on dirait un raclement de gorge) Un copain facétieux m'a fait observer que dans la langue de Shakespeare cela signifiait " croupion " : M.D.R ! ...

 

MDR.jpg

Dans mes extractions encadrées -  " A ma guise " - de papiers émanant d'autres blogs, j'ai failli mettre en exergue une chronique dont les conclusions débouchaient sur un conflit mondial quasi inéluctable. J'aimerais bien sûr, ne pas y croire, me conforter dans la conviction que mon existence (c'est un peu égoïste certes en regard de ceux qui par exemple, sont nés au Liban) ne connaîtrait pas la guerre mais j'y crois de moins en moins. L' Histoire se répète toujours au moins une fois sinon deux. Il ne suffit que de regarder en arrière pour s'en persuader.

 

Pas très joyeux tout ça, allez vous dire ? ...

 

Depuis toujours, je hais l'argent (et il me le rend bien) sans pouvoir complètement m'en passer, bien sûr. Certaines réalités sont incontournables mais je ne comprendrai jamais ses vassaux, pour ne pas dire : ses esclaves. Certains ont été conditionnés en ce sens depuis des générations et chaque fois le désastre fut au rendez-vous. 

 

Ils ont cette fois poussé le bouchon encore plus loin que d'habitude. Peut-on parler de civilisation au regard de tout ce qui nous est permis de connaître actuellement ? Nous vivons de toute évidence une fin de civilisation. Le clash est inéluctable mais nous ignorons quand et comment il se produira et quelle sera l'étendue des dégâts.

 

Je ne vais certes pas vous orienter vers la relecture de l'Apocalypse d'un certain Jean prétendu saint, d'autres s'en chargent ... Une seule chose est certaine, c'est que nous ne pourrons pas continuer éternellement ainsi. 

 

 

Les solutions de rechange existent mais on ne veut pas les voir, personne n'est prêt. Etant libertaire (mais non révolutionnaire anarchiste) je n'ai jamais adhéré (*) au communisme peu soucieux de la liberté de l'individu. Or ce que nous nous apprêtons à vivre est encore pire, je me demande donc si nous avons eu raison de jeter le bébé avec l'eau du bain. C'est tout.

 

S. @

 

(*) comme disait Gide " il n'y a que les huîtres et les imbéciles qui adhèrent "

 

p.s. Tiens, il paraît que Méluche se voit en premier ministre. Il cherche les râteaux ou quoi ? ...

 

2ème p.s. De toute évidence, Nafissatou Dialo était tombée sur un sucre d'orge en or ... A ce tarif et à l'époque de pénurie actuelle, les candidates vont se bousculer au portillon !

 

15:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

29/11/2012

Piazza fontana de Marco Tullio GIORDANA

visuel-piazza-f.jpg2012 - film italien - durée : 2 heures avec Valerio Mastandrea, Pierfrancesco Favino ...

Depuis quelque temps, j'annonce les films qui attirent mon attention et puis ne trouve pas le temps de les voir ensuite … Cette fois, j'ai tenu à ne pas laisser passer ce  " Piazza Fontana " qui me semblait d'un intérêt politique certain. Il y avait peu de monde dans la petite salle, située en haut du cinéma Latina. Le thème peut paraître rébarbatif en fonction de ce que nous vivons actuellement, la réaction étant alors " plus jamais ça " Tous les pays voudraient bien pouvoir tenir semblable raisonnement car en certains lieux, des bombes explosent encore et toujours. 

Le terrorisme est synonyme de chaos car on ne le voit pas venir. Des civils, vaquent tranquillement à leurs occupations et brusquement tout part en éclats à commencer par eux. C'est un acte lâche, irresponsable et qui ne résout jamais rien. Tout le monde (ou presque) est d'accord là-dessus mais la question que le fait soulève est : quelle somme de désespoir a pu mener ces gens pour en arriver là ?

En début de film, on assiste à des affrontements musclés entre ouvriers et force de l'ordre qui n'y vont pas avec le dos de la cuillère (cette dernière étant une matraque) Des hommes sont tabassés violemment à trois contre un, tout simplement parce qu'ils sont descendus dans la rue pour qu'on finisse par les entendre au lieu de les laisser crever de faim. Beau résultat ! Cela peut se reproduire, ne l'oublions pas et c'est sans doute pour cette raison que semblable documentaire fait peur à certains qui n'osent aller le voir. J'ai quant à moi, bien peur que la loi du marché aidant, il disparaisse de l'affiche, très rapidement, raison pour laquelle j'y suis allée dès le premier jour. Ceux qui ont vécu cette époque se souvienne très bien de cet anarchiste défenestré à partir d'un commissariat de police, personne n'ayant cru à la thèse officielle du suicide. Un auteur de théâtre en a même fait une pièce. Juste un peu avant ces années de plomb en Italie, ici en France, au quartier latin, quand des voitures étaient brulées, c'était officiellement le fait de " gauchistes irresponsables " alors que nous savons pertinemment que des politiques avaient délégué des commandos afin qu'ils s'activent en ce sens. C'est ce que l'on nomme communément "  secret de polichinelle " mais jamais personne ne peut rien prouver. Il en fut de même en ce qui concerne les auteurs de cet attentat perpétré Piazza Fontana, nous savons juste que l'extrême droite (entendez les néo-fascistes) et l'extrême gauche se sont affrontés par double explosion interposée. Entre le terrorisme et l'apathie actuelle, il doit bien exister une solution intermédiaire pourtant ?

 

S. @

rencontre-p.f.jpg


11:04 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

28/11/2012

bande annonce : Piazza fontana

16:06 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2012

A qui profite la dette ? " une fois " et même plus !

10:10 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)