Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2012

survivre en temps de crise ...

chat-eclopé.jpgSimple exemple : avoir un animal est devenu un luxe que beaucoup ne peuvent plus se permettre. Dès que la maladie commence à s'installer, le seul moyen d'assurer est de payer sans compter car si on se penche d'un peu trop près sur le coût de l'opération, le risque est grand de jeter l'éponge, de dire " Inch Allah " or c'est impossible. Avoir un animal c'est comme avoir un enfant, il faut aller jusqu'au bout,  " faire son devoir " (je n'aime pas le terme mais il n'y en a pas d'autre) ne pas traiter le problème à la légère. Bien sûr, grande est la tentation de conclure, " je me fais avoir, les vétos profitent de la situation, aggravent le bilan pour nous faire cracher au bassinet " Ce n'est pas exclu mais dans le doute ... impossible de trancher la question en s'abstenant. 

Chaque fois que je passe devant un sans abri, le panier à chat à la main, je suis étonnée de ne pas me faire insulter. Alors j'essaie de me donner bonne conscience en me disant que je dépense plus quotidiennement pour cet animal que pour moi car ces petites boules de tendresse n'ont pas à payer pour les erreurs de notre société.

La situation actuelle est détestable. Il n'y a pas longtemps, on parlait du Quart-Monde, maintenant ce dernier est partout. La gangrène se répand ...

J'ai dû ranger quelque part, un dessin qui m'amusait beaucoup, représentant une mamy sur un rocking-chair qui tricotait sous l'oeil attentif de son matou et je me disais : " un jour, je ressemblerai à ça. " La même quelques années plus tard, risque de ne plus avoir de quoi acheter sa laine ni de nourrir le chat condamné à revenir à l'état sauvage en chassant oiseaux et rats ce qui en ville pose problème ! 

Au début des années 80, j'avais fait l'acquisition d'un superbe Tervueren, mon premier chien de race lequel est resté unique car il n'a vécu que 8 ans, me dissuadant de renouveler l'expérience, ce à cause d'un vaccin inefficace. Pour les chiens de berger, (si on veut éviter les boîtes et autres saloperies)  le menu est simple, c'est 100 gr de viande par mois d'existence ce qui fait qu'arrivé à l'âge d'un an, l'animal dévore depuis deux mois son kilo de bourguignon quotidien. A supposer que je puisse encore m'offrir - un jour de folie - ce genre d'animal, comment ferais-je désormais pour assurer sa quantité de nourriture quotidienne ? C'est devenu impossible. Il y a quand même des questions à se poser sur la dégringolade qui est devenue la nôtre. Et encore, comparé à la Grèce ... mais du train où vont les choses, si nous ne réagissons pas à temps, cela viendra et notre sort sera absolument identique.

Hier dans C. Politique, Jean-Luc Mélenchon a bien résumé la situation et il me semble que les plus censés d'entre nous doivent commencer à se dire qu'ils auraient peut-être mieux fait en l'écoutant un peu plus, un peu plus tôt ? Caricaturer le personnage est trop facile à ceux qui ne savent pas ce qu'ils veulent au juste. On se dit de gauche et on accepte une politique que même l'ancienne majorité n'osait pas appliquer. L'étiquette indûment affichée a ici le même usage que ces patchs anti-tabac que l'on se pose tout en sachant que ça ne servira à rien.

J'ai alors envie de crier à tous, " mais nom de Dieu, vous allez vous réveiller un jour ? " les circonstances n'ayant rien à faire de la politesse. Que d'erreurs lourdes de conséquences avons nous commises au nom du politiquement correct ?

S. @

 

p.s Hier je me suis enfin décidée à allumer mon chauffage électrique qui généralement l'est toujours au 1er Novembre mais payer 71 € (par mois) pour chauffer 30 m2 me paraît pour le moins abusif. Et tout est comme cela tout simplement parce que nous disons Amen à tout. Les religions nous ont bien dressés avec leur utopique " les premiers seront les derniers " et le Royaume des Cieux appartient aux débiles tandis qu'ici bas, d'autres s'en mettent plein les poches. Bravo ! continuons comme ça, les plus grandes réjouissances nous attendent.

 

tricot.jpg


Les commentaires sont fermés.