Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2012

Une politique à la Ponce Pilate ? ...

Bandeau Le Point.fr Aurore Martin.jpg

Samedi à Bayonne, partis politiques, syndicats et associations ont interpellé le président sur l'arrestation de la militante basque

Aurore-Martin.jpg

Des représentants de partis politiques, de syndicats et d'associations et des membres de la société civile, réunis samedi lors d'une conférence de presse à Bayonne, ont demandé des explications à François Hollande sur les conditions de l'arrestation et la remise à l'Espagne jeudi de la militante basque Aurore Martin. "En juillet 2011, François Hollande en vacances au Pays basque avait demandé la clémence à Claude Guéant concernant Aurore Marin. Que pense-t-il aujourd'hui de son ministre de l'Intérieur Manuel Valls ?" a demandé Laurence Hardouin, de la Cimade. "Nous avions dénoncé l'application de ce MAE (mandat d'arrêt européen) pour un délit d'opinion lors du précédent gouvernement. L'orchestration de la remise à l'Espagne est inadmissible", a-t-elle estimé. "On nous dit que cette arrestation est fortuite. Je demande au gouvernement de procéder à une enquête", a de son côté déclaré le sénateur des Pyrénées-Atlantiques Jean-Jacques Lasserre (MoDem).

"Saisir le Conseil constitutionnel" 

L'écologiste Martine Bisauta, adjointe au maire de Bayonne, a demandé à "François Hollande, président normal, de répondre normalement à notre question". Représentants du PCF, du NPA, du PS, du MoDem, de l'UMP, de partis indépendantistes basques, des syndicats CFDT, CGT cheminots, LAB (syndicat basque), ELA (syndicat majoritaire au Pays basque espagnol) et de la Ligue des droits de l'homme réunis sous la bannière du collectif Bake Bidea (Le chemin de la paix) ont tous demandé qui était à l'origine de l'arrestation et pourquoi la France a fait droit à la demande de l'Espagne. 

Selon la sénatrice PS des Pyrénées-Atlantiques Frédérique Espagnac, "il est nécessaire que le gouvernement réponde, pour le bon-vivre en Pays basque". "Nous allons solliciter le gouvernement, intervenir auprès des autorités espagnoles par l'intermédiaire de notre ambassadeur et saisir le Conseil constitutionnel", a-t-elle déclaré. Alice Leicehaçagar, conseillère régionale (Verts), a résumé le sentiment général : "Nous nous attendions à ce que le gouvernement nous aide à mener à bien le processus de paix au lieu de se livrer à des provocations." Sylviane Alaux, députée socialiste (PS) des Pyrénées-Atlantiques, a conclu : "Je suis socialiste, je tiens à rester à l'intérieur de mon parti pour porter votre message, [mais] je veux que mon gouvernement soit l'artisan de la paix." Les membres du collectif Bake Bidea appellent à un rassemblement le 5 novembre à 13 h 30 devant la sous-préfecture de Bayonne. 

Source : Le Point.fr

Bandeau le nouvel observateur Valls et Taubira Aurore Martin.jpg

09:51 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.