François Hollande a donc reçu le premier ministre de l'Etat sioniste mercredi 31 octobre à l'Elysée. Lors de la conférence de presse qui a suivi leur rencontre, les deux dirigeants ont fait assaut d'amabilités, exprimant leurs convergences de vues, entre autres sur l'Iran. Un Iran doté de l'arme nucléaire "est une menace qui ne peut pas être acceptée par la France", a déclaré F. Hollande. "Nous avons fait voter plusieurs sanctions et nous sommes prêts à en faire voter d'autres, autant qu'il sera nécessaire. Nous voulons avoir des actes et des gestes concrets" apportant "la preuve qu'il y abandon de cette recherche" d'une arme nucléaire, a-t-il ajouté. Faut-il rappeler à F. Hollande que la véritable menace, c'est l'arme nucléaire que détient l'Etat sioniste belliqueux, qui contrairement à l'Iran, refuse toute inspection de ses installations par l'AIEA et n'a pas signé le Traité sur la non-prolifération des armes atomiques ? 

En prévision des prochaines élections législatives que l'Etat sioniste organisera le 22 janvier 2012, Netanyahu est venu sans vergogne faire son cirque sur la reprise du "processus de paix" et des négociations avec les Palestiniens, insistant sur sa détermination de les ouvrir "sans conditions", accusant ainsi implicitement les Palestiniens d'être les empêcheurs de faire la paix puisque le président de l'Autorité palestinienne Abbas refuse, depuis 2010, de les reprendre tant que l'expansion de la colonisation en Cisjordanie occupée ne sera pas gelée. 

"Je n'ai aucune condition (...). Si vous voulez tester cela, le président Hollande peut inviter le président (de l'Autorité palestinienne Mahmoud) Abbas à l'Elysée, je le rencontrerai là,", a dit B. Netanyahu lors du point de presse. 

"Voilà une belle proposition,", s'est empressé de répondre F. Hollande. Faut-il lui rappeler la colonisation acharnée de la terre palestinienne et les centaines de colonies illégales en pleine expansion qui hébergent plus de 500.000 envahisseurs proliférant et prospérant sur les terres volées aux Palestiniens indigènes ? Faut-il lui rappeler que les Palestiniens vivent quotidiennement sous le joug d'une occupation militaire impitoyable ? Faut-il lui rappeler qu'il ne pourra pas y avoir de "processus de paix" tant que justice ne sera pas rendue aux Palestiniens ?

B. Netanyahu et F. Hollande, lors d'un point presse commun, le 31 octobre 2012 (CHAMUSSY/SIPA)
Toujours en symbiose touchante avec le criminel sioniste qui, il y a à peine deux semaines, autorisait une énième attaque de la Bande de Gaza qui a fait 15 martyrs et des dizaines de blessés, et qui en aurait fait sûrement beaucoup plus sans la riposte courageuse de la résistance palestinienne, Hollande a apporté son soutien à Netanyahu en conseillant aux Palestiniens de ne pas "aller chercher à l'ONU ce qu'ils ne peuvent pas obtenir par la négociation", faisant référence à la requête de l'autorité palestinienne d'un statut d'Etat non-membre à l'Assemblée générale des Nations-Unies, qui lui permettrait d'engager des procédures contre l'entité sioniste à la Cour pénale internationale, par exemple. Faut-il lui rappeler qu'un peuple occupé n'a pas à négocier avec son occupant, mais à s'en débarrasser par tous les moyens à sa disposition jusqu'à reconquérir son droit à l'auto-détermination et à vivre, dignement et librement, sur sa propre terre ? 

Aujourd'hui à Toulouse, F. Hollande accompagne B. Netanyahu à une cérémonie d'hommage aux victimes juives de Mohammed Merah. Faut-il lui rappeler qu'en mars dernier, à Toulouse et à Montauban, ce ne sont pas uniquement un enseignant et trois enfants franco-israéliens qui ont été tués, mais aussi Imad Ibn-Ziaten, Abel Chennouf et Mohamed Legouad (photos ci-dessous), tous trois français d'origine maghrébine ?
Que Netanyahu ne veuille se recueillir que devant des victimes juives, soit. Qu'attendre de plus du dirigeant d'une petite entité coloniale qui s'acharne depuis plus de 60 ans au nettoyage ethnique d'un peuple indigène ? Mais que le Président français se prête à une instrumentalisation islamophobe téléguidée par un chef d'Etat étranger, c'est inacceptable. Et c'est un signe de plus qu'une partie de la gauche française reste gangrénée par l'idéologie colonialiste. 

Les militants pro-palestiniens ont réagi dignement devant ces parades écœurantes. Des centaines de manifestants se sont rassemblées à Paris, Toulouse et Montauban, pour protester contre la visite du chef de l'entité raciste, génocidaire et illégitime et lui crier haut et fort qu'il n'est pas le bienvenu.

Paris, Place de l'Opéra, mercredi 31 octobre
A Paris, les manifestants brandissant des drapeaux palestiniens ont scandé : "Netanyahu casse-toi, la Palestine n'est pas à toi", "Nous sommes tous des Palestiniens" et exigé la fin du blocus de Gaza et de la colonisation.

A Toulouse, Place du Capitole
A Toulouse et à Montpellier, c'est aux cris de "Etat d'Israël Etat criminel, Hollande complice", "Sionistes racistes, c'est vous les terroristes" ou "Il doit finir le temps des colonies, Israël hors de Palestine" que les manifestants ont protesté contre la politique de l'Etat d'apartheid.

Place de la Comédie, à Montpellier
Bandeau SOTT.net criminel de guerre.jpg