Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2012

La femme du Vème de Douglas Kennedy

En manque d'air, certains ouvrent la fenêtre, moi j'ouvre un livre.

 

femme-Ve.jpg


Trouverait-on encore des succubes au XXIème siècle ? ... Puisque c'est une figure légendaire, après tout, pourquoi pas ? Quelle meilleure victime alors qu'un écrivain immigré, victime d'un scandale en son pays puritain par excellence, venu se réfugier à Paris ? N'attendez surtout pas d'y trouver une description de la Ville Lumière, car ce serait plutôt le Paris merdique chanté par Dutronc. Presque tout est sordide en ce livre et pourtant il faut bien reconnaître que l'auteur connaît désormais assez bien la capitale.

Au fait, le serait-elle devenue ? (sordide) Parfois je me pose aussi la question.

Harry est donc un universitaire américain qui a dû s'enfuir après avoir eu une aventure avec une étudiante laquelle s'est finalement suicidée. Difficile de vivre hanté par une telle culpabilité !  Malade tant moralement que physiquement, il va se faire racketter par de louches individus puis travailler au noir pour une mystérieuse et redoutable, société,  être accusé de meurtres, bref toucher le fond. 

Mais un personnage irréel vient de faire apparition dans sa vie, lui imposant de curieux non pas 5 à 7 mais 5 à 8 et ce, deux fois par semaine. Malheur à lui s'il veut s'en échapper ! ... Ce livre est carrément incroyable et cependant - en dépit de tout ce qui nous dérange - parvient parfaitement à nous piéger. Sur le point de le terminer cette nuit vers 2 heures ... j'ai hésité et puis afin de faire durer le plaisir sans doute, l'ai reposé alors qu'il ne me restait plus à lire qu'une vingtaine de pages pour connaître la conclusion. Oui, je fais cela quand je ne veux pas qu'une histoire se termine alors que pourtant, tout a une fin, n'est-ce-pas ? ...

S. @ 


Belfond, Pocket n° 13573  - Prix : 7,20€

 

N.B. C'est le second livre de Douglas Kennedy que je viens de lire, le précédent étant " Une relation dangereuse " et d'évidence, l'auteur semble avoir été victime d'un piège conjugal car le thème est chez lui récurrent.

15:26 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.