Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2012

Flamby s'en va t-en guerre ! ...

Bandeau le nouvel observateur monde intervention Hollande Mali.jpg

( On nous l'a déjà fait ce coup là, pourtant ! ... ) mon-oeil.jpg

PARIS (Sipa) — Le président français François Hollande a déclaré mardi que le but d'une intervention internationale au Mali était "d'éradiquer le terrorisme" dans l'intérêt de ce pays, de l'Afrique et "de la stabilité du monde".

Il s'agit de "casser un processus fondé sur le trafic de drogue, d'armes, d'êtres humains qui risque de déstabiliser l'ensemble de la région", a expliqué le chef de l'Etat. Il s'exprimait lors d'une conférence de presse commune avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, qu'il a reçu à l'Elysée pour discuter notamment du Mali et de la Syrie.

"Nous en connaissons les difficultés", a-t-il souligné, "il y aura sûrement un calendrier à respecter mais l'intention ne peut pas être mise en cause: le but, c'est d'éradiquer le terrorisme dans l'intérêt du Mali, dans l'intérêt de l'Afrique, dans l'intérêt de la stabilité du monde".

Des milices islamistes se sont emparées du nord du Mali en profitant de la déstabilisation du pays à la suite du coup d'Etat qui a renversé le président de ce pays en mars dernier.

"La France a une nouvelle fois confirmé au secrétaire général qu'elle était prête, non seulement à voter cette résolution, mais à appuyer, sur le plan logistique, sur le plan politique, sur le plan matériel une initiative qui serait prise par les Africains", a précisé le président français.

Le vote d'une résolution "peut se faire dans un délai court car il n'y a pas de pays membre du Conseil de sécurité qui s'opposerait à une intervention dès lors qu'elle est demandée par le pays et soutenue par la CEDEAO (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest) et portée par l'Union africaine", a affirmé M. Hollande.

Quant à l'intervention militaire elle-même, "c'est aux Africains (...) de s'organiser pour qu'elle ait lieu à la fois dans de bonnes conditions, rapidement mais efficacement. C'est là qu'il y a certains préalables à lever", a-t-il dit, sans préciser davantage.

Le président français a approuvé la proposition faite au Conseil de sécurité par M. Ban Ki-moon de nommer l'ancien chef du gouvernement italien Romano Prodi envoyé spécial pour le Sahel. "Il coordonnera son action avec les parties prenantes et communiquera avec d'autres, notamment avec l'envoyé de la France, Jean-Félix Paganon", a précisé le secrétaire général de l'ONU.

"Nous sommes en train d'élaborer une stratégie globale portant sur les problèmes transfrontaliers du Sahel: les armes, les réfugiés et le terrorisme", a souligné M. Ban.

Source : Nouvel Obs' Monde, 9 oct. 2012

Hérisson.jpg

Vous voulez que je vous dise ? .... Moi, ça me hérisse ! On n'amène pas la paix en déclarant la guerre. 

11:37 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.