Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2012

Ariane avait (d'évidence) fumé un sacré pétard quand elle a écrit ça ! ...

Bandeau le Grand Soir Mélenchon Hollande Mordor.jpg

278384347.jpg(le fil d'Ariane et l'explosif au bout de la mèch...ante journaliste) kesskonssmar ! 

Lors de son interview sur TF1, la chaîne de Bouygues, l’ami de Sarkozy, Hollande avait, à droite de sa tête, une Tour Eiffel dont la lumière tournante, parfois, clignotait.

Je dois avouer que cela m’a rappelé ce fameux Mordor, la tour du sorcier Saruman, lequel a décidé, grâce aux créatures maléfiques qu’il invente, d’anéantir les peuples des Elfes, des hommes et des Hobbits.

Je trouve très symbolique qu’on ait l’impression, au moment où parle celui qui représente l’Etat français, qu’une lumière lointaine l’ait à l’oeil, celle des maîtres cachés qui veulent mettre l’Europe à Sachs.

D’où sans doute son omission étonnante : il n’a pas parlé du TSCG. Nul doute, eût-il prononcé ce nom fatal dont le peuple ne doit rien connaître, qu’il eût été aussitôt foudroyé. Il est vrai que m’dame Chazal ne lui a pas posé la question ce qui prouve qu’après avoir servi Sarkozy, elle sert Hollandozy.

M. Hollande est donc le président de la République Française …Je préparerai un casting pour un film dans lequel il y aurait le président de la république et on me montrerait un comédien comme Hollande, je ne l’écouterai même pas deux secondes. « Au suivant » . C’est ce que les classiques appellent la règle de la vraisemblance.

On nous le présente comme un homme brillant, intelligent, spirituel, diplômé d’une grande école. Il cache bien son jeu. Pourquoi veut-il paraître hésitant, apeuré, même devant les questions de m’dame Chazal qui n’a rien d’une Gorgone médusante. Comme m’dame Chazal a besoin, sur le plateau, d’un éclairage violent qui lui donne un teint laiteux, ce pauvre Hollande est transformé en petit marquis poudré aux lèvres roses.

Pour donner une idée de la forme, le fond étant une autre tragédie.

On nous dit que M. Hollande écrit lui-même ses interventions. Qu’il l’évite. Il n’a le sens ni de la formule, ni de l’audace, ni de l’enchaînement, ni du rythme, ni de la pensée. Il ne sait convaincre que sa famille proche et ceux qu’il nourrit.

Il a l’air de quelqu’un coincé contre un mur et qui joue sa peau. C’est peut-être ça. Peut-être lui a-t-on fait peur dans les coulisses ? Il vient réciter sa leçon. Il trébuche parfois sur les mots. Il surjoue la confiance en soi, ce qui ne rassure pas. Je le trouve surréaliste dans la mesure où les surréalistes avaient dit : « Tout le monde peut être poète ». He bien maintenant on saura que n’importe qui peut être président. Mais ça se voit.

Que lui a-t-on dit de nous dire ? (Flash au sommet de la tour.)

M’dam Chazal, (Excusez-moi, j’ai encore dans l’oreille le phrasé délicat de notre précédent président), m’dame Chazal, donc, l’attaque , tel un dragon médiéval à bouclettes, et lui dit « Il y a du désamour pour vous. Certains disent cent jours pour rien. »

Grosse vilaine. Qu’est-ce qu’elle cherche, là ? On lui a pourtant dit, comme dans un match de catch, de faire simplement semblant !

Mais Hollande répond au demeurant fort bien, vu son niveau, affirmant qu’il a agi rapidement avec l’augmentation du smic d’un carambar et surtout, surtout, la baise de six centimes à la pompe !

Il a donc agi et il va encore plus agir car il annonce :

« J’ai UN CAP et un AGENDA. »

(« Un cap, que dis-je un cap , c’est une péninsule ! » Souvenirs d’un temps où les hommes sur scène savaient parler.)

Il est beau avec son cap et son agenda ! Imaginez la scène suivante : vous avez un petit copain depuis peu et ce dernier, au plumard, vaut un smic et six carambars. Comme vous lui en faites la remarque il vous répond : « Oui, mais j’ai un cap ( Que veut-il dire ? Une capote ?) et un agenda,(D’autres rendez-vous ? Impossible.) et tu jouiras dans cinq ans. » Qu’est-ce qu’on fait ? Va-t-on le garder 5 ans ? Même s’il déclame :

« Je suis en situation de combat. Je dois engager l’avenir » Pour la situation de combat, c’est un peu mou. Pour « engager l’avenir », c’est un peu cliché, peu de gens voulant engager le passé.

Mais passons aux promesses. Qui n’engagent dit-on que ceux qui les croient mais hélas, aussi, ceux qui ne les croient pas et doivent quand même les subir
.
Première promesse : laisser les ouvriers de PSA se débrouiller ainsi que les partenaires sociaux. Pour arriver à un accord « gagnant-gagnant ». C’est ce que voulait faire son ex, Ségo, qui avait été traitée de tout. Tant d’années pour si peu de progrès. Notre pays qui a chopé un cancer des bourses ne risque pas de guérir avec ce remède d’âne. D’autant plus que laisser face à face un tigre et un bambi et leur dire : « Arrivez à un accord « gagnant-gagnant », on sait ce que ça veut dire : le tigre gagne un repas et le bambi un repos éternel à l’ANPE. Il faut connaître le sens des mots.

Mais, nous dit Théoden, ce roi du Rohan qui a un air passablement shooté, conseillé par Merkel-Grima langue de serpent, la walkyrie du Mordor : « II y aura à la fin de l’année un compromis historique. »

Si j’étais M. Théoden, je me méfierai de ce mot, « compromis », qui a quand même dans notre langue un sens quelque peu péjoratif. Et du mot « historique » qui peut avoir deux sens : « une panade historique » étant aussi envisageable.

On en vient tout de même aux chiffres. Il faut trouver 33 milliards. Il dit ça calmement. Ce qui n’affole personne car on entend sans cesse parler de banques qui donnent aux banques des milliards de milliards. On est donc habitué. Ca n’impressionne plus. Ce sont leurs carambars à eux.

L’Eta va payer dix milliards. Les entreprises dix milliards. Les ménages dix milliards. Et Arnault trois milliards. (Je suppose car, partant de 33 milliards, si j’ai bien compté, Hollande n’en a levé que trente.) Lequel Arnault a fait une conférence sibylline avec ses airs de Pythie de la Moria, pour dire qu’il ne partirait pas tout en partant sans partir si on le faisait rester. Bref un financier. Il joue son départ à la baisse après l’avoir joué à la hausse. Tout le fric sera pour lui. Qu’il en profite vite car il n’a pas bonne mine. Un vrai Gollum.)

C’est alors que Hollande fait appel au patriotisme de tous. On le sent quand même à court d’argument. Et ce n’est pas la phrase suivante qui va nous rassurer :
« En 2017, nous vivrons mieux qu’en 2012. »

Au paradis, oui.

Telle est donc la position de Théoden le zombie, face aux clignotements de Sauron. Il est quand même fier de lui. Il va vers une république exemplaire. Certes son gouvernement fait des bourdes, mais ils n’ont jamais été ministres. Ou il y a longtemps. (Quand je vais chez le garagiste, si je sors un pneu mal serré et qu’on me dise : « le petit débute », ça ne me rassure pas trop quand même. Et là, au plus haut niveau de l’Etat… Ca me fait penser à M’dame le Pen qui, comme on lui faisait remarquer qu’elle rentrait tard de vacances, répondait avec autorité qu’elle s’occupait de la rentrée de ses enfants. Excellente excuse qu’avait aussi sortie Blucher quand il était arrivé en retard à Waterloo : il s’occupait des cours d’équitation de son cadet. )
Mais ne soyons pas mauvaise langue. Hollande-Théoden le répète trois fois : il s’est préparé. Comme si c’était un gage de réussite ! Moi j’en connais beaucoup qui se préparent pour les jeux Olympiques et qui finissent devant leur télé ! Et pas dedans !
Mais nos amis socialistes le disent assez : « Attendons avant de juger ! » Attendons 5 ans. Et pour la marche à la Bastille il faut changer la date : ce sera le 30 septembre 2017.

Une heure avant, sur LCI et RTL, Mélencharagorn, bataillait avec l’orque Chapuis, l’Uruk-hai Revel et le Balrog Brezt du Figaro, remplaçant du maître Balrog Apathie.

Ah ! C’était un autre rythme !

Mélencharagorn qui rentre d’un séjour chez les elfes d’Amazonie nous revient dans une forme éblouissante qui lui a permis, une heure durant, de laminer le trio de ses coups. On lui avait tendu un piège, l’invitant devant la porte du destin de LCI, il a joué d’estoc et de taille découpant ses adversaires au laser. Il faut dire qu’il se bat avec l’énergie du désespoir. Il a l’art de réveiller notre mollesse et nos acceptations de race décadente. Il nous fouette de ses images « On est comme en 1929 ! Dans les rues de la cinquième puissance du monde, huit millions de pauvres ! » ( Lesquels huit millions devront donner 10 milliards ! On se sent quand même très inquiet ! Combien y aura-t-il de sdf dans les rues en 2017 quand tout ira mieux ?)

« Et nous on continue sur notre petite musique ! » Comme le Balrog agite tout à coup les banques et les agences de notation, Mélencharagorn lui troue les tripes en lui disant : « Ce sont des tigres de papier ! » Théoden en prend pour son grade : « Son échelle des impôts ne ressemble à rien. On ne passe pas de 45% à 75 % ! Ce n’était qu’un effet d’annonce et maintenant, il ne sait pas comment s’en tirer. Retirer 30 milliards d’euros du budget national, c’est de la folie ! » Donc nous sommes gouvernés par un fou du Mordor. On s’en doutait un peu. C’est dit.

On entre dans la Moria. La voix de Mélencharagorn fait frissonner les voûtes. « La vie de tous les jours est un dressage à la violence sociale ! Les élites sont pourries par l’importance accordée à l’argent ! Je suis dans la vérité ! Ce monde doit changer. Sinon, il est perdu ! A un moment l’orque Chapuis, très chafouin , lance une question comme un boulet :

- Mais pourquoi, vous qui dénoncez l’Europe, voulez-vous rester dans l’Europe ? Ah ! » Mélencharagorn prend son élan, saute du haut d’un grand rocher, et mord l’oreille de Chapuis qui grimace : « Je suis pour le rapprochement des peuples ! Je suis partisan de l’harmonisation sociale de l’Europe. Je suis pour un salaire minimum européen. L’Europe est la première puissance économique du monde. Elle doit être notre arme pour mieux vivre et non une arme pour nous tuer. Il faut échapper à Demonia Merkel et à la maladie sénile de l’Europe ! »

Mais Revel, l’uruk-kai, ne se laisse pas faire ! Avec l’aide de l’orque Chapuis, il jette Draghi-Sauron à la tête de Mélencharagorn ! Draghi ne vient-il pas d’aider l’Europe en permettant à la BCE d’acheter les dettes des Etats ? Et sans limites ? Grand rire de Mélencharagorn qui jette la lance de son éloquence entre les yeux de ses assaillants : « La BCE rachète des titres de la dette aux banques et non aux Etats. Imaginez ce qui se passe : une banque X a prêté du papier à la Grèce à 8%. Que la BCE lui avait prêté à 1%. Et elle est très inquiète de ne pas rentrer dans ses frais. Très ravie donc quand la BCE lui prend le papier pourri pour lui donner des euros tout neufs. » Mais il y a deux arnaques là dedans : d’une part, la BCE rachète sur le marché secondaire. D’autre part les pays qui acceptent doivent se mettre à genoux devant les retraités allemands, prêts à satisfaire leur libido vieillissante ! Quel spectacle ! « Draghi, c’est Trichet en pire ! Il vient de mettre un coup de poignard dans le dos de L’Europe ! » Draghi est Sauron le maudit, de la clique des Sachs Saruman qui veulent la mort des Hommes et des hobbits SDF, sans compter les Elfes poètes dont Mélencharagorn est l’ami !

C’est alors qu’il est question de la marche du 30 septembre contre le TSCG.
L’Uruk-hai Revel tente un coup de Jarnac : Mélenchon pense-t-il que Hollande va reculer ? Réponse : « Oui . Que peut-il faire d’autre face à un peuple qui l’a élu et qui lui dit « François, tu te trompes ! » Choisis-nous, nous pour gouverner ! Nous sommes plus prêts que toi ! »

Là, certains feront remarquer que Mélencharagorn a trop fumé de l’herbe de la forêt de Fangorn. Mais non, amis, c’est un effet de style ! Il indique une voie qui est paradoxalement la seule possible. Car quand un fou indique la falaise et dit au peuple : « Sautez ! », celui qui dit : « Ne sautez pas » a tout de même quelques chances d’être entendu !

Et il finit dans un mouvement immense de cape, pourchassant les vampires de nos doutes : « Oui, il écoutera le peuple . Si nous ne croyons plus à la démocratie, faut-il en venir aux armes ? (ben…) Je crois à la démocratie ! »

Est-ce une phrase prononcée sur le tombeau de la Belle ?

Et Mélencharagorn lance son appel aux Ents syndicalistes de Fangorn, aux Hobbits Sdf et aux hommes aux yeux ouverts . Il leur dit : « Debout pour le 30 septembre ! Ca suffit les patrons-voyous !

Et comme le Balrog tente un dernier coup de massue : « Etes-vous un allié de M. Hollande ? » la réponse sonne, claire : « Le Fdg est l’allié du peuple. »

Bref, sur une chaîne, Palmade et Laroque dans « Ils vont vous baiser » et sur l’autre, de l’épopée dans la série, « Le seigneur de la révolution ».

Attention, attention, un nouvel épisode incroyable s’annonce-t-il ? Une phrase rapide, à la fin de l’émission, le laisse entendre : les élections d’Hénin-Beaumont risquent-elles d’être annulées ? Mélencharagorn va-t-il retrouver Arachnéa ? Arachnéa aura-t-elle fini de s’occuper de ses enfants ? Serons-nous encore vivants pour assister à ce combat ? Le peuple va-t-il sauter du haut de la falaise ? Théoden va-t-il se réveiller ? Gollum va-t-il partir à Bruxelles ? L’armée des morts, jetés aux tombeaux par les guerres des puissants, va-t-elle renaître pour aider l’armée des vivants à ne pas subir le même sort ?

Peuples de la terre du milieu, debout !

Le 30 septembre à la Bastille ! Le casting est ouvert à tous les hommes de bonne volonté !

Jouez un rôle dans l’Histoire de votre vie pour que ce soit une belle vie ! Jouez dans « le retour du Roi Démocratie » !

JLM RTL.jpg

La photo représente le fleuve bleu devenu rouge . On en cherche les raisons.

Ariane Walter

07:39 Publié dans A ma guise | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.