Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2012

Imperium de Robert Harris

Imperium.jpg


Ce n'est pas par hasard si l' Histoire est devenue la parente pauvre de l'éducation nationale. En effet, si l'on sait ce qui se passa jadis, on décrypte mieux les méandres de la politique actuelle. Or il faut non seulement des alliances mais de l'argent, beaucoup d'argent pour être élu. Certains scandales que l'on s'efforce vainement à maquiller le prouvent encore aujourd'hui. Cicéron était un ambitieux mais certes pas le pire ! Son intelligence et sa capacité de travail ne le mettaient pas à l'abri de certains revirements lorsqu'il voulait atteindre le but qu'il s'était fixé. Devenir consul alors qu'il n'appartenait pas à une longue lignée aristocratique n'était pas une mince affaire mais loin de le dérouter, les difficultés le stimulaient. Il en rencontra de nombreuses et ce, durant toute sa vie. Robert Harris nous conte ici l'ascension jonchée d'embûches de cet homme exceptionnel, avocat, philosophe, orateur hors pair et fin politique.

Pour cela il donnera la parole à celui qui fut son secrétaire : Tiron, inventeur génial de la sténographie que la plupart d'entre nous et même moi jusqu'à la lecture de ce livre, croyait être un moyen moderne périmé depuis peu.

Crassus, Pompée, Jules César et bien d'autres jalonneront cette périlleuse ascension, tantôt opposants, tantôt alliés éphémères ... ainsi va la politique.

Comme après bien des péripéties, l'histoire s'arrête au moment précis où Cicéron devient consul, nous supposons qu'une suite est en cours d'écriture et l'attendons déjà avec impatience. Ce n'est pas un thriller (terme galvaudé) comme certains l'ont dit mais un roman historique, plongeant ses racines dans la recherche de commentaires d'époque tels ceux de Plutarque pour ne citer que ce dernier.

Belle analyse-réflexion sur le Pouvoir et les moyens de l'obtenir. Passionnant ! 

S.@ 


p.s. La lecture des Catilinaires s'impose maintenant et ne me faites pas l'injure de supposer que je fais allusion à Amélie Nothomb qui n'aurait du reste, jamais dû utiliser ce titre. Il est vrai que l'auteur ne risque plus de lui faire un procès ! 

12:14 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.