Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2012

Les enfants de Belle Ville de Asghar Farhadi (le film)

 

enfants-belle-ville.jpg


film iranien - 2004 - Durée : 1h.41 avec Taraneh Alidoosti, Babak Ansari, Faramarz Gharibian, Ahoo Kheradmand, plus ...



aff.belle-ville.jpg

Personne n'a tort ou raison dans ce film car exactement comme dans la vie réelle, les situations et les esprits sont complexes. Ceux qui pourraient s'étonner encore de mon quasi désintérêt de l'actuel cinéma américain, trouveront ici l'explication.

Il n'y a pas d'un côté les bons (qui ont forcément raison) et les mauvais ( qui ont forcément tort).

Un jeune homme se trouve en prison parce qu'il a tué celle qu'il aimait et le père de la victime entend que la loi du Talion soit appliquée. Nous apprendrons par la suite que le couple était désespéré car la jeune fille devait se marier avec un autre.

Ils ont alors décidé de mourir ensemble mais par manque de courage ou par maladresse, Akbar a survécu. En Iran, on n'exécute pas un mineur or le condamné vient juste d'avoir 18 ans ...

Un co-détenu (Ala) ami du premier, sur le point d'être libéré a décidé de tout mettre en oeuvre pour obtenir sa grâce. Une fois dehors, il va prendre contact avec la soeur d'Akbar, laquelle harcèle en permanence le père de la victime, le suppliant de pardonner afin que la vie sauve soit laissée à son frère.

En matière de droit iranien, il existe ce que l'on nomme " la loi du sang " loi civile et loi religieuse se superposant jusqu'à n'en faire plus qu'une.

Ala et la soeur de son ami dont il va tomber peu à peu amoureux joignent leurs efforts pour sauver le jeune condamné. Après moult péripéties, la fin du film restera ouverte, preuve que le réalisateur ne prend pas comme beaucoup, les spectateurs pour des imbéciles ... Un film à voir et même revoir (pourquoi pas ?) car profondément humain.

S.@

lesenfantsdebelleville.jpg


21:21 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.