Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2012

La part des anges de Ken Loach (le film)

affiche-part-anges.jpg



The Angels' Share - 2012 - Durée : 1h.41

Comédie sociale britannique.

avec : Paul Brannigan, John Henshaw, Gary Maitland, William Ruane ...


Ken Loach s'est jusqu'à maintenant distingué dans les constats noirs et désabusés de la société actuelle. Cette fois, il a choisi de tourner un mélo-prolo où un jeune délinquant violent au possible, sur le point d'être papa va peu à peu mettre un peu d'eau dans son vin, en la circonstance, ce serait plutôt du whisky puisque nous allons passer une bonne partie du film dans une distillerie.

Outre-Manche et Outre-Atlantique, le whisky est sur le plan du prestige, l'équivalent du champagne en France. Seulement voilà, ces deux boissons sont destinées aux riches - à fortiori - s'il s'agit d'une prestigieuse cuvée. 

Cette poignée de jeunes condamnés à des travaux d'intérêt public va du fait de la bienveillance d'un éducateur, goûter à cette boisson qui au départ ne leur était pas  réservée. 

Seulement voilà, il est difficile de se départir des mauvaises habitudes prises et en dépit du serment exigé, la fauche aura le dernier mot. Cette dernière pourra même prendre le nom de super-arnaque car elle permettra finalement à ces déshérités de s'en sortir.

Est-ce bien moral ? … Il est permis de se poser la question, d'autant que lorsque l'éducateur recevra en cadeau cette concrétisation de " la part des anges " sous forme d'une bouteille prestigieuse, il ne semblera pas avoir particulièrement d'état d'âme. C'est peut-être là que le bât blesse ? 

N'importe, le film est à voir d'autant que tous les comédiens sans exception aucune sont parfaits. On rit beaucoup et comme l'espoir est au rendez-vous,  ne faisons pas trop preuve de ce que d'aucuns ont coutume de nommer : " psycho-rigidité " 

S.@

 

lapartdesanges.jpg


11:23 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.