Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2012

Judith (suite)

Ce matin, très tôt, bourrelée de remords, je m'apprêtais à découvrir un Mickey vêtu d'un costume rayé, traînant accroché à la cheville un bandeau CINEATREXPOS mais " grâce à Dieu " apparemment, il dormait encore … tant il est vrai qu'il faut s'y faire (mais non, je n'ai pas dit qu'il vociférait)  à nos plaisanteries au X-ième degré ! 

 

J'avais promis de revenir à Judith, celle de 1931 qui fut à l'origine de l'expression " coupé cabèche " grande libératrice et castratrice définitive qui inspira Oshima 45 ans plus tard … (affirmation gratuite) -

judith-la-pièce.jpg 

Vous ne serez pas étonnés d'apprendre que la lecture de la pièce est mille fois plus réjouissante que celle de cet épisode de la Bible. Ici, la célèbre femme fatale dans toute l'acception du terme n'est plus une superbe veuve mais une jeune fille  qui tout comme Jeanne d'Arc entendra des voix (celle des rabbins) qui la poussèrent au crime. Oui, car on fit de la libératrice d'Orléans une sainte mais si comme on nous le dit, elle fit la guerre, s'est-on demandé combien de morts d'anglais celle ci avait sur la conscience ? Il est vrai qu'elle eut pu être une glorieuse porteuse de bannière et c'est même ainsi que les siècles la consacreront. Ce furent en quelque sorte ses lettres de noblesse à elle ! Mais je m'égare … tout comme elle du reste qui contrairement à Jeanne prit un temps cette lopette d'Egon pour le célèbre général. Mais non, pas De Gaulle, Holopherne, voyons … Ne nous prenons pas les pieds dans les siècles  ! 

Car enfin, je sais que pour certain " la parole d'évangile " ça existe. Ils veulent même y croire " dur comme fer " or vous connaissez beaucoup de veuve en manque qui reviendrait " pure " après s'être frottée à un conquérant ? C'est vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes ! Ou alors la veuve en question aura trop lu les poèmes de Sappho … le sujet est indirectement effleuré par Giraudoux du reste mais par le biais d'un autre personnage. C'est vous dire si la pièce fit scandale à l'époque ! Les ligues de catho intégristes à ma connaissance ne montèrent pas sur scène mais il s'en fallu de peu. Tout cela pour vous préciser que je me suis délectée en lisant ce texte que j'ai du reste le projet de voir joué très prochainement au Nord-Ouest où la pièce est programmée. 

Pourvu qu'Holopherne soit aussi beau que Judith le vit ! … La loi ne s'était pas encore intéressé au harcèlement sexuel et pour certains, c'était encore le bon temps ... Maintenant autre suggestion si la lecture d'un texte théâtral vous semble constituer une épreuve insurmontable (ici ce n'est pas le cas, mais ça arrive) vous pouvez bien entendu vous déporter en direction de Riverstone ce qui devrait vous faciliter la tâche. Cette B.D. fera sans doute l'affaire ! 

Riverstone.jpg

Sinon, l'oeuvre complète de Giraudoux figure à La Pochothèque dans la collection Classiques Modernes. coût : 22 €

__________________

< Les iconoclasteries de Mickey >

Et celle-ci aussi ! (sans compter qu’entre nous soit dit, l’avion ça va nettement plus vite que le cheval…)

Judith surclassée.jpg- Décidément, en ce moment, le blond est mal porté ...

Je crois que je vais me teindre en rousse. Z'avez rien contre ? ...

Et pis d'abord, ch'uis jalouse car cette blonde a les jambes plus longues que les miennes.

Z'avait pas dû quitter ses collants quand elle les a mis à sécher !

Les commentaires sont fermés.