Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2012

Ken Follett, La chute des géants


( Avec un avis pareil, on n'est pas fauchés ! ...)


 

Un pavé d'un millier de pages que j'ai lues en trois semaines ... (Il faut dire que dans l'intervalle, j'ai vu et commenté par ailleurs six pièces de théâtre et on ne peut tout faire en même temps !) N'importe, Ken Follett me pose problème et ce, pour plusieurs raisons. Tout d'abord, je ne trouve pas cette écriture extraordinaire mais les Anglo-Saxons (les modernes du moins) me paraissent plus enclins à raconter une histoire qu'à peaufiner un style. Par ailleurs, comment juger en toute connaissance de cause lorsqu'il s'agit d'une traduction or ici, il n'a pas fallu moins de quatre traducteurs ce qui aurait dû en toute logique déclencher un résultat chaotique mais n'a eu pour effet que de niveler le propos.

 

A part ça, et si bien entendu, l'auteur n'utilise jamais l'intervention de " nègres " le résultat laisse pantois. Où puise t-il l'énergie pour écrire tout cela ? (quelque en soit le résultat) 

 

Premier volet d'une trilogie couvrant la première guerre mondiale : 14-18 en ce début du vingtième siècle où nous passerons du pays de Galles à l'Allemagne de Guillaume II pour nous retrouver ensuite dans la Russie du dernier tsar en compagnie de  Lénine et Trotski. 

 

Or et c'est peut-être là que le bât blesse car toutes ces figures célèbres n'interviendront qu'en contrepoint de l'histoire qui nous est contée par le biais de personnages fictifs  lesquels prennent le devant de la scène, à savoir le roman

 

Ceux ci sont tellement nombreux qu'il n'a pas été superflu d'en dresser la liste par pays puisque nous sautons en permanence de l'un à l'autre, méthode chère à cet auteur. Ajoutez à cela les obligatoires histoires d'amour censées pimenter le récit lesquelles sont tellement systématiques qu'elles en deviennent agaçantes. 

 

J'espérais apprendre beaucoup de choses sur cette période et avoue qu'au fil des digressions, je suis quelque peu restée sur ma faim mais ... bon ! comme je ne voudrais pas mourir idiote, sans doute vais-je lire le second tome consacré à la guerre de 39-40 (comme disaient mes parents) qui semblaient oublier que nous n'avons récupéré la liberté qu'en 1945 ! Pourtant des membres de ma famille avaient traversé les deux guerres mais s'ils y faisaient très souvent référence c'était avec un art consommé de l'ellipse. En saurai-je plus ainsi sur la Seconde que sur la Première ? ... Seul l'avenir le dira !  

S. @

10:37 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.