Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2012

Empreintes : Anne Lauvergeon, l'art de dire non.

 

A.Lauvergeon.jpg


J'ai regardé cette émission hier soir, sur France 5 ce, précisément parce que je suis depuis toujours anti-nucléaire. Or la dame est une technicienne ce que je ne suis pas. J'imagine que programmer son propos dans le contexte actuel ne relève pas du hasard. François Hollande qui maîtrise l'art de l'ambiguïté est (pardonnez l'expression) quelque peu le cul entre deux chaises à ce sujet … Comme beaucoup évidemment !

Le thème était intéressant mais l'eut été encore plus s'il avait été constitué ou suivi d'un débat. Un face à face entre l'ex-patronne d'Areva, d'Eva Joly et de Greenpeace par exemple m'aurait assez convenu mais la dame aurait-elle accepté ? J'en doute. L'ancienne sherpa de François Mitterand fera t-elle un retour dans le nouveau gouvernement de gauche ? Disons plutôt de cette social-démocratie. (restons lucides) Car enfin, peut-on encore défendre l'industrie nucléaire après Tchernobyl et Fukushima ? S'agissait-il dans les deux cas de " nucléaire low-cost " ? … 

Certes, Anne Lauvergeon s'est opposée aux projets de Nicolas Sarkozy quand ce dernier voulait vendre du matériel de cet ordre à des pays qui ne brillaient pas par leur expérience (cela lui valut du reste sa place) mais dans quelle mesure pouvons nous faire confiance à ce mode d'énergie ? … La question reste bien entendu en suspens. Un proverbe populaire dit " dans le doute, abstiens-toi " Or il y a bien longtemps que la sagesse populaire n'est plus de mise puisque d'aucuns veulent nous faire croire que celle-ci est ennemie du progrès.

Là, je vous passe la caricature habituelle du retour à la bougie car chaque fois je me demande comment on peut objecter un argument aussi grossier or il revient chaque fois, profit et lucidité n'ayant jamais fait bon ménage et ce quelque soit le camp politique auquel on appartient.

Or, précisément,

 

François Hollande a rendu hommage à François Mitterrand jeudi, jour anniversaire de sa première élection à l'Elysée il y a 31 ans, en visitant la Bibliothèque Nationale de France qui porte le nom du défunt chef de l'Etat, au côté de sa fille Mazarine Pingeot. 

Le président élu était accompagné de Lionel Jospin, Anne Lauvergeon qui fut la sherpa de François Mitterrand, du mécène Pierre Bergé, et de deux députés socialistes: Aurélie Filippetti (Moselle), dont le nom est cité parmi les ministrables, et Jean-Marie Le Guen, élu du XIIIe arrondissement, où se trouve la BNF. 

M. Hollande a déposé, au pied de la plaque commémorant l'inauguration de cet immense bâtiment parisien, une rose rouge à longue tige, et Mazarine Pingeot en a fait autant. 

Cette plaque rappelle: "François Mitterrand, président de la République, a inauguré la Bibliothèque nationale de France le 30 mars 1995", soit deux mois avant qu'il ne quitte le pouvoir.

 

Comme chacun sait, le hasard n'existe pas en politique et si la question lui est posée, gageons qu'Anne Lauvergeon dira " oui " car il est des humiliations qui demandent réparation et l'on n'évince pas impunément quelqu'un de cette trempe. Reste à savoir ce qu'en diront les Verts ? ...

11:18 Publié dans télé | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.