Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2012

Rien de nouveau.

Et voilà ! encore une qui se termine … (de semaine) ni pire ni plus satisfaisante qu'une autre. A l'horizon, rien de nouveau, de petits rebondissements qui ont eu le destin de pétards mouillés. Un sortant qui a déjà tout prouvé, c'est à dire rien ou en négatif, un autre qui n'a que peu de choses à proposer puisqu'il refuse de sortir du libéralisme. Logique puisqu'il en est un pur produit. Ah ! la gauche caviar … nous en avons subi les méfaits déjà, pourtant. Vous en reprendrez bien une louche ?

Ne vous privez pas puisque comme toujours c'est le peuple qui régale. Le peuple, sa place est toujours la même, il assiste aux festins du roi debout et le ventre vide pendant que le monarque s'empiffre. Le bout du tunnel n'est pas encore pour demain. L' Avenir ? … (avec un emphatique grand A) … une superbe hypothèque dont on ne connaît pas très bien le montant. Logique puisque nous sommes désormais à l'Ere de l'argent virtuel. Plus d'espèces sonnantes et trébuchantes du reste bientôt tout le monde paiera avec un téléphone portable - (ceux qui pourront encore s'en offrir un) - Les yeux bandés mais sous haute surveillance. " Elle est pas belle la vie ? " Course éperdue en direction du grand-n'importe-quoi. Mais il faut être de son temps, voyons ! Ne plus se référer aux anciennes valeurs désormais obsolètes. Il faut avancer, un pied dans le vide en attendant que le second suive. Surtout ne pas chercher à comprendre ... Du reste si on pousse le raisonnement plus avant, comprendre est il possible ? Question à lourde portée métaphysique ! Nous ne savons ni d'où nous venons, ni où nous allons par conséquent si dans l'intervalle nous faisons n'importe quoi, (bis repetita) quelle importance, n'est-ce pas ? On meuble … mais de préférence chez les autres. pas pour soi, ni chez soi, cette dernière définition tendant à disparaître. 

Désormais, c'est le mondialisme qui prime ! Vaste programme dont forcément les tenants et les aboutissants nous échappent à l'instar de la ligne d'horizon qui recule à mesure que l'on cherche à s'en approcher. Je ne conclurai pas cette stérile tentative de réflexion puisque les manettes nous sont tombées des mains depuis longtemps. Que voulez-vous, le peuple est si brouillon, si désordonné ! Si naïf surtout, si … manipulable ! Il me fait parfois penser à ces vieilles dames dont on juge qu'elles n'ont plus toute leur tête et dont on confisque les avoirs pour les gérer à leur place. Les gestionnaires sont alors presque toujours des prédateurs qui pillent le magot imprudemment confié. C'est qu'ils ont eu tellement de frais aussi ! Comme disait le père Hugo : " Laissez moi rire messieurs, laissez moi rire "

chat-rieur.jpg


Les commentaires sont fermés.