Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2011

The last temptation of Christ. USA, 1988

livre-Kazantzaki.jpg 

aff.film-Scorcese.jpg


Un livre : " La dernière tentation " de Nikos Kazantzaki

Un film : " La dernière tentation du Christ " de Martin Scorsese

dernière-tentation-1.jpg

 

Parlons en de cette DERNIERE TENTATION DU CHRIST puisque je me suis repassé le film l'autre soir, considérant que le programme télévisuel était particulièrement indigent. Une chose est certaine, on ne peut pas se glisser dans la peau d'un intégriste et encore moins adopter son point de vue si on ne l'est pas soi-même ... Il existe des modes de raisonnement que l'on ne peut emprunter encore moins accepter.

En ma qualité d'agnostique, je m'efforce de respecter les croyances des uns et des autres, même si parfois la tentation de dérision n'est pas loin mais je m'en garde le plus possible. On accepte ou pas cette histoire de " fils de Dieu " qui se serait délibérément laissé crucifier pour racheter les péchés du monde ! 

Or les romains crucifiaient aussi facilement à l'époque que certains Etats américains pratiquent actuellement l'exécution par injection létale. Dans l'un et l'autre cas, un homme est attaché sur un support et attend que la mort vienne. Par conséquent, nul progrès à plus de 2000 ans d'intervalle.

Vous m'objecterez que ceux qui subissent ce sort sont des assassins ou considérés comme tels. Jésus n'était qu'un chef de bande (armée) puisque nous connaissons tous l'épisode du glaive mais c'est surtout sa parole qui était assassine pour le régime en place et ça ... aucune dictature ne saurait l'accepter. En outre, le nazaréen remettait en cause la loi juive et faisait figure de rebelle aux yeux de l'occupant, à savoir : Rome.

Une légende pouvant en inspirer une autre et rien ne s'opposant (théoriquement) à une nouvelle approche ... Nikos Kazantzaki a réécrit l'histoire à sa façon. Gageons que s'il avait transposé cette action à l'époque de l'occupation allemande, personne n'aurait rien trouvé à redire puisqu'alors, le mythe originel restait entier. 

Au lieu de cela, il nous montre Jésus du fait de son métier de charpentier, fabriquant puis livrant des croix à l'occupant. Judas l'accusera alors de collaboration déclenchant ainsi un problème de conscience, chez celui qui deviendra le Christ lequel va se rendre dans le désert pour y méditer. 

L' homme est aimé de Marie-Madeleine mais sa chasteté l'en éloigne et par dépit celle-ci s'est livrée à la prostitution. ( C'est un peu gros mais bon ! passons ...) Viendra l'épisode de la lapidation dont il la sauvera bien entendu. Puis seul dans le désert, le jeûne déclenchera des hallucinations qui le conforteront dans la voie qu'il s'est choisie. On connaît la suite à un petit détail près qui a peut-être finalement inspiré Dan Brown, si vous voyez ce que je veux dire ? ... 

Ce film qui s'écartait de la vision officielle a déclenché les foudres des intégristes au moment de sa sortie et si le livre n'avait pas fait l'objet d'un autodafé, la salle de l' Espace St-Michel a été livrée " au feu purificateur " car les méthodes restent inchangées pour certains. Mêmes causes, mêmes effets C.Q.F.D.  

S. @

dern.tentation-2.jpg

 

20:05 Publié dans Film, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.