Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2011

Reflets dans un oeil d'or (le livre de Carson McCullers, le film de John Huston)

book-reflets.jpg1941 : Lula Carson Smith alias Carson McCullers alors âgée de 24 ans, publie après " Le coeur est un chasseur solitaire ", ce second roman qu'elle dédiera à Annemarie Clarac-Schwarzenbach dont elle fut - nous dit-on - follement amoureuse. Ceci explique sans doute le comportement de ce jeune soldat qui s'introduit de nuit, dans la maison, puis dans la chambre de celle qu'il aime afin de l'admirer silencieusement durant son sommeil ? ... Trouvez moi un homme capable de faire cela ! ( Il ne risque pas de se nommer Strauss-Kahn ! )

Beauté de l'écriture, élégance du style, délicatesse des sentiments, pourtant le milieu dans lequel vivent les personnages fait irrémédiablement penser à " La Danse de Mort " de Strindberg. Dès la première phrase le climat s'installe (je cite) " Une garnison en temps de paix est un lieu monotone." Pour seules distractions, des promenades à cheval où des dîners que l'on donne en compagnie de gens que l'on n'apprécie pas particulièrement mais qui permettent de passer quelques heures en buvant encore plus que de coutume. Ici, les femmes ne sont pas très intelligentes et les hommes non plus. Chacun suit son instinct sans trop analyser ce qui lui arrive ... Des drames surviennent irrémédiablement quand les sentiments refoulés déclenchent des pulsions auxquelles on ne s'attendait pas. Rêves inassouvis, passions inavouées, tous les ingrédients sont là pour que se déclenche le pire.  

aff.film.jpgPar le biais de son film  (1967) John Huston fut fidèle au roman à un ou deux détails près mais la psychologie des personnages est parfaitement restituée. Psychologie ou caractères ? Je pencherai plutôt pour la seconde expression. Aucun d'eux n'est satisfait de son sort et la vie de chacun est un fiasco. La confrontation d'Elisabeth Taylor et de Marlon Brando est certes moins mythique que celle qui eut lieu entre Burton et elle dans La Mégère Apprivoisée mais en dépit de leur maturité les personnages ici sont inaboutis puisque loin de s'analyser, ils subissent chacun une situation qui les dépasse. 

N'importe ce fut successivement une belle page littéraire et un grand moment cinématographique.

S. @

Brando-Taylor.jpg

 

11:27 Publié dans Film, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.