Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2011

Habemus papam (the film) Durée : 1h.45

Comédie italienne de Nanni Moretti (2010) avec Michel Piccoli, Nanni Moretti, Jerzy Stuhr.

aff.habemus.jpg

" Bof, bof, bof ! "  pour donner la parole au Père, au Fils et au St-Esprit.

(une fois n'est pas coutume) 

Si je dis que le film m'a déçue tout le monde (ou presque) va en incriminer mon anticléricalisme notoire ... concluant que là où je m'apprêtais à récupérer un brûlot, je me suis heurtée à un amusement un peu mou.

Pourtant le sujet était porteur mais il est inutile d'attendre d'un italien même prétendument athée, une critique sévère de ce qui malgré tout, fait le prestige mondial de son pays (à tort ou à raison) -

Du reste, pourquoi un pape fraîchement nommé n'aurait il pas des états d'âme ? L'idée en soi n'a rien de subversif. Etre celui dont des dizaines de millions (je ne connais pas le chiffre exact et du reste, peu me chaut ! ) être celui, disais-je et répétais-je, dont la somme de catholiques éparpillée de par le monde attend des directives, ne constitue certes pas une mince responsabilité. Et comme dirait l'autre, même en prise directe avec le Ciel, il y a de quoi péter les plombs ! 

Certes, il convient de décrypter l'absence de hardiesse du réalisateur qui savait pertinemment que le simple fait d'avoir eu l'idée d'aborder ce thème le mettait virtuellement à l'index car les autorités ecclésiastiques sur le gril, l'attendaient au tournant. Il ne fut pas méchant et s'il pêcha ce fut par manque de hardiesse.

Comme la crainte est contagieuse, Michel Piccoli fut un peu en deçà de ce qu'il est capable de faire habituellement. Bref, c'est un Vatican à l'eau de rose que nous avons ici récupéré où l'on voit des cardinaux jouer au volley-ball histoire de passer le temps, ce qui m'aurait sans nul doute mise en joie quand j'avais quinze ans mais plus maintenant. Clin d'oeil à la mémoire de Jean-Paul II, ce pape qui semble avoir des problèmes de mémoire, a rêvé d'être comédien et connaît toutes les répliques de La Mouette par coeur. J'ai même cru à un moment donné qu'il allait remplacer le comédien au pied levé ! Mais non, un autre théâtre l'attendait pour plus très longtemps. Ce film a malgré tout le mérite de soulever une question à mon avis essentielle : et si les papes étaient élus au suffrage universel ? Qui peut savoir ce qu'il adviendrait ? Une épreuve de vérité en quelque sorte ! 

S. @ 

habemus-papam.jpg


11:20 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.