Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2011

boomerang.

le retour.jpg

 

Une fois de plus, nous marchons sur la tête … les journalistes impatients attendaient le retour de DSK qui fut accueilli par un crépitement de flashs, une forêt de micros tendue vers lui. Tout cela pourquoi ? … A cause de quelques débordements inqualifiables et de lamentables excuses présentées au FMI. " J'ai fait une erreur " entendez ma boussole est détraquée et mon aiguille à tête chercheuse a une fois de plus perdu le nord ! Mais on s'en fiche des débordements de DSK, nonobstant les dégâts collatéraux … La décence aurait voulu que sans pour autant raser les murs car après tout, un homme est un homme,  le retour se fit en catimini et non pas avec ce sourire triomphant et triomphant de quoi au juste ? Seulement du fait d'avoir épousé une femme riche et complaisante. Depuis des mois le PS est mal à l'aise, son absence de programme réellement de gauche étant aggravée par ce handicap.

Effondrement d'une prévision construite à grand renfort de sondages bidons comme tous les sondages. Vous n'en avez pas assez de cette politique-spectacle qui n'est que de la poudre aux yeux ? Oh ! en face, ce n'est pas mieux certes, croche-pieds et chausse-trapes. Un petit arriviste est parvenu à ses fins grâce au soutien d'un condamné en puissance pour ensuite le laisser se dépatouiller à grand renfort de bulletins de santé. Elle est jolie, la République ! Et comme toujours, quand il n'y a plus d'argent dans les caisses on alimente un bon petit conflit quelque part (là nous avons plusieurs fers au feu) car la vente d'armes a toujours été ce qui rapporte le plus. Ajoutez à cela, les affaires juteuses qui succèdent obligatoirement à toute guerre (même si elle ne s'avoue pas comme telle) car reconstruire ce qu'on a démoli est une technique qui a fait ses preuves depuis longtemps. Sinistre constat. Preuve que l'expérience ne nous a rien appris. Ou plutôt si, on le savait mais comme nous remettons toujours notre destin en des mains étrangères faute de pouvoir nous assumer personnellement, il est inutile de s'étonner du résultat. Alors désormais, ce sera comme avant, pire qu'avant.

procès.jpg

 

Les commentaires sont fermés.